Menu
RSS

Les Dufours lancent un ministère aux "soldats blessés"

  Eric-Rachel-Photo-288x300

Du bas-fond d'une terrible maladie, Dieu suscite un ministère de sensibilité aux douleurs de ceux qui aident les autres.

Eric et Rachel Dufour n’avaient aucune idée qu’un moment d’extrême douleur allait servir de catalyseur pour un nouveau virage dans leur ministère.

A l’époque ils étaient pasteurs à Troyes dans l’Aube, aux côtés de l’évangéliste Franck Alexandre. Durant leur temps à Troyes quelques chose d’extraordinaire se produisit.

L’église priait pour les différentes nations du monde dans une réunion de prière un mardi soir. Eric dit au Seigneur. « On n’a pas de missionnaire de chez nous en __(un pays d’Asie de Sud-Est, fermé aux missionnaires). Envoie quelqu’un. »

Une prière dangereuse

« C’est une prière dangereuse » prévient Eric. « Je n’ai pas eu le temps de terminer ma phrase dans mon cœur et le Seigneur m’a dit : ‘’et si c’était toi ? ’’

Et j’ai dit : ‘’ Non, Seigneur, ce n’est pas possible. Je suis le pasteur ici. ’’ »

Quand il est rentré le soir il demande à sa femme si elle avait reçu quelque chose en son cœur pour un pays ? « Non ».

« Très bien. Pas de problème. » Mais le dimanche suivant le responsable de la mission de leur mouvement prêchait à leur église. « Nous n’avions encore parlé à personne, dit Eric. Deux fois dans sa prédication, ce pasteur responsable de la mission déclara : ‘’ Nous n’avons personne au... (ce pays fermé). ’’ »

« J’étais sur l’estrade, j’ai vu les lettres du nom de ce pays s’afficher sur le mur. »

Un appel très clair

Rachel reprend l’histoire : « C’était un appel très clair. On savait que le Seigneur voulait que nous partions (pour ce pays) »

 

C’était bien beau mais leurs cinq garçons étaient tout petits. Les conditions sanitaires dans le pays où ils allaient étaient difficiles pour les enfants en bas âge.

Un jour en rentrant à la maison Rachel discutaient avec trois des garçons qui avaient 7, 6, et 5 ans à l’époque. Dans la voiture ils dirent à leur maman. « Nous avons réfléchi, tous ensemble, on veut partir dans un autre pays pour parler de Jésus. »

« Le Seigneur nous rappela au travers de cet évènement, que ce n’était pas nous deux seulement qu’Il appelait à partir en mission, mais toute notre famille » se souvient Rachel. Après cela, nous avons dit ‘’ oui ’’ au Seigneur. »

En 2000, ils sont partis avec les garçons pour travailler dans ce pays. Là-bas pendant huit ans ils ont servi au travers de programmes de développement et de formations spécialisées.

Petite dépression

« Nous y avons dirigé des équipes internationales. Cette expérience fut déterminante dans notre parcours. C’était très dur à bien des niveaux ; nous avons plusieurs fois voulu tout abandonner. » raconte Eric.

Bien qu’ils marchent dans la volonté de Dieu, leur rôle était différent de ce qu’ils faisaient habituellement. « Nous avons vécu un véritable changement d’orientation de notre ministère là-bas. C’était une chose de se préparer mais une autre de le vivre. Nous faisions des choses mais pas assez par rapport à ce dont j’avais l’habitude. » Eric passait par une espèce de déprime.

Puis le cancer l’a frappé.

Une période très difficile pour toute la famille s’en est suivit. Ils n’imaginaient pas que cette catastrophe allait changer la direction de leurs vies.

Eric dit : « Quand j’ai vu que j’allais peut-être survivre c’était comme si je me disais ‘’ Chic, j’ai été blessé au champ d’honneur. J’ai ma médaille sur la poitrine. Je peux rentrer en France maintenant. ’’ »

Mais le Seigneur leur dit : « Vous restez ici. »

Une compassion pour les blessés

Leur expérience dans l’épreuve leur donna une compassion pour ceux et celles qui passent par le même chemin. Rachel dit : « Quand ça n’allait pas, une des réponses qu’on avait souvent c’était : ‘’ Priez plus et vous irez mieux. ’’ Quand on ne va pas bien, même si on a des «galons» pour servir Dieu, prier plus, ça ne suffit pas.

Il y a des moments où l’on n’arrive plus à prier. On n’arrive plus entendre la voix de Dieu. On en était arrivé à ce point.

« Nous n’arrivions pas à trouver quelqu’un qui comprenait ce qu’on vivait. Nos collègues ne nous donnaient pas la permission de ne pas aller bien. Il fallait qu’on se relève de la maladie et qu’on se remette au travail comme si de rien était. Mais, ce n’était pas possible. »

Le désir d’aider d’autres missionnaires et pasteurs qui souffraient, grandissait dans leur cœur. Et le Seigneur mettait sur leur chemin d’autres missionnaires qui passaient par le feu et ne trouvaient pas d’aide non plus.

Eric raconte la suite : « Devant l’ampleur de la tâche, nous nous sommes vite rendus compte de notre besoin d’un cadre de travail plus professionnel. C’est là que nous avons crié ‘’au secours Seigneur, nous ne savons pas ce que nous faisons. On a fait monter un cri vers Dieu » dit Eric.

Direction de Dieu
 

« Plusieurs mois après alors que je prêchais dans une rencontre, j’ai dit : ‘’ Je suis un berger sans troupeau ‘’ pour illustrer le fait que parfois on se trouve dans une situation où il semble que notre ministère n’est pas adapté. Mais Dieu est en contrôle.

« Le Seigneur me dit à ce moment-là : ‘’ Je vais te montrer ton nouveau troupeau. ’’ L’après-midi un pasteur américain qui venait pour la première fois en Asie présentait son ministère et dit : ‘’ Je suis un berger de bergers. ‘’ Au même instant, le Saint Esprit parla à nouveau à Eric et lui dit : « C’est lui. Va le rencontrer. Ce sera votre nouveau troupeau.»

C’était leur premier contact avec le ministère «Cœur du Berger » basé au Colorado.

Ce ministère a pour vocation d’aider des couples pastoraux, des missionnaires et des personnes dans le ministère, qui passent des moments difficiles.
Ils ne sont pas partis d’Asie tout de suite : « Nous sommes restés encore 2 ans, raconte Eric. Notre temps n’était pas terminé. Puis sur une conduite de Dieu précise, un peu fous, nous sommes partis par la foi.

Les miracles s'alignent

Il fallait que plusieurs miracles s’alignent comme autant de feux verts pour que nous puissions quitter le pays où nous servions. Mais, les uns après les autres ils se sont tous alignés et nous sommes partis. Il y a des choses qui sont difficiles à imaginer, mais notre Dieu est un Dieu de miracles »

Et comme toujours leurs enfants étaient présents avec eux, ajoutant leur propre foi à celle de leurs parents. Rachel leur dit un jour: « Il n’y a pas d’organisation derrière nous pour nous soutenir financièrement». Les enfants lui répondirent: ‘’On a lu des histoires dans des livres montrant comment Dieu est fidèle. Maintenant on va les vivre.‘’ Ils étaient très enthousiastes et positifs.

(Aujourd’hui encore, leurs fils prient et participent à leur manière au ministère de leurs parents: semaine après semaine, ils voient les couples accueillis, changer, guérir et être transformés).

Le couple pastoral américain fondateur de l’organisation “Shepherd’s Heart Ministry” (Ministère Coeur de Berger), Larry & Lorrie Russell, les ont formés pendant un an et demi.

Au Colorado

Depuis Juillet 2008, les Dufour vivent au Colorado où ils accueillent dans une totale gratuité des couples pastoraux et missionnaires venant du monde entier. Ces couples, un à la fois, reçoivent pendant une semaine une relation d’aide et de conseils matrimoniaux spécialement adaptée aux crises rencontrées dans le ministère.

Le centre de retraite offre un cadre idyllique pour guérir, se ressourcer et retrouver une communion avec Dieu.

Ils font aussi de la prévention avec des équipes pastorales ou missionnaires pour enseigner comment ne pas tomber en crise (ce qui est le deuxième volet du ministère).

Ils partagent leur temps entre la France et l’Asie du Sud-est, passant plusieurs mois chaque année dans chacune de ces régions.

Et le mot final aux femmes : Rachel dit : « On veut apporter de l’aide à ceux qui servent pour qu’ils puissent se remettre debout. Nous voulons leur apporter des outils et des solutions. Nous sommes soutenus par toute une équipe qui prie. »

-------------------------------------------------

cup-1004269 640Abonnez-vous gratuitement à notre réflexion de la semaine—Taches de Café. Vous allez rigoler, réfléchir et grandir comme dans votre personnalité. En plus, nous vous mettrons au courant dans ce newsletter quand il y a des nouveaux articles sur le site de Victoire Magazine.fr. Simplement envoyez un email à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et dites “abonner”.

Si vous aimierez connaitre Jesus comme Seigneur et Sauveur, écrivez-nous Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et nous serons contents de 

partager cette bonne nouvelle avec vous.

Dernière modification lemardi, 03 mai 2016 15:17

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut