Menu
RSS
Gratuit-tonus pour votre couple

Gratuit-tonus pour votre couple

Recevez votre livret grat...

Cinq raisons pour ne pas « larguer » votre couple

Cinq raisons pour ne pas « larguer » votre couple

« Il n’est pas l’homme qu...

Saïd Oujibou: Trouver le paradis

Saïd Oujibou: Trouver le paradis

Philippe André Garçon vi...

Prev Next
S'abonner à ce flux RSS

La mort de Graham Stains avait-elle de sens ?

staJuste après minuit, le 23 janvier 1999 le missionnaire australien Graham STAINS, 58 ans, et ses deux fils, Philip, dix ans, et Timothy, six ans, dormaient dans le break familial.

Ils assistaient au « Camp Biblique du Jungle » près du village de Monoharpur dans l’état d’Orissa en Inde.

Soudain, les cris d’un gang violent les ont réveillés. Les hommes en colère ont entouré leur voiture et ils ont brûlé vif Graham et ses deux fils dans la voiture. 

Plus tard on a trouvé leur corps sans vie serrés dans les bras les uns des autres.

M. Staines avait travaillé presque 35 ans en Inde en aidant les pauvres, les illettrés et surtout les lépreux. Certains groupes d’Hindous radicaux l’ont accusé d’avoir obligé des gens à devenir Chrétien. L’activiste Hindous Dara Singh a été condamné avec des autres pour les meurtres.

 (voir notre interview avec Mme Stains ici http://www.victoiremagazine.fr/k2-categories/item/109-comment-pardonner-les-assassins-de-votre-famille )

Et nous ne pouvons pas nous empêcher à dire :« Quel gâchis.Des vies gaspillées !» Mais, est-ce qu’il y avait un sens dans la mort de ces martyrs ?

Sam M. avait du mal à dormir la nuit après avoir appris la nouvelle de la mort cruelle de Graham Stains et ses deux fils.

Il ne pouvait pas dormir

« J’étais pasteur dans une église florissante du sud des Indes, une ville qui s’appelle Tiruchirapalli. Un flash info nous annonça la mort du missionnaire Australien et ses deux fils. Il avait servi les Indiens pendant 30 ans et notre remerciement : un meurtre. Je n’ai pas dormi de la nuit. »

Pasteur Sam servait dans une église de 2000 personnes mais son cœur s’agitait en lui. « Bien que ma femme et moi ayons une vie confortable, nous avons été secoués par leur mort et leur sacrifice … Plus rien ne m’intéressait sinon de partir comme missionnaire dans le Nord des Indes. »

Après beaucoup de prière, ils décident de quitter l’église pour aller dans une région difficile à évangéliser et y implanter des églises. « Nous avons choisi Gujarat, un des bouillons de culture du fondamentalisme religieux. La loi contre la conversion est activement appliquée dans cet état. » 

En savoir plus...

Etes-vous une oie sauvage ou une poule ?

geese

Quelque part j’ai entendu une histoire un peu comme celle-ci : une jeune oie sauvage a été blessé et ensuite recueillie par un fermier qui l’a mise dans son poulailler avec ses volailles.

L’oie sauvage souffrait au début mais finalement son aile s’est guérie. Au lieu de quitter sa prison, pourtant, elle s’y est habituée et menait sa petite vie tranquille à côté des poules.

Elle aimait les graines que la femme du fermier lui donnait et peu à peu la mémoire du fait qu’elle savait voler s’estompait. Et en plus elle voulait plaire aux poules qui l’entouraient. Elle grattait la terre et mangeait des vers de terres (pitouii !), mais il ne fallait pas déplaire aux poules où au coq.

Ils se croyaient les meilleurs de toute les bêtes et ils persécutaient ou faisaient fuir tous ceux qui étaient différents. (Petite note : les poules sont faites pour donner leur chair à manger et pour pondre les œufs, mais quand ce sont elles qui gèrent le monde, attention !)

Un beau jour, un bruit lointain secoua le cœur de l’oie. Elle leva les yeux et vit des oies sauvages très haut dans le ciel, volant en formation, se dirigeant vers le sud pour l’hiver.

Quelque chose dans le chant de ces bêtes étranges lui parla : « Tu n’as pas été faites pour le poulailler. Dieu t’a créée pour voler très haut et voyager très loin. » L’émotion était telle que l’oie battait des ailes et avait presque le sentiment que si elle courait un peu et se lançait, elle pourrait décoller.

Mais, en regardant les poules autour d’elle, elle se dit que finalement c’était tellement agréable là où  elle était : il n’y avait pas besoin d’aller au loin chercher de quoi manger … et pourtant quand elle regarda vers le haut et revit ces oiseaux magnifiques qui chantaient tout en avançant en formation en « v », son cœur la trahit : « Tu n’es pas une poule ! Tu n’as pas été faite pour le poulailler. Dieu t’a créée pour autre chose que de gratter par terre et manger des sauterelles minables. Même si les autres se contentent de leur vie, tu ne le peux pas. Tu as été faite pour autre chose. »

Tu as été créé pour autre chose, toi

En savoir plus...

Changé par une vision d’une éternité séparée de Dieu

man-1519667 640Un ami m’a raconté une histoire qui m’a marqué. Cet ami a atteint un haut niveau sportif, s’est blessé mais « s’est reconverti » comme entraineur de haut niveau.

Il allait à l’église mais peu à peu il s’est éloigné de Dieu. « Il y avait de la poussière dans ma vie et si vous ne balayez pas la poussière, ça ne part pas tout seul. Au contraire, elle s’accumule de plus en plus » dit-il.

Dans son travail il aimait dominer les autres car depuis son enfance il voulait toujours avoir raison, diriger les choses à sa manière. « J’avais souvent raison sur le fond, mais mille fois tort sur la forme » il admet.

Il était mal à l’aise avec ses explosions de colère et la façon dont il traitait les autres dans ses relations quotidiennes parce qu’il croyait que ce n’était pas un bon témoignage pour un chrétien.

Mais, son orgueil l’emportait sur sa conscience et il a continué jusqu’à une période où il a chuté vis-à-vis du Seigneur. Il s’est repenti et a été pardonné. Il a pris de bonnes résolutions et a cherché à s’en sortir en comptant sur ses propres forces. Hélas, il n’était pas assez fort et il est tombé de nouveau.

Encore la repentance est intervenue et le pardon, mais il est tombé une troisième fois. Et durant ce temps, malgré son péché, son péché du fond--l’orgueil-- était toujours présent, il continuait d’être dur, arrogant, voire méprisant avec ceux qui le contredisaient.


Mais, cette troisième fois était différente. Son cœur s’était vraiment endurci et il fallait une action forte du Saint-Esprit pour qu’il se rende compte de sa condition.

Il a eu un songe (ou une vision, il ne sait pas lequel, c’était si fort). Là, il s’est vu dans une pièce toute noire, terriblement seul. C’était palpable, mais il ne voyait même pas sa main devant lui. Et pourtant il avait quand même le sens qu’il était emprisonné dans une pièce, d’être entouré totalement hermétiques d’où aucun son ne pouvait sortir.

« Personne pour entendre mes cris, mes plaintes et mes supplications. L’isolement le plus grand dans la nuit la plus profonde, et un silence terrifiant. »

Le pire, c’est qu’il réalisait avec horreur, qu’il y était pour l’éternité et il n’y avait pas d’issue ! Il était là, privé de Dieu à jamais.

Un hurlement d’horreur primal s’éleva du plus profond de son âme.

En savoir plus...

Une chrétienne apprend l’amour profond de Dieu

baby-22194 640

J'ai grandi dans une famille chrétienne et, très tôt, j'ai donné mon coeur au Seigneur. J'avais entendu parlé de Lui depuis toute petite et je savais qu'Il était grand, puissant, qu'Il avait créé le ciel et la Terre, qu'Il était mort sur la croix par amour pour nous.

Dans tous les aspects de ma vie, j'ai toujours voulu faire de mon mieux, principalement pour faire plaisir aux autres. J'ai bien travaillé à l'école pour faire plaisir à mes parents. J'ai toujours essayé de bien me comporter et c'était pareil dans ma relation avec Dieu. J'essayais de bien faire pour lui plaire, par crainte et respect.

J'ai vécu une bonne partie de ma vie chrétienne en me disant que j'étais une "relativement bonne chrétienne." Bien sûr, il y avait mieux, mais je m'en sortais bien. Je savais que ce qui me manquait, c'était une relation intime avec Lui. J'avais du mal à prier.

Dépression 

Et puis, il y a quelques années, alors que mon mari et moi essayions d'avoir un enfant depuis un moment, je suis tombée enceinte et j'ai fait une fausse-couche au bout de quelques mois. Au début, je l'ai assez bien pris. Je me suis dit que Dieu avait un plan et que, si j'avais perdu ce bébé, c'était pour une bonne raison, mais qu'Il nous permettrait vite d'avoir un autre enfant. Seulement, les mois ont passé et je ne suis pas retombée enceinte.

En plus, j'ai eu de gros problèmes dans mon travail, des défauts se sont révélés dans la maison que nous avions achetée et tout s'est accumulé. J'ai commencé à penser que Dieu me punissait parce que je ne priais pas assez. Plus j'essayais de prier, plus mes pensées s'égaraient à chaque fois que j'essayais, plus je culpabilisais.

J'ai sombré dans la dépression en me disant que j'étais une très mauvaise chrétienne et que tout ce qui nous arrivait était ma faute. Et puis, petit à petit, à travers des messages et des chants, Dieu m'a parlé. Il m'a montré que je n'étais ni une bonne, ni une mauvaise chrétienne, puisque personne ne peut atteindre la justification par soi-même, mais que nous sommes justes à travers le sang de Christ.

Il m'a montré qu'Il restait Dieu et qu'Il nous aimait, que ce soit dans les bons ou dans les mauvais moments, et surtout, petit à petit, Il m'a amené à réaliser son amour pour moi. Je savais que Dieu aimait les hommes, mais je n'avais jamais réalisé qu'Il m'aimait MOI, qu'Il se souciait de moi aussi, et qu'Il n'était pas seulement un Dieu puissant et lointain qui veillait sur l'ensemble de l'humanité.

Une guérison et une promesse

 

Dieu m'a guérie de ma dépression.

Un jour, alors que je priais, Il m'a parlé. Je priais pour avoir un enfant. Il m'a dit : "Ce que tu demandes, je te l'ai accordé." Ça n'a pas été immédiat. Il a fallu attendre encore sept mois, mais je suis tombée enceinte et, aujourd'hui, nous avons une belle petite fille de cinq ans pleine de vie.

J'avoue que je ne suis toujours pas une femme de prière capable de passer des heures d'affilées à genoux, mais j'entretiens maintenant une relation intime et quotidienne avec Jésus, qui est mon ami en plus d'être un Dieu saint, puissant, qui a tout créé et qui veille sur l'Histoire des hommes.

_______________________________________________

 

cup-1004269 640Abonnez-vous gratuitement à notre réflexion de la semaine—Taches de Café. Vous allez rigoler, réfléchir et grandir comme dans votre personnalité. En plus, nous vous mettrons au courant dans ce newsletter quand il y a des nouveaux articles sur le site de Victoire Magazine.fr. Simplement envoyez un email à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et dites “abonner”.

Si vous aimierez connaitre Jesus comme Seigneur et Sauveur, écrivez-nous Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et nous serons contents de 

partager cette bonne nouvelle avec vous.

 

cup-1004269 640Abonnez-vous gratuitement à notre réflexion de la semaine—Taches de Café. Vous allez rigoler, réfléchir et grandir comme dans votre personnalité. En plus, nous vous mettrons au courant dans ce newsletter quand il y a des nouveaux articles sur le site de Victoire Magazine.fr. Simplement envoyez un email à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et dites “abonner”.

Si vous aimierez connaitre Jesus comme Seigneur et Sauveur, écrivez-nous Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et nous serons contents de 

partager cette bonne nouvelle avec vous.

En savoir plus...

Bayless Conley: un garçon de 12 ans impacte sa vie

bc1Bayless Conley se trouvait dans un parc, bien déprimé. Une expérience avec des drogues la nuit d’avant avait mal tourné. Il avait environs 20 ans à l’époque.

La drogue n’avait rien de nouveau pour lui. Déjà très jeune en Californie, l’alcool et les drogues jouaient un rôle prépondérant dans sa vie. Des mauvaises expériences, il en avait aussi fait. Mais quand il est revenu à lui-même en train de manger de l’herbe devant une maison, cela l’a convaincu qu’il devait quitter ce lieu où il serait bientôt mort.

C’est pour cela qu’il se trouvait dans l’état d’Oregon, aux USA.

Pourtant, le problème le suivait. Il devait choquer un rare passant sur cette piste isolée où il marchait ce jour-là. Sa grande barbe rouge, cette tresse avec une plume dans les cheveux, et ses vêtements bizarres ne donnaient pas l’image d’un enfant de chœur.

Ce jour-là, il pensait à Jésus Christ, bien qu’il n’ait jamais connu un chrétien qui pratiquait sa foi. « Je n’avais jamais entendu parler de l’Evangile, mais je savais qu’il y avait cette chose appelée le Christianisme … »

Il a cherché dans le yoga, les religions des Indiens Américains, et il a à un moment donné, fréquenté un peu des gens qui pratiquaient la magie noire et la sorcellerie.

Il pensait à Jésus, mais il ne connaissait pas le Jésus révélé dans la Bible. Pour lui, Jésus était un gourou, un mystique oriental. Dès son plus jeune âge, Bayless avait soif de connaitre la vérité, mais plus d’une fois la drogue a failli lui couter la vie.

« Je voulais tellement savoir pourquoi j’étais ici, et s’il y avait un Dieu. » Il était pourtant ivre la plupart du temps.

Il essaya de penser à autre chose en se promenant, mais sa réflexion revenait toujours à Jésus. Il arriva dans une partie du parc où jouaient beaucoup d’enfants qui couraient dans tous les sens.

Un petit garçon mexicain passait tout près de lui : il avait les mains dans les poches, portait des bottes de cow-boy. Il ne l’a même pas regardé, mais quand il est passé près de Bayless, quelque chose l’a touché intérieurement. Il ne le quittait pas des yeux. Il se souvient avoir pensé : « Qu’est-ce qu’il a ? Il a quelque chose de bon. Il a quelque chose que je n’ai pas. »

Bayless continua son chemin. Il s’arrêta dans le bois et s’assit sur une pierre à côté d’un petit ruisseau, pensant toujours à Jésus. Puis, il entendit un bruit, et voilà que ce garçon de 12 ans qu’il venait de voir, vint de l’autre côté du ruisseau et s’installa, lui aussi, sur une pierre. Il avait un grand sourire.

Puis, le garçon lui adressa la parole de manière très directe : Puis-je vous poser une question ? Connaissez-vous Jésus ? » Bayless fut bouleversé par cette parole. Le garçon traversa le petit cours d’eau, marchant sur des pierres, s’installa à côté de Bayless, cet homme à l’air bizarre, et lui dit : « Jésus, n’est-il pas merveilleux ? »

Ce garçon le troublait. Il parlait comme si Jésus était toujours vivant et comme s’il Le connaissait. Il continua en parlant de cette relation qu’il avait avec Jésus-Christ et Bayless était en état de choc. Le garçon l’a emmené rencontré sa mère qu’il trouva en train de dormir sur la pelouse.

Bayless pensa que ces gens étaient trop bizarres pour lui, alors il s’éloigna. Mais la mère, Ramona, criait son adresse avec une invitation à venir manger avec eux. « D’accord » répondit-il » sans penser un instant qu’il reverrait ces personnes.

Deux semaines plus tard, un  fort désir d’aller les voir saisi Bayless. Il se souvint de la rue (elle avait crié l’adresse), stationna sa voiture et partit à la recherche de leur appartement. Soudain, il entendit quelqu’un qui l’appela d’un appartement en haut.

« Bay, nous sommes ici ! » C’était la dame.

Il entra dans l’appartement : un repas de spaghettis était préparé avec un couvert mis pour lui ! « Nous vous attendions » dit Ramona, « le Seigneur nous a dit que vous seriez ici aujourd’hui. »

Le jeune homme répondit : « Attendez ! Qui vous a dit que je serai ici aujourd’hui ? »

« Le Seigneur ».

En savoir plus...

Un pasteur blessé ouvre le cœur : VICTOIRE SUR LE SILENCE

forest-868715 640            Je suis Jean-Marc, j’ai cinquante quatre ans. J’ai été pasteur dans les Assemblées de Dieu de France de 1989 à 2007. Il m’a fallu démissionner de mon poste pour raison de santé car j’ai craqué nerveusement. C’était un moment très douloureux pour moi car j’étais très attaché à mon ministère et commençais à entrer dans de bons projets pour le Seigneur. Seulement, c’est Dieu qui est maitre de la moisson et qui décide qui fait quoi et où.

            Un pasteur qui craque et qui démissionne, c’est triste mais hélas courant. Il existe plusieurs raisons à cela et chaque cas est particulier. Ceci dit, prions pour les serviteurs de Dieu car ils sont des cibles privilégiées pour le diable.

            Une cible, j’en étais une de qualité. Quand je me suis converti, je n’ai pas solutionné tous les problèmes de mon enfance. J’ai enfermé dans des lieux secrets des blessures, souffrances, événements très douloureux et graves. J’ai vécu dans le déni par rapport à ces situations pendant longtemps. Malheureusement, chacun sait qu’une blessure qu’on ne soigne pas s’infecte. Les dégâts alors sont catastrophiques.

            Mes blessures étaient bien présentes et je faisais tout pour les étouffer. D’ailleurs, je pensais qu’en exerçant mon ministère pastoral, en aidant des personnes à guérir de leurs blessures, je me guérissais moi-même en même temps. Mais ce n’est pas possible. On ne se guérit pas soi-même en guérissant les autres.

N’en parler à personne

            Très vite j’ai compris que j’avais des comportements dysfonctionnels et immatures. J’avais un peu honte de ces choses et préférais n’en parler à personne. Petit à petit ces comportements ont pris plus d’ampleur et j’ai commencé à me tourner vers certaines choses dont je suis tout simplement devenu esclave.

Au début ce n’était qu’un tout petit jeu et je pensais m’en sortir tout seul, sans l’aide de qui que ce soit. Mais non, je me suis enfoncé et très vite je me suis rendu compte que j’étais embourbé dans une addiction grave. A qui parler de cela ? J’avais peur et honte. J’étais gêné au plus haut point. Je me taisais car je pensais qu’on n’allait pas me comprendre, qu’on allait me juger, me rejeter, me retirer l’amour qu’on me portait. J’étais tout simplement malheureux.

Je continuais malgré tout à exercer mon ministère et je choisissais des messages d’encouragements pour l’église et cela me faisait du bien.

            Mais ma situation ne changeait pas, bien au contraire. Je m’enfonçais, m’enlisais de plus en plus et prenais beaucoup d’assurance dans ces choses honteuses que je pratiquais. Parallèlement à cela ma santé psychologique se dégradait. Je devenais dépressif. A cette époque j’avais l’occasion de parler à des médecins spécialistes de mon problème. Ceux-ci m’aidaient à comprendre pourquoi je faisais ces choses mais ne pouvaient pas m’aider à en sortir.

Je me retrouvais tout seul devant Dieu, priais, bien entendu, montrais ma détermination à changer de vie mais ne savais pas comment faire pour cela. Je n’osais me confier. J’étais fermé, paralysé par cette peur qui m’étouffait littéralement.

En savoir plus...

Dieu se révèle à un enfant

jacky1

Il est impossible à un garçon de neuf ans de rester à la maison sans satisfaire sa curiosité dans de telles circonstances.

Jacky Derand se demandait ce qu'était ce brouhaha au Foyer de Dockers derrière sa maison. Des milliers de gens s'y attroupaient. Le missionnaire français Aimé Cizeron était venu dans sa ville, Le Port, dans 111e de la Réunion. Ce garçon badaud allait faire une expérience qui marquerait toute sa vie.

Sa vie. Oui. Jusqu'à ce jour, elle n'avait pas été terrible. Jacky est né le dernier d'une famille de sept enfants. La pauvreté les opprimait. « Nous vivions dans une petite maison en bois avec des trous dans le toit, se souvient-il. Quand il pleuvait ma mère mettait des bassines sur le lit pour recueillir la pluie. Quelquefois on était même trempé, et souvent malade.

« Mon père se levait souvent la nuit saisi de crises de folie dues à l'alcool. II frappait ma mère. Ce qui a fait de moi un enfant complexé et bloqué. » II avait pourtant un coeur qui désirait Dieu « J'avais dit quand j'étais petit que s'il y avait un Dieu j'aimerais bien qu'il soit mon ami, quelqu'un en qui je pourrais me  confier ».

Arrive à la grande salle, « au foyer des dockers », il trouva des milliers des gens. «Je ne pouvais pas voir et je cherchais un endroit où je pouvais voir de loin. A ce moment-là je vis le missionnaire Cizeron imposer les mains aux gens. Aussitôt dans mon coeur est venue cette parole: "un jour tu feras comme lui."

« Je ne savais pas ce qui se passait. Le temps passa.... Mes parents ne savaient pas ou j'étais. J'étais curieux. Je me suis mis dans l'allée (avec ceux qui attendaient la prière) et j'attendis mon tour afin qu'il m'impose les mains. J'attendais dehors pour ensuite traverser toute la salle.

« II m'a donc imposé les mains. Je ressens encore ses mains aujourd'hui.

Problème à la maison

Je suis rentre à la maison, convaincu de péché. Je n'aurais pu parler à personne. Je n'avais ni les mots, ni le vocabulaire. Tout se passait uniquement dans le coeur de l'enfant que j'étais.

Je suis rentre à la maison avec cette conviction que Jésus m'aime. Jésus est mort à la croix. Jésus m'appelle à Le servir. » Dieu venait de se révéler à l'enfant. Pourtant aucune formation religieuse ne l'avait disposé à croire ainsi.

Le petit était bouleverse. « J'ai imité le missionnaire. J'ai fermé la porte. J'ai pris un bouquin. J'ai fait comme lui. J'ai prié pour les malades. J'ai chassé des démons.»

Bien qu'enfant, son zèle pour le Seigneur jaillit. II est passé dans chaque chambre de la maison et il a enlevé les icones des murs et les a brulé, ce qui lui a valu une bonne fessée quand son papa est rentre.

Ses parents se sont opposés à lui (dans le souci de le  protéger) et le petit ne comprenait pas. II en a voulu à Dieu. Mais le Seigneur n'avait pas fini.

« Dans la nuit, il m'a montré l'enlèvement de l'Eglise. J'ai entendu le son d'une trompette. Je me suis dit  'Mince ! Les pompiers jouent-ils de la trompette la nuit ? " (Ils habitaient à côté des pompiers).

« Je me suis retourne dans man lit. Le plafond avait disparu. II y avait un immense nuage. Quelqu'un tout en blanc était au milieu, les  bras croisés. II y avait un ange à sa gauche, un ange à sa droite.  Il a fait un geste. Les anges ont quitté le ciel, une centaine d'anges. Ils ont volé vers la terre. Ils ont pris les gens par la main. Ils sont montés. L'ange à sa gauche a fait la même chose. J'ai vraiment eu peur. Je pleurais : et je me répétais :

‘‘ Il est revenu, je suis resté. II est revenu.  Il est trop tard. " C'était terrible.

« Une voix s'est fait entendre : " Il n'est pas trop tard. Mais prie ! " Tout disparut. II ne restait que le Seigneur et les anges. Je me suis vite réveillé et je me suis réconcilié avec le Seigneur.

Dieu n'a pas hésité à dire la vérité à un enfant.

« Dieu est sérieux avec l'enfant, dans le sens ou Dieu ne dit pas des demi-vérités aux enfants. Jamais un homme n’oserait faire une telle chose, mais Dieu l'a fait. »

Jacky DERANDPlus de cinquante ans se sont écoulés depuis ce jour-là, mais Jacky s’émerveille toujours de la compassion de Dieu : « Ce garçon que j’étais, ce garçon qui n’intéressait personne. Et pourtant Dieu, lui, avait ses regards d’amour posés sur moi. Quelle compassion dans le cœur de Dieu pour les enfants. »

(Jacky est en train d'écrire un livre sur ses 50 ans avec Jésus)

 

___________________________________________________

--------------------------------------------------

cup-1004269 640Abonnez-vous gratuitement à notre réflexion de la semaine—Taches de Café. Vous allez rigoler, réfléchir et grandir comme dans votre personnalité. En plus, nous vous mettrons au courant dans ce newsletter quand il y a des nouveaux articles sur le site de Victoire Magazine.fr. Simplement envoyez un email à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et dites “abonner”.

Si vous aimierez connaitre Jesus comme Seigneur et Sauveur, écrivez-nous Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et nous serons contents de 

partager cette bonne nouvelle avec vous.

En savoir plus...

Consolés par une vision du ciel

clouds-1970028 1280

Le lendemain  de la naissance d'Aurélia Diatchenko, les médecins diagnostiquaient une très grave malformation cardiaque avec un espoir de vie ne dépassant pas quelques jours.

Son papa, Paul, se disait que dans une vie antérieure elle avait dû faire quelque chose de très mal et que maintenant elle le payait. Elle devait repartir, pour atteindre le nirvana.

Vingt et un ans plus tard, elle est décédée, après avoir fortement marqué tout le monde autour d'elle. Et son papa pense tout différemment : « Sa vie n'était pas pour la mort mais elle est pour sa gloire ...Aurélia a vécu pour la gloire de Dieu.»

LA JOIE FOND EN SOUCIS

Quand la petite est venue au monde pour se joindre à ses deux soeurs, Katia et Alexandra, Paul et son épouse, Dany, l'ont accueillie avec joie. Leur joie se changea vite en soucis lorsque le médecin leur a parlé du problème physique.

La petite avait déjà fait un arrêt cardiaque le premier jour et les médecins ne lui donnaient pas d'espoir de vivre. Elle n'avait pas d'artère pulmonaire, un seul poumon sur les deux  fonctionnait, et II ne travaillait qu'a 70-75%.

Mais la petite était une battante et quelques mois plus tard, elle s'accrochait toujours à la vie. Elle est sortie de l'hôpital pour aller à la maison. Pourtant, sa vie semblait tenir à un fil. Elle avait un petit masque à oxygène. « Rien que pour boire le biberon, il était difficile pour elle de respirer » raconte Dany.

L'affliction d'Aurélia provoquait beaucoup de questions chez ce couple. Ils pratiquaient la macrobiotique à l'époque. « La macrobiotique est une méthode alimentaire basée sur la philosophie orientale, le ‘ying et le yang’, etc. » dit Paul.

Paul adhérait davantage à la philosophie plus que Dany.

« C'était quelque chose qui m'intéressait particulièrement. Tous ceux qui nous entouraient, quand ma femme était enceinte de notre troisième fille, disaient : " Voilà, vous aurez un enfant extraordinaire  avec tout ce que vous faites. J'ai pratiqué le yoga, j'en faisais une heure, une heure et demie tous les jours. On avait cette alimentation. »

Et pourtant ...

CHERCHANT DES REPONSES

Paul se disait athée à l'époque mais des temps difficiles provoquent une recherche de réponses : « J'avais une Bible, la Bible que Dany avait et que je ne lisais pas ... à un moment donné j'ai dit : « Ecoute Seigneur, si tu es le Dieu qui existe, le Dieu vivant dont parle la Bible, dis-moi pourquoi ça nous arrive? » 

« J'ai ouvert la Bible dans l'évangile de Jean au chapitre neuf, comme 'par hasard.' ... il y avait l'aveugle de naissance. Les disciples posaient une question à Jésus : ‘‘Maitre, qui a péché pour que cet homme soit ne aveugle ? Jésus a répondu : " Ce n'est pas que lui ait péché ou ses parents mais c'est afin que les oeuvres de Dieu soient manifestées à travers lui. »

« C'était la question que je posais : " Mais qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu pour mériter cela ? Est-ce que c'est nous dans une vie antérieure ou Aurélia dans une vie antérieure ? II Et là, Dieu m'a répondu d'une manière précise, c'était vraiment une parole qui a touché mon coeur. »

Peu de temps après, ils ont trouvé dans la boite aux lettres une invitation à une mission de salut et guérison, à l'église évangélique de Pentecôte de Metz. Dany y est allée et dès son retour annonça a Paul : « le Seigneur peut guérir Aurélia ! »

En savoir plus...

Devenir riche à 25 ans !

richREUSSIR MA VIE, TELS ETAIENT MON REVE  ET MON OBJECTIF. J'AVAIS 21  ANS  ET J'ETAIS  UN IDEALISTE.

JE VOULAIS TROUVER UNE COMPAGNE AVEC LAQUELLE PARTAGER  MA VIE, TROUVER UN SUPER TRAVAIL QUI ME PERMETTRAIT DE GAGNER BEAUCOUP D'ARGENT, FONDER UNE FAMILLE DANS UNE BELLE ET GRANDE MAISON... JE VOULAIS  LE « PACK » COMPLET DE L'HOMME HEUREUX.

LE SEUL PROBLEME FUT QUE LES CIRCONSTANCES  SEMBLAIENT M'ELOIGNER PEU A PEU DE MON REVE. J'AI ABANDONNÉ LES ETUDES AVANT  LE BAC, JE NE VOULAIS PLUS APPRENDRE CAR JE NE VOYAIS PAS OU ME MENAIENT LES ETUDES ET JE COURAIS APRES L'AMOUR ET NE RECOLTAIS QUE DES DECEPTIONS. J'ETAIS POURTANT SERIEUX DANS MON CCEUR MAIS PAS DANS LES ACTIONS.

J'ai travaillé, de région en région et de saison en saison, cumulant les petits boulots. J'étais plutôt débrouillard.

Un jour, un collègue de travail m'a affirmés la chose suivante : « Si tu veux réussir ta vie, il faut avoir la foi ». Quelle belle phrase ! Cela rai­ sonnait dans mon coeur. La foi pouvait me faire réussir.

En fait, j'avais la foi. J'étais certain que quelqu'un dirigeait l'univers. Je me souviens que je campais dans le jardin quand j'étais adolescent et que je me posais plein de questions en regardant le ciel et les étoiles. J'étais certain que nous n'étions pas le fruit du hasard. Et maintenant, cet homme me dit qu'il faut Ia foi. Je cherchais donc à avoir cette foi pour réussir. J'étais tellement convaincu de réussir que j'avais dit à mes amis que je serais riche a 25 ans.

Je recherchais la foi comme un malade qui cherche un remède pour guérir. Le seul problème qu'il y avait c'était que je ne savais pas de quoi je souffrais, ni quel remède prendre. Mais je continuais à y croire et j'avançais.

UNE SOIREE GOSPEL

Un jour, lors d'un voyage de formation aux Etats­ Unis, nous étions invités à une soirée Gospel dans notre hôtel. Je m'attendais à une belle et grande chorale de chanteurs noirs américains habillés en toge pour nous chanter les plus beaux airs de Gospel. Quand la soirée débuta, j'étais déçu. Que des blancs ! Jamais ils ne pourraient nous offrir une belle soirée Gospel. Les vrais chanteurs Gospel étaient les noirs.

En plus, ceux qui étaient là nous disaient qu'ils venaient d'une église de la ville et qu'ils étaient bénévoles. Même pas des pros. Et celui qui se tenait devant moi était un énorme monsieur qui me faisait pitié.

Une idée me vint à l'esprit: Pour aller à l'église, il fallait être en mauvaise santé et moi, en pleine forme, je ne pouvais que remercier Dieu de ne pas être oblige d'y aller.

Le spectacle débuta et aujourd'hui, je me souviens encore de cette heure de Gospel qui changea ma vie. C'était mon rendez-vous avec Dieu. Les paroles étaient en anglais et je ne comprenais pas un dixième de ce qui se chantait mais je pouvais voir la foi. Cette foi que je cherchais, je la voyais dans les yeux de ce gros monsieur. II aimait Dieu et vraisemblablement, Dieu l'aimait et il le savait. Cela se voyait.

En une heure de concert, ma manière de penser et de voir a changé. Dieu commençait son oeuvre en moi et son plan pour me communiquer la foi était en route. Les chanteurs ont quitté la salle et j'ai ressenti un vide. J'avais envie de parler à ces gens et surtout au gros monsieur. Je voulais lui demander de devenir mon ami. Ils sont partis mais j'ai acheté la cassette de leurs chants avec Ia ferme intention d'aller à leur église le dimanche suivant.

Le lendemain, je partais visiter seul le désert de l'Ouest américain. J'avais la cassette Gospel et je la mis dans le lecteur. Dès les premières notes de musiques, je fondis en larmes touché par l'amour et la grâce de Dieu. Je n'avais pas prévu de pleurer et encore moins de vivre ce moment intense avec Dieu. Je voulais simplement écouter des beaux chants pour me remémorer la soirée de la veille. Je roulais sur l'autoroute et je pleurais comme un enfant perdu retrouvant ses parents.

rich1

EN UNE HEURE DE CONCERT, MA MANIERE DE PENSER ET DE VOIR  A CHANGE

J'éprouvais le besoin de demander pardon. Pardon à Dieu pour ma vie sans lui, pardon à mes parents pour avoir été un mauvais fils et pardon à mes frères et soeurs pour avoir été un mauvais frère. Je ne pourrais décrire cette expérience unique mais ce que je peux dire, c'est que l'amour de Dieu m'a touché et j'ai comme été nettoyé de tout ce qui était mauvais en moi. De retour de mon périple, je me sentais meilleur et plus léger.

En savoir plus...

Le sang des martyrs produira t-il un réveil en France?

louis-xiv-719880 640

Louis XIV était un persécuteur féroce du réveil protestant 

 

Le réveil spirituel en France, va-t-il se produire ? Dieu n’a pas oublié ses martyrs dans ce pays et leur sang servira comme semence pour une action du Saint-Esprit, même s’il semble que le renouvellement spirituel tarde.

 

Parmi les premiers à expérimenter le réveil durant la reforme protestante (à partir de 1523 en France), beaucoup moururent à cause de leur foi, mais cela n’empêcha pas l’action de Dieu.

 

Alors que le réveil gagnait du terrain, ses ennemis brulaient les chrétiens à petit feu, en portant leur agonie à son comble pour qu’ils renoncent à leur foi. Les chrétiens persistaient, malgré le tourment dans lequel ils vivaient à proclamer la gloire de Dieu, au prix de leur langue coupée pour certains.

 

Beaucoup d’âmes assoiffées trouvent le Seigneur à cette époque mais la lutte dura des centaines d’années faisant des dizaines de milliers de martyrs et des centaines de milliers d’exilés qui allaient enrichir les pays voisins et appauvrir la France.

 

A cette même période, des guerres de religion se sont également produites, protestants comme catholiques ont alors commis des abominations.

 

A l’époque de Louis XIV, des assemblées dans la foret attiraient des centaines de chrétiens qui voulaient servir le Seigneur.

 

L’obscurité de la nuit ne les a pas toujours protégés et lorsqu’un pasteur était capturé alors qu’il prêchait, il risquait d’être mis à mort ou de se voir envoyé aux travaux forcées dans des galères sur la Méditerranée pour de très longues années.

 

Selon Charles Bost, le courage de ces chrétiens qui ne redoutaient pas la mort gagna autant de cœurs à l’Evangile que la lecture de la Bible. Les spectateurs d’une telle scène restaient ébranlés, ne pouvant pas croire qu’un homme, au seuil de la mort, continuait à invoquer ce Jésus-Christ à cause duquel il était condamné. 

En savoir plus...