Menu
RSS

Révolution dans la louange: interview-Stéphane Quéry

Révolution dans la louange: interview-Stéphane Quéry

Une révolution dans les chants et la louange de l’église s’est produite ces dernières années. Dans beaucoup d’assemblées les batteries et les guitares ont émigré dans le culte du dimanche matin.

 

Le paysage des réunions change.

Mais au-delà du style, c’est le cœur d’un mouvement de louange et d’adoration qui s’installe et commence à prendre un peu d’âge. Un des moteurs de cette tendance dans la francophonie est Stéphane Quéry.

Ce Canadien travaille en équipe avec le pasteur Claude Houde dans l’église Vie Nouvelle de Montréal. Son nouveau livre s’appelle : « Le journal Intime d’un adorateur » (copyright 2009, les ministères L.A.L.).   

Nous avons pu le rencontrer lors de son passage à Reims, en début d’année.


Ce mouvement de louange et d’adoration a-t-il apporté un changement dans l’Eglise ?

Stéphane pense que « oui ». « A une certaine époque on faisait chanter  les gens  en attendant les retardataires » dit-il. Mais il se réjouit du fait que l’adoration et la louange prennent place dans l’église.

Il note avec joie des compositeurs de chants et leaders de louange francophones qui émergent pour conduire l’église dans une nouvelle dimension d’adoration. « Il y a dix ans nous n’étions pas au même niveau musical qu’actuellement. Depuis quelques années, on est passé dans une dimension musicale de qualité. (Dans le monde francophone de très bons albums sont créés). Il y a de très bons compositeurs comme Dan Luiten et Luc Dumond.


Mais il rappelle toujours la nécessité de se placer devant Dieu, ce qu’il dit sans cesse aux musiciens qu’il forme : « Il faut être un chrétien avant d’être un musicien, mais il faut avant tout avoir un amour et une passion pour Dieu et pour la Parole. »

Quels sont les avantages de ce style de louange ?

« Les gens sont mieux préparés à recevoir le message. L’adoration n’est pas seulement la musique. La prédication, la prière, l’enseignement, font tous partie de l’adoration. Les gens à l’église pensent qu’il n’y a adoration que le dimanche matin avec la musique, et que la prédication c’est autre chose.

« Dernièrement quelqu’un a dit qu’on est tous des leaders de louange. Si moi, je conduis dans la louange et que vous prêchez après moi, vous êtes aussi un leader d’adoration.

Celui qui est à l’accueil est un leader d’adoration à cause de son style de vie, de son sourire, de son accueil. On est tous des leaders d’adoration. »

Il note tout de même qu’il faut garder cette appellation « leader de louange ». « Je crois que c’est un appel.»

« La manière dont se faisaient les réunions n’est pas tellement définie (dans la Bible). Deux chants, trois chants ? Dans le Nouveau Testament on n’en parle pratiquement pas. Ce n’est pas clair. »

Mais pour Stéphane une chose est sûre en ce qui concerne l’adoration : « C’est une partie importante de notre vie à nous parce qu’on est créé pour ça. On a été créé pour adorer. Vous et moi, nous prêchons la Parole, mais au ciel on ne prêchera plus la Parole. On adorera le Seigneur pour l’éternité.

« C’est la seule raison pour laquelle Il nous a créés. C’est pourquoi la louange est importante au niveau des églises. C’est primordial. Il n’y a pas d’autre solution pour avoir cette intimité-là afin que nous puissions lui dire : ‘Seigneur, merci. Tu es bon, Tu es bon.’ Jésus a déjà donné le plus grand sacrifice d’adoration. Lui, c’est le plus grand adorateur. C’est le plus grand leader de louange.

« Je crois que quelque part on avait perdu cette dimension d’adoration. On l’a retrouvée depuis quelques années. »

Il remarque qu’on était toujours dans l’adoration quand on chantait des livres, etc. Mais, « je crois que ce qu’on a trouvé aujourd’hui c’est une liberté. On s’exprime plus librement à travers des instruments, on rentre dans un ‘flow’ (courant, écoulement).

Quels sont les dangers pour le ministère de celui qui dirige la louange ?

« Il y a un danger si on ne reste pas connecté à Dieu. On a cherché une qualité musicale. En essayant d’atteindre cette qualité musicale on peut délaisser le côté spirituel de la musique. Avec l’expérience des années je dirais que les musiciens ne sont pas toujours les plus spirituels. Ils peuvent être amoureux de leur musique, amoureux de leur instrument, amoureux de leur ministère mais, pas amoureux de Dieu.

« Il faut l’excellence mais pas au détriment de la présence de Dieu. »

Aussi : « Il y a danger ces dernières années de vouloir  être ‘le prédicateur de l’heure’, ‘le leader de louange de l’heure’. On n’est pas là pour se faire une réputation. On est là pour connecter les gens à Dieu.

Pour les gens qui ont un certain niveau musical mais pas autre chose, Stéphane ne mâche pas les mots. « Ca va seulement être de la musique. Ca va tomber par terre. Il n’y a rien. Pas de présence. Il n’y a rien. Il y en a beaucoup dans le milieu chrétien. C’est de la musique. C’est professionnel. Mais il n’y pas du tout de présence. C’est vide. »

Mais, quand le cœur est en Dieu, le leader de louange peut être une grande  source de bénédiction. Stéphane dit : « Là où il y a une bonne louange et une bonne prédication, les gens viennent. »

Si vous pouviez parler aux églises et aux pasteurs concernant le ministère de louange, quel message leur communiqueriez-vous ?

« Il est nécessaire de former des adorateurs dans l’église afin qu’il y ait une bonne louange. Ca va conduire  les gens dans une autre dimension. Il faut trouver quelqu’un pour diriger la louange. Quelqu’un d’humble. Ce n’est pas nécessaire d’avoir un virtuose, un soliste. Quelqu’un avec un cœur d’adorateur. C’est ce que Dieu cherche. Dieu n’est pas impressionné par notre belle musique. On peut lui offrir l’excellence mais ce n’est pas ça qui l’impressionne. »

-------------------------------------------------

cup-1004269 640Abonnez-vous gratuitement à notre réflexion de la semaine—Taches de Café. Vous allez rigoler, réfléchir et grandir comme dans votre personalité. En plus, nous vous mettrons au courant dans ce newsletter quand il y a des nouveaux articles sur le site de Victoire Magazine.fr. Simplement envoyez un email à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et dites “abonner”.

Si vous aimierez connaitre Jesus comme Seigneur et Sauveur, écrivez-nous Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et nous serons contents de 

partager cette bonne nouvelle avec vous.

Dernière modification lelundi, 02 mai 2016 12:55
Plus dans cette catégorie : Marco Ceara: le défenseur qui prêche »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut