Menu
RSS
Gratuit-tonus pour votre couple

Gratuit-tonus pour votre couple

Recevez votre livret grat...

Cinq raisons pour ne pas « larguer » votre couple

Cinq raisons pour ne pas « larguer » votre couple

« Il n’est pas l’homme qu...

Saïd Oujibou: Trouver le paradis

Saïd Oujibou: Trouver le paradis

Philippe André Garçon vi...

Prev Next

Foire aux questions - toutes les FAQ

S'il vous plaît sélectionner la catégorie de votre question

questions fréquemment posées sélectionnées pour vous

Régulièrement, nous poserons votre question à un pasteur pour lui demander une réponse. Notre Pasteur ce mois-ci est Denis Biava.

La masturbation est-elle normale chez un chrétien ?

La masturbation est source de bien des confusions dans la tête des chrétiens, et surtout des jeunes chrétiens, même si cet acte ne cesse pas forcément après l’adolescence.

Certains la condamnent  sans équivoque, en disant purement et simplement que c’est un péché, d’autres encore diront que Dieu ne s’en soucie guère.

Nous allons essayer d’aborder la question avec tact, en évoquant des causes possibles et la perspective biblique.

Ainsi cette pratique pointe son nez à l’adolescence, période d’excitation physique, émotionnelle, sentimentale…avec des changements conséquents qui viennent surprendre et désorienter les jeunes.
Cette période tous les jeunes y passent, certains la vivent mieux que d’autres, mais des facteurs aggravants rendent le problème de la masturbation plus prononcé chez certains :

  • les changements d’ordres physiologiques
  • l’absence de bonnes informations
  • le regard sur la sexualité
  • l’absence de repères familiaux stables
  • le manque d’éducation sur le sujet de la sexualité
  • les rumeurs et les tabous

A ce stade il est primordial de considérer que cette pratique ne relève pas d’une « tare », mais est un vrai problème pour le jeune qui le vit et qui ne sait pas comment s’en débarrasser, les facteurs aggravants énumérés plus haut, ne vont venir que confirmer et alourdir le poids de la culpabilité.

De vraies pressions intérieures naissent de cela, créant un regard sur le « moi » peu élogieux et même dévalorisant.

Ce ne sont là que quelques effets désastreux de la masturbation, sans parler de l’égocentrisme, de la dévalorisation des autres et de l’obsession.

Mais au regard de cela, que nous propose la Bible ?

Comment aborder la question sous une perspective biblique ?

La Bible ne soutient  pas la masturbation, mais ne la condamne pas non plus, en fait elle ne dit rien à ce sujet.

Ce qui nous faut bien comprendre, c’est que l’acte de masturbation est néfaste car il est animé par la convoitise.

Le Dr Jay Adams insiste sur le fait que : « chez un très jeune enfant, la masturbation peut être purement un acte de curiosité, mais par la suite, il s’y greffe des fantasmes de relations sexuelles avec des partenaires imaginaires » (Adams, The Christian Counselor’s Manuel, p. 400)

Ainsi cela relève de la convoitise, et l’Evangile de Matthieu est très explicite avec cela – Mat 5. 27-28
Comment s’en sortir ?

° Premièrement il vous faut tout faire pour ne pas tomber dans la culpabilité destructrice, celle qui vous dévalorise, vous rabaisse et vous terrasse, sans pour autant vous dire : « Ok Dieu tu peux me comprendre ! » et demeurer dans votre travers.

°Deuxièmement, il est primordial de considérer que vous ne pouvez pas demeurer dans cette pratique, trop de conséquences néfastes sur vous-même sont à déplorer, mais encore plus, y demeurer volontairement sans faire tout ce qu’il faut pour en sortir, relève d’un attristement du Saint Esprit.

° Troisièmement, réaliser que vous pouvez en sortir, en priant  et en désirant du fond de votre cœur laisser le Saint Esprit vous accompagner et vous diriger dans des engagements personnels, comme par exemple en fuyant tout support qui pourrait vous exciter, ou bien encore de laisser votre conscience accepter la logique du pardon, après une confession, suite à votre acte volontaire.

° Quatrièmement, Dieu connaît toute chose, et vous ne pouvez rien lui cacher, alors soyez franc avec lui, et mettez « cartes sur table », c’est un gage d’honnêteté.

° Cinquièmement, confiez-vous à un « vrai » ami, qui pourra prier pour vous et vous suivre en vous demandant si actuellement vous tenez le coup !
Cela vous donnera un jalon dans votre démarche d’abandon de cette pratique.

° Sixièmement, Si vous subissez un échec dans votre démarche, relevez la tête, ce n’est qu’une bataille de perdue et non pas la guerre, et repartez avec vos résolutions, après avoir demandé pardon au Seigneur.

° Septièmement, Priez, louez Dieu et lisez la Bible.
Priez-le en lui demandant de venir non seulement à votre aide dans votre démarche d’abandon de cette pratique, mais aussi de venir soigner et panser votre cœur qui aurait pu être atteint de différentes manières à cause de cela.
Louez-le, car la louange et l’adoration sont une puissance qui vous positionne en tant qu’enfants de Dieu, ce que vous êtes malgré vos travers !

° Huitièmement, mettez tout en œuvre pour éviter de vous retrouver dans des situations qui favoriseraient cet acte, comme vous retrouver seul, regarder un programme TV inadéquat.

° Neuvièmement, Lisez la Bible et allez à l’Eglise, Lisez la Bible car elle est Parole de Dieu et source de vie, elle vous renouvellera intérieurement et vous communiquera la victoire en Jésus-Christ.
Allez à l’Eglise, car c’est dans l’assemblée des justes que Dieu envoie la bénédiction.

° Dixièmement, Ayez un esprit de victoire et de conquête, le péché n’est pas une obligation, confiez-vous en Dieu, obéissez à Christ et il vous donnera la victoire totale.

Voyez aussi : Pornographie: Des outils pour la victoire Eric Dufour http://www.topchretien.com/topmessages/view/8200/pornographie-des-outils-pour-la-victoire.html

Régulièrement, nous poserons votre question à un pasteur pour lui demander une réponse. Notre Pasteur ce mois-ci est Denis Biava.

La masturbation est-elle normale chez un chrétien ?

La masturbation est source de bien des confusions dans la tête des chrétiens, et surtout des jeunes chrétiens, même si cet acte ne cesse pas forcément après l’adolescence.

Certains la condamnent  sans équivoque, en disant purement et simplement que c’est un péché, d’autres encore diront que Dieu ne s’en soucie guère.

Nous allons essayer d’aborder la question avec tact, en évoquant des causes possibles et la perspective biblique.

Ainsi cette pratique pointe son nez à l’adolescence, période d’excitation physique, émotionnelle, sentimentale…avec des changements conséquents qui viennent surprendre et désorienter les jeunes.
Cette période tous les jeunes y passent, certains la vivent mieux que d’autres, mais des facteurs aggravants rendent le problème de la masturbation plus prononcé chez certains :

  • les changements d’ordres physiologiques
  • l’absence de bonnes informations
  • le regard sur la sexualité
  • l’absence de repères familiaux stables
  • le manque d’éducation sur le sujet de la sexualité
  • les rumeurs et les tabous

A ce stade il est primordial de considérer que cette pratique ne relève pas d’une « tare », mais est un vrai problème pour le jeune qui le vit et qui ne sait pas comment s’en débarrasser, les facteurs aggravants énumérés plus haut, ne vont venir que confirmer et alourdir le poids de la culpabilité.

De vraies pressions intérieures naissent de cela, créant un regard sur le « moi » peu élogieux et même dévalorisant.

Ce ne sont là que quelques effets désastreux de la masturbation, sans parler de l’égocentrisme, de la dévalorisation des autres et de l’obsession.

Mais au regard de cela, que nous propose la Bible ?

Comment aborder la question sous une perspective biblique ?

La Bible ne soutient  pas la masturbation, mais ne la condamne pas non plus, en fait elle ne dit rien à ce sujet.

Ce qui nous faut bien comprendre, c’est que l’acte de masturbation est néfaste car il est animé par la convoitise.

Le Dr Jay Adams insiste sur le fait que : « chez un très jeune enfant, la masturbation peut être purement un acte de curiosité, mais par la suite, il s’y greffe des fantasmes de relations sexuelles avec des partenaires imaginaires » (Adams, The Christian Counselor’s Manuel, p. 400)

Ainsi cela relève de la convoitise, et l’Evangile de Matthieu est très explicite avec cela – Mat 5. 27-28
Comment s’en sortir ?

° Premièrement il vous faut tout faire pour ne pas tomber dans la culpabilité destructrice, celle qui vous dévalorise, vous rabaisse et vous terrasse, sans pour autant vous dire : « Ok Dieu tu peux me comprendre ! » et demeurer dans votre travers.

°Deuxièmement, il est primordial de considérer que vous ne pouvez pas demeurer dans cette pratique, trop de conséquences néfastes sur vous-même sont à déplorer, mais encore plus, y demeurer volontairement sans faire tout ce qu’il faut pour en sortir, relève d’un attristement du Saint Esprit.

° Troisièmement, réaliser que vous pouvez en sortir, en priant  et en désirant du fond de votre cœur laisser le Saint Esprit vous accompagner et vous diriger dans des engagements personnels, comme par exemple en fuyant tout support qui pourrait vous exciter, ou bien encore de laisser votre conscience accepter la logique du pardon, après une confession, suite à votre acte volontaire.

° Quatrièmement, Dieu connaît toute chose, et vous ne pouvez rien lui cacher, alors soyez franc avec lui, et mettez « cartes sur table », c’est un gage d’honnêteté.

° Cinquièmement, confiez-vous à un « vrai » ami, qui pourra prier pour vous et vous suivre en vous demandant si actuellement vous tenez le coup !
Cela vous donnera un jalon dans votre démarche d’abandon de cette pratique.

° Sixièmement, Si vous subissez un échec dans votre démarche, relevez la tête, ce n’est qu’une bataille de perdue et non pas la guerre, et repartez avec vos résolutions, après avoir demandé pardon au Seigneur.

° Septièmement, Priez, louez Dieu et lisez la Bible.
Priez-le en lui demandant de venir non seulement à votre aide dans votre démarche d’abandon de cette pratique, mais aussi de venir soigner et panser votre cœur qui aurait pu être atteint de différentes manières à cause de cela.
Louez-le, car la louange et l’adoration sont une puissance qui vous positionne en tant qu’enfants de Dieu, ce que vous êtes malgré vos travers !

° Huitièmement, mettez tout en œuvre pour éviter de vous retrouver dans des situations qui favoriseraient cet acte, comme vous retrouver seul, regarder un programme TV inadéquat.

° Neuvièmement, Lisez la Bible et allez à l’Eglise, Lisez la Bible car elle est Parole de Dieu et source de vie, elle vous renouvellera intérieurement et vous communiquera la victoire en Jésus-Christ.
Allez à l’Eglise, car c’est dans l’assemblée des justes que Dieu envoie la bénédiction.

° Dixièmement, Ayez un esprit de victoire et de conquête, le péché n’est pas une obligation, confiez-vous en Dieu, obéissez à Christ et il vous donnera la victoire totale.

Voyez aussi : Pornographie: Des outils pour la victoire Eric Dufour http://www.topchretien.com/topmessages/view/8200/pornographie-des-outils-pour-la-victoire.html

Les péchés des pères peuvent se transmettre aux enfants. Par rapport aux autres, les enfants d’alcooliques sont beaucoup plus nombreux à devenir eux-mêmes alcooliques.

Mais, je crois que quand on vient au Seigneur de tout son cœur la malédiction est brisée. Peut-être la tentation n’est pas anéantie, mais en Jésus le potentiel de faire d’autres choses – des choses qui plaisent au Seigneur – est là. Si une personne se détourne du Seigneur, je vois bien comment ces anciens liens peuvent revenir mais la personne qui marche vraiment en Jésus n’est pas condamnée à faire comme son papa.

De mon expérience, je n’ai pas vu beaucoup de Chrétiens « prenant autorité » et « brisant les liens » des malédictions générationnelles, obtenir des résultats. Et je ne vois personne dans la Bible qui l’ait fait.

Par contre un Chrétien qui apprend à marcher par l’Esprit, bien que le combat soit toujours réel, peut vaincre !

Je crois qu’on a tous des tentations et des blessures psychologiques et spirituelles qui viennent de notre enfance. Et oui, la lutte peut continuer après être venu au Seigneur mais la victoire est en Jésus pour ceux qui la cherchent – et qui cherchent de l’aide parmi d’autres chrétiens aussi.

La question : « Si Jésus a déjà tout accompli à la Croix pour moi, que puis-je donc faire de plus pour accéder aux récompenses ? » est très à propos.

En ce qui concerne le jugement de nos œuvres (pas ce qui concerne le salut parce qu’on ne peut pas œuvrer pour être sauvé. C’est Lui qui l’a fait), je crois que c’est une question de sérieux devant Lui. J’essaie de garder mon cœur pur, de Lui obéir, de marcher en mettant ma confiance en Lui, et de faire Sa volonté.

Quant au jugement, nous Lui en laissons la responsabilité

1Cor 4:1  "Ainsi, qu'on nous regarde comme des serviteurs de Christ, et des dispensateurs des mystères de Dieu. Du reste, ce qu'on demande des dispensateurs, c'est que chacun soit trouvé fidèle. Pour moi, il m'importe fort peu d'être jugé par vous, ou par un tribunal humain. Je ne me juge pas non plus moi-même, car je ne me sens coupable de rien; mais ce n'est pas pour cela que je suis justifié. Celui qui me juge, c'est le Seigneur.

C'est pourquoi ne jugez de rien avant le temps, jusqu'à ce que vienne le Seigneur, qui mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres, et qui manifestera les desseins des cœurs. Alors chacun recevra de Dieu la louange qui lui sera due."

Nous essayons d’être fidèles. Le Seul qui sait vraiment lire notre cœur c’est le Seigneur. Nos péchés ont été jugés à la Croix. En ce qui concerne le jugement de nos œuvres, s’Il juge avec la même grâce qu’Il a employé à la Croix, je crois que ça ira.

Je me conforte parfois en pensant que même les petites récompenses au ciel dépasseront les limites de notre imagination. Et la plus grande récompense sera le Seigneur Jésus lui-même.

Courage ! Il est pour nous et Il ne cherche pas des failles pour nous faire du mal. Nous sommes Ses enfants bien aimés et Il désire notre réussite. Qui d’entre nous revendique la perfection ? Pas moi. Loin de ça, malheureusement. Mais, je cours et je Lui fais confiance.

Question:"Certes, ils resteront attachés aux pratiques extérieures de la religion mais, en réalité, ils ne voudront rien savoir de ce qui en fait la force." SVP, comment dois-je comprendre ce verset quand il est dit "ils ne voudront rien savoir de ce qui en fait la force" ? Qu'est ce qui fait la force de la religion?

Ce qui fait la force de notre religion est une relation personnelle avec le Seigneur Jésus qui a pour résultat une vie changée (2 Cor. 5 :17). Beaucoup ne veulent pas de cela. On peut être « religieux » sans que le cœur soit engagé. A l’époque des Croisades, beaucoup de soldats et leurs leaders se disaient « Chrétiens » mais ils firent des choses horribles au nom du Christ. Ils étaient religieux mais leur cœur était loin de Dieu.

Dans le Nouveau Testament, Dieu ne proscrit aucun aliment. C’est le cœur qui prime. J’estime que quand Pierre a vu la grande nappe descendre du ciel et entendu le Seigneur lui dire de tuer et manger, Dieu a changé les règles du régime alimentaire. Paul nous dit clairement :
« 1Mais l'Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s'attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons,
2 par l'hypocrisie de faux docteurs portant la marque de la flétrissure dans leur propre conscience,
3 prescrivant de ne pas se marier, et de s'abstenir d'aliments que Dieu a créés pour qu'ils soient pris avec actions de grâces par ceux qui sont fidèles et qui ont connu la vérité.
4 Car tout ce que Dieu a créé est bon, et rien ne doit être rejeté, pourvu qu'on le prenne avec actions de grâces,
5 parce que tout est sanctifié par la parole de Dieu et par la prière.
6 En exposant ces choses aux frères, tu seras un bon ministre de Jésus Christ, nourri des paroles de la foi et de la bonne doctrine que tu as exactement suivie. »  (1 Timothée 4:1-6)

Nous ne sommes plus sanctifiés par un aliment mais par notre foi et notre obéissance au cœur du Seigneur. Car le Royaume de Dieu n’est pas une question de manger et de boire mais la justice, la paix et la joie dans le Saint-Esprit ! (Romains 14 :17)

Pourtant si un frère est offensé par ce que je mange, je ne le mangerai pas pendant que je suis avec lui. Pourquoi faire tomber mon frère à cause d’un aliment ? Peut-être que dans son cœur il a peur que ce soit un péché. Et en le mangeant devant lui je vais l’encourager à faire quelque chose qu’il pense être un péché.


Voilà quelques idées. La prière et la lecture de la Parole sont très importantes dans notre marche avec le Seigneur. Mais, elles ne sont pas forcément faciles à appliquer. J’ai un ami pour qui la prière semble comme sa respiration. Pour moi, c’est plus difficile mais j’aime beaucoup étudier la Parole. Je prie et je veux grandir dans ma vie de prière mais parfois, c’est vraiment un acte d’obéissance. Je trouve pourtant qu’après avoir commencé, c’est plus facile et de temps en temps c’est exquis.

Et c’est efficace ! La prière marche.

Pour la prière et la lecture de la Parole je vous offre quelques suggestions :

Choisissez un temps pour le faire et soyez fidèle à votre rendez-vous avec le Seigneur. Le matin c’est préférable mais si ce n’est pas possible, l’essentiel est que vous ayez un moment particulier et que vous le fassiez régulièrement. Ça deviendra une partie de votre vie tellement importante que le manquer vous fera mal.

Divisez votre temps entre la lecture de la Parole et la prière. Je ne vous dis pas combien de temps il faut passer. Si vous avez 15 minutes, faites-le. Si vous pouvez aller jusqu’à une heure, faites-le. Ce n’est pas bien de nous comparer les uns aux autres. C’est un temps privilégié avec le Seigneur. Parfois, nous ne ressentons rien. Parfois, nous nous croyons au ciel. Dieu est là, même si nous ne Le ressentons pas.

Si vous n’arrivez pas à prier comme vous le voudriez, prenez les paroles d’un psaume et lisez-le comme une prière au Seigneur. Quoi de mieux que de prendre les paroles qui viennent du Saint-Esprit pour louer Dieu !
Vous pouvez même écrire vos prières au Seigneur. Chantez. Priez par l’Esprit Saint.

Faites une liste de prière pour vos demandes et une liste de louanges et d’actions de grâce.
Je vous conseille d’avoir un cahier et un stylo à la main quand vous étudiez la Bible. Faites un petit commentaire de ce que vous lisez. Cela vous aidera à lire avec attention et vous serez surpris de ce que le Seigneur vous montrera en lisant de cette manière.

Mais ceux qui entretiennent une relation personnelle avec Dieu par le Seigneur Jésus vivent d’une autre manière. La puissance de Dieu qui a changé leur cœur se manifeste par des actes d’amour, de service et une vie sainte, consacrée à Dieu.

Quand vous avez prié, cherchez de l’aide – un ami, un responsable dans votre église, etc. – Attendez que le Seigneur vous aide.

Cherchez vraiment dans la Parole pour voir ce que Dieu dit de votre situation puis allez plus loin.

Priez, bien sûr, mais demandez au Seigneur de vous aider à croire.

Refusez le mensonge. Par exemple, quelqu'un vous disant que c’est de votre faute que votre enfant est handicapé ou que vous êtes malade. – j’aurai peur de dire une telle chose – Si toutes nos fautes et nos faiblesses retombaient sur notre tête nous serons dans une bien mauvaise situation. Il est facile de porter des jugements. Refusez les mensonges de telles personnes.

Puis, après avoir tout fait, restez ferme, les yeux braqués sur le Seigneur. Des fois, la solution c’est le temps. Patientez et attendez-vous à ce que le Seigneur vous apporte un secours.

Merci pour votre question. Les choses que vous avez mentionnées ont causé pas mal de polémiques dans l’Église, c’est sûr.
En toute franchise, je ne peux pas parler à la place de Dieu. Je crois que la femme (et l’homme) doit s’habiller d’une manière modeste, mais ce n’est pas à moi de dire à chacun comment s’habiller. Mon salut ne dépend pas de cela mais de la mort et de la résurrection de Jésus !
 
Quand le Seigneur change notre cœur, c’est vrai que le comportement change, et l’extérieur aussi. C’est le processus de sanctification mais je ne peux pas juger où en est une autre personne dans ce processus. Il y a certaines choses que je ne peux pas faire, et que les autres ont la liberté de faire et vice-versa. Si c’était seulement une question de vêtement, ces femmes musulmanes totalement couvertes seraient les plus spirituelles de toutes.
 
Quand nous voyons une personne pour laquelle nous estimons qu'elle ne marche pas dans la modestie, notre meilleur recours est de prier pour cette personne, de l’aimer et de mener une vie devant elle qui lui donnera soif d'avoir la même relation intime que nous avons avec notre précieux Seigneur Jésus.

« Recherchez non pas la beauté que donne une parure extérieure : cheveux habilement tressés, bijoux en or, toilettes élégantes, mais celle qui émane de l'être intérieur : la beauté impérissable d'un esprit doux et paisible, à laquelle Dieu attache un grand prix. » (1 Pierre 3 :3, 4 Semeur).

Je ne crois pas que cela veuille dire que nous ne pouvons pas nous faire belles ou beaux. Ce n’est pas forcement spirituel d’être plus laid que nécessaire non plus. Ce n’est pas notre préoccupation principale. Nous travaillons à ce que l’intérieur soit plaisant et agréable à Celui que nous aimons plus que tout autre.

Ceci dit, il faut avoir beaucoup de patience avec certains nouveaux Chrétiens et certains jeunes. Nous ne voulons pas leur imposer un fardeau trop lourd, qu’ils ne soient pas capables de porter. Nous prions beaucoup pour eux et nous leur manifestons une tonne d’amour.

Ce qui est le plus difficile est de gérer nos sentiments. Vous aimez peut-être le Seigneur tous les deux,  vous désirez faire Sa volonté, vous vous entendez bien.

Il y aussi des choses qui sont un peu inquiétantes : peut-être n’est-il pas guéri de sa relation précédente après un an et il semble que vos sentiments commencent à s’affirmer.

Dans toute histoire sentimentale il y a un danger et peut-être que la possibilité d’être blessé est le prix que vous devez payer pour aller plus loin. La relation peut avoir une bonne issue ou une issue douloureuse. Mais, on ne peut pas éviter toute douleur dans la vie et on doit parfois prendre des risques.

Si vous n'êtes pas sûre de ses sentiments vis à vis de vous, mettez une distance émotionnelle jusqu’à ce que vous soyez rassurée de ce que son cœur ne soit plus à l’autre relation. Si lui pense que vous n’êtes qu’une bonne amie et que vous, de votre côté, vous êtes tombée amoureuse, ça ne va pas bien finir.
 
Si vous voulez aller plus loin dans la relation vous pouvez sonder ce qu’il pense tout en sachant que le résultat ne sera pas forcement celui que vous espérez, ou bien vous pouvez continuer en étant simplement des amis.

Mais, dans ce cas la question reste : Serez-vous contente ainsi ?

Les relations humaines, surtout amoureuses, sont compliquées. Il n’y a pas de réponse facile ou sans risque.  Que Dieu donne de la sagesse pour savoir comment agir—ou ne pas agir. Ces situations sont délicates, mais prendre des décisions est souvent un moyen de grandir.

Vous pouvez prendre un jour à part pour jeuner et prier et demander la volonté du Seigneur dans ce cas. Certaines personnes aiment le Seigneur et désirent Sa volonté mais ne sont pas forcément destinés à être votre compagnon de vie.

Si vous aimez le Seigneur de tout cœur et si vous désirez vraiment Sa volonté Il vous montera ce qu’il faut faire : Psaumes 37:3-5 « 3Confie-toi en l'Éternel, et pratique le bien; Aie le pays pour demeure et la fidélité pour pâture. 4Fais de l'Éternel tes délices, Et il te donnera ce que ton cœur désire. 5Recommande ton sort à l'Éternel, Mets en lui ta confiance, et il agira. » (Louis Segond (LSG)

Si vous ne pouvez pas vous séparer de vos sentiments et que le jeune homme semble vouloir rester ami sans plus, il est peut-être préférable de prendre vos distances. Et si le Seigneur a destiné quelque chose pour cette relation, tant mieux. Vous devez décider devant le Seigneur de faire ce qu’Il veut que vous fassiez.

FAQs - toutes les FAQ
Pas de faq correspondent à vos critères de recherche