Menu
RSS
Bob Marley ou Jésus ?

Bob Marley ou Jésus ?

« … en quelques mois...

Joyce Meyer: guérit de l'horreur de l'abus sexuel

Joyce Meyer: guérit de l'horreur de l'abus sexuel

Joyce Meyer a été désigné...

Une fille revient des morts

Une fille revient des morts

Naomi Brillon « Des femm...

Prev Next
Croissance

Croissance (68)

Deux choses qui m'embêtent

 7eb3406d-598b-4ef2-b3a0-3054929321d5-fotor-20240503114914

Deux choses qui m'embêtent

Je vais vous raconter deux choses qui m'irritent au plus haut dégré.

La première est quand je suis en retard. Je me précipite dans la ville de Reims, essayant d'arriver à l'heure à la réunion. Il semble qu'il y ait 40,000 feux tricolores qui poussent du béton et 39,999 brillent rouge quand ils me voient approcher.

L'autre est jaune, changeant en rouge juste avant que j'arrive.

Dans ma Peugeot, je suis tout agité : " Pourquoi tous ces feux rouges ? Qui mettrait un feu rouge juste là ? Il n'y a qu'une voiture par jour qui vient de cette petite rue à coté. Je parie qu'ils le font pour nous ralentir " ! La montre au-dessus du tableau de bord s'accélère.

Finalement, il y a une occasion d'aller un peu plus vite et seulement une voiture devant. Je peux gagner un peu de temps. Mais lui ! Il roule à cinq kilomètres par heure en-dessous la limite de vitesse. " Ai, yi, yi ! Que faites-vous, mon pote ? Vous croyez que c'est une promenade du dimanche ? (Enfin, c'était le dimanche). Ne savez-vous pas qu'il y a des gens qui doivent être à l'heure ? C'est une rue, pas un parc public " ! (Je pense cela mais je ne le dis pas parce que je risque de le voir plus tard dans l'assemblée. Il sera peut-être plus disposé d'écouter l'évangile si je ne l'ai pas insulté avant).

Lui, est-il gêné ? Pas du tout. Il continue sa progression sans soucis et moi en train de piquer une crise nerveuse derrière lui. Il apprécie l'architecture de notre belle ville et les oiseaux aussi. Il écoute sans doute de la musique classique. Ma tension sanguine s'élève comme je regarde la montre courir vers l'heure du rendez-vous.

Enfin, j'arrive à la réunion--à l'heure--après ce qui semblait des années de stress. Et ils commencent dix minutes en retard.

Et la deuxième chose qui me tracasse ?

C'est le dimanche. Je pars bien avant l'heure pour être un peu en avance pour la réunion. Je roule tranquillement dans la ville, le coeur plein de joie et sérénité, écoutant une belle musique. J'apprécie le beau soleil et la vie en générale quand tout d'un coup…...

...…tout d'un coup je regarde dans le rétroviseur et je vois cet idiot collé à ma parechoc par derrière. C'est évident qu'il est pressé et je ne roule pas assez vite pour lui. Il essaie de me doubler mais c'est impossible (" C'est la ville, espèce d'andouille ! Vous ne pouvez pas doubler ").

Il me colle comme le chewing gum colle à ma chaussure. Ma tension de sanguine s'élève. J'oublie la belle musique. Je lui lance des regards méchants par la rétroviseur.

Honnêtement, le monde serai mieux avec un peu de patience (et si je partais quelques minutes plus tôt). Enfin, Dieu nous partage un petit secret. Il estime tellement la foi patiente qu'il permet que nous tombions dans des situations où la foi patiente grandira. Ces expériences n'incitent pas toujours de bons résultats des examens de la  tension du sanguine si vous n'avez pas appris à vous relaxer et lui faire confiance.

Ecoutez ce qui dit Eugène Peterson : " Il y en a encore : Nous continuons de crier notre louange même quand nous sommes coincés par les troubles, parce que nous savons comment des troubles peuvent développer la patience passionnée en nous, et comment cette patience forge le fer trempé de vertu, nous gardant toujours alertes pour ce que Dieu fera prochainement. Dans une telle anticipation nous n'avons jamais le sentiment de manquer quelque chose. Au contraire-nous ne pouvons pas trouver assez de conteneurs pour contenir tout ce que Dieu répand généreusement dans nos vies par l'Esprit Saint " (Romains 5 : 3,4, version Le Message).

La vie colle t-elle à votre parechoc derrière maintenant ? Au lieu d'exploser de stress pourquoi pas : a) prendre un jour de congé et aller ailleurs pour regarder un peu autres choses ; b) regarder profondément la Parole de Dieu pour constater ce que Dieu a promit à son peuple dans des situations difficiles ; c) commencer de le louer et lui dire qu'il est votre abri, votre calmant, et Celui qui t'aidera à coup sûr.

Faites cela, même quand vous n'en avez pas envie et juste derrière vous la vie fait " biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip " sur son klaxon. Ralentissez et croyez au Seigneur Jésus.

Quand vous regardez vers Lui au lieu de regarder dans le rétroviseur à ce problème qui vous serre de près, la vie change. La belle musique de louange sort de la radio et vous voyez des oiseaux et la belle architecture en passant dans la vie.

A propos, si vous serrez quelqu'un de près dans votre impatience-détendez-vous ! Vous n'aimez pas que les autres vous le faites . Ne le faites pas aux autres. (Souviens-toi de cela le dimanche prochain, David).

En savoir plus...

Mauvais tournant au Texas

 8788eb6f-793c-494a-a838-a7dca8bdb7a0

 

Une mauvaise direction conduit à des détours plutôt qu’à la bonne destination

« Écarte de ta bouche la fausseté, Éloigne de tes lèvres les détours.
Que tes yeux regardent en face, Et que tes paupières se dirigent devant toi.
Considère le chemin par où tu passes, Et que toutes tes voies soient bien réglées »

 (Proverbes 4:25-27)

Un soir, je me trouvais à Austin, au Texas, et je devais me rendre à Dallas, à trois heures de route. C’était avant l’ère GPS, en tout cas pour moi. Comme j’approchais de l’autoroute 35, j’ai pensé avoir vu l’hôtel où nous avions séjourné la nuit précédente et calculé que, si je me trouvais de ce côté-là de l’autoroute, je devais tourner à droite pour la prendre en direction de Dallas.

J’ai conduit joyeusement à travers le Texas de nuit jusqu’à voir un panneau sur l’autoroute indiquant : « San Antonio : 100km. » San Antonio se trouvait tout à fait à l’opposé de l’endroit où je voulais aller.

Je ne savais pas qu’Austin avait deux hôtels de la même chaîne de chaque côté de l’autoroute. J’avais pris le mauvais hôtel comme point de repère !

J’étais un peu fatigué en retraçant ma route vers Austin puis en me dirigeant finalement vers le nord et ma destination. Je me suis effondré sur mon lit tard cette nuit-là (ou plutôt, tôt le lendemain matin).

Ta direction détermine ta destination

Le pasteur Andy Stanley a parlé des « principes du chemin. » Pour dire les choses simplement, dans la vie, si tu te diriges vers San Antonio, tu n’arriveras jamais à Dallas, peu importe à quel point tu le veux. La direction dans laquelle tu avances détermine ta destination.

« La route sur laquelle j’avance détermine toujours l’endroit où je vais finir par arriver. C’est profond, n’est-ce pas ? » a dit Stanley. « Peu importe où j’ai envie d’être, le chemin que je prends détermine toujours ma destination. Les plans, les intentions, les attentes du conjoint… rien de tout cela ne compte, je termine toujours là où la route que j’ai choisie m’emmène… C’est la direction et non l’intention qui détermine notre destination.

« Cela me brise le cœur de voir combien de gens avec qui je parle ne font pas la connexion entre les choix qu’ils ont fait et l’issue » continue Stanley. « Ils ont fini par croire cette notion populaire qui dit que, tant que les intentions sont bonnes, tant qu’ils écoutent leur cœur (quoi que cela puisse vouloir dire), tant qu’ils font de leur mieux, peu importe le chemin qu’ils prennent. Ils croient qu’ils vont forcément terminer au bon endroit. Mais la vie ne fonctionne pas comme cela. » (Les principes du chemin : comment aller de là où tu es à là où tu veux être– Andy Stanley).

Sais-tu où tu es ?

Alors, je te le demande, là, au début de 2024 : « Où es-tu et dans quelle direction avances-tu ? Est-ce bien le chemin qui mène à la destination que tu veux ? Cette direction est-elle la volonté de Dieu pour toi ? Est-ce sain ? Est-ce qu’elle va t’aider, ainsi que ceux que tu aimes le plus ? Dieu t’a-t-Il créé pour ce chemin ? »

Stop ! Réfléchis-y un moment. Réfléchis vraiment. Dans quelle direction te diriges-tu ?

Si tu ne marches/trébuches/te précipites/etc. pas dans la bonne direction, comment vas-tu faire pour te rendre au bon endroit ? Si tu es sur le mauvais chemin, que tu avances dans la mauvaise direction, tu n’y arriveras jamais. Prie Dieu avec foi pour qu’Il t’aide à prendre le bon tournant. Décide de changer de direction.

Tu n’atteindras peut-être pas ta destination cette année, ni peut-être même pas dans dix ans, mais tu te dirigeras vers elle. Si tu es sur le mauvais chemin, dans la mauvaise direction, tu ne l’atteindras jamais. Tourne-toi dans le bon sens.

« Confie-toi en l'Éternel de tout ton cœur, Et ne t'appuie pas sur ta sagesse; Reconnais-le dans toutes tes voies, Et il aplanira tes sentiers.Ne sois point sage à tes propres yeux, Crains l'Éternel, et détourne-toi du mal... »(Proverbes 3:5-7)

En savoir plus...

Le pouvoir de la vulnérabilité

Pierre Bergeron
Un guerrier dans l’âme, c’est ce que je suis.  Avant même de servir 21 ans dans les Forces armées canadiennes, déjà, j’avais adhéré aux principes qui régissent le guerrier :eduard-delputte-DezIqettd-E-unsplash1

• Respecter un code d’honneur de façon indéfectible.
• Ne pas être arrogant, car l’arrogance est une faiblesse qui peut être exploitée.
• Servir le peuple en défendant nos libertés et notre façon de vivre.
• Faire preuve d’empathie envers ceux que je protège.
• Ne jamais accepter la défaite tout en acceptant que la mort est inévitable.

Entretenir l’esprit guerrier et vivre sa vie à fond est un travail de tous les jours. Une bonne partie de ma vie s’est passée à foncer sans toutefois reconnaitre mes vulnérabilités; et ce, pour différentes raisons.  Cependant, durant les dernières années, j’ai commencé à comptabiliser ces moments vulnérables. Au début, je n’ai pu en nommer que quelques-uns.  Pourtant, en poussant ma réflexion, j’ai réalisé qu’il y en avait beaucoup plus que je pensais.

La maladie de Louise durant les six derniers mois, mes défis avec l’arthrose m’ont aidé à me donner la permission d’oser « réhumaniser » une partie de mon parcours.  Assumer sa vulnérabilité n’est pas une faiblesse. Après tout, l’apôtre Paul dans la Bible nous rappelle que nous expérimentons l’Évangile dans nos vies en même temps que la fragilité des « vases » qui la contiennent.  Donc, le fait de prendre un risque émotionnel en acceptant l’incertitude, ses faiblesses et ses limites, oser se montrer sous son vrai jour est une démonstration de courage.

À maintes reprises, j’ai été inspiré par une partie d’un discours que Théodore Roosevelt prononçait en 1910 libellé : « l’homme dans l’arène ».  Connais-tu ce texte ?
« Ce n’est pas la critique qui compte. Celui qui montre du doigt l’homme qui fait un faux pas ou qui explique comment on aurait pu mieux faire n’est qu’un observateur.
Le crédit appartient à l’homme (à la personne) qui lutte vaillamment dans l’arène le visage imprégné de poussière, de sueur et de sang, l’homme qui se trompe et manque souvent son coup…
Parce qu’il n’y a pas d’efforts sans erreur.  Mais celui qui lutte vraiment pour accomplir, qui connaît les grands enthousiasmes et les grandes dévotions; qui se dévoue à une grande cause…
Celui qui connaît, à la fin, le triomphe de l’accomplissement, et qui, au pire, s’il échoue, le fait en osant beaucoup… »

En fin de compte, être une bonne influence pour mes enfants, petits-enfants et collègues, n’est pas d’être le super père, grand-père et mentor en dénie de sa vulnérabilité.  C’est d’être authentique avec mes victoires en étant aussi capable de jeter un regard honnête sur mes imperfections, mes blessures et défaites.

Je veux témoigner à mes enfants, petits-enfants et amis, que vivre sa vie à fond, que ce soit au niveau personnel, spirituel ou professionnel, requiert une bonne dose d’engagement et de vulnérabilité.  Vivre pleinement, c’est entrer dans l’arène de la vie et oser livrer le combat avec audace et courage sans avoir la certitude sur la fin du combat.  C’est d’être conscient de sa vulnérabilité et reconnaître la réalité sans se laisser freiner ni paralyser par elle.
Bonne semaine et oser livrer le combat avec audace et courage !
www.cisleadership.com

Photo by Eduard Delputte on Unsplash

En savoir plus...

Et toi, quel est ton rêve ?

woman-g6c81ea249 6401Pierre Bergeron

Quel est ton rêve ?

Quand j’ai terminé mon secondaire, je caressais le rêve de servir Dieu et mon pays comme aumônier militaire dans les Forces armées canadiennes.  Ça m’aura pris 21 ans avant que celui-ci se réalise.

Et toi, quel est ton rêve ?

J’aime poser cette question.  Quand je la pose, certains sont en mesure de me le décrire en détails, tandis que d’autres, pour diverses raisons, semblent mal à l’aise de le partager. Une autre catégorie de personnes m’explique qu’elles n’ont pas, où n’ont plus de rêve.  Quand j’entends cela, ça me laisse perplexe, car je crois que rêver est important pour entrevoir le futur avec optimisme et enthousiasme.

Definition

Un rêve se définit comme étant « une image inspirante de l’avenir, qui stimule notre esprit, notre volonté et nos émotions, en nous donnant les moyens de le réaliser [1]».  Que tu utilises le mot rêve, fardeau, ou vision, je crois que « le rêve peut être un aperçu de la destinée que Dieu sème dans ton esprit.  Celui-ci t’interpelle et te propulse dans un parcours infiniment plus grand que ce que tes prières peuvent demander, ou que ton imagination ose espérer ».

L’un des bienfaits d’être un croyant est de porter la conviction que je ne suis pas un accident de la nature.  C’est le grand Artiste divin qui a planifié ma création, qui m’a confié des talents particuliers, des capacités spécifiques, une personnalité et une histoire unique.  C’est la même chose pour toi!

Mais comment faire pour t’assurer que ton rêve ne tourne pas en cauchemar ?

Voici dix questions essentielles pour bonifier ta réflexion par rapport à ton rêve :

1. Est-ce bien ton rêve, ou est-ce celui que quelqu’un d’autre ? 2. Est-ce que tu as une image claire de ton rêve ? 3. Est-ce que ton rêve est réaliste, c’est-à-dire qu’il dépend de facteurs relevant de ton potentiel, tes dons et talents ? 4. Est-ce que tu possèdes la passion nécessaire pour poursuivre ton rêve ? 5. As-tu un parcours stratégique pour réaliser ton rêve ? 6. Es-tu entouré par des personnes pouvant contribuer à la réalisation de ton rêve ? 7. Es-tu prêt à payer le prix pour la réalisation de ton rêve ? 8. Possèdes-tu la ténacité et la résilience nécessaires pour réaliser ton rêve ? 9. Est-ce que le parcours menant à la réalisation de ton rêve te procure de la satisfaction ? 10. Est-ce que la réalisation de ton rêve est profitable à d’autres que toi?

Si tu penses que tu n’as plus de rêve, je te laisse avec une citation inspirante de Dale Turner : « Les rêves sont renouvelables.  Quel que soit notre âge et quelle que soit notre condition, il y a encore en nous des possibilités inexploitées et une nouvelle beauté qui attend de naître ».  Ne laisse pas les démolisseurs de rêves te voler ta destinée.  Bref, il n’est jamais trop tard pour rêver!

Ton reve est-il en pause ?

Des personnes ont pris le temps de m’écrire pour me partager leur rêve, tandis que d’autres m’ont partagé les circonstances difficiles de leur vie qui font obstacle à la réalisation du leur.

Crois-moi, je comprends très bien cette réalité, car je la vis depuis des mois maintenant.

La vie n’est pas un scénario hollywoodien qui se déroule tel que le scripteur l’a imaginé.  La vie est plus souvent parsemée d’imprévus de courte durée, tandis que pour d’autres, ces imprévus peuvent sembler interminables.

Par exemple, mon épouse a subi un triple pontage cardiaque en octobre dernier et a dû être réopérée d’urgence le 29 décembre, suite à des complications. Tu comprendras que depuis le mois d’octobre, j’ai dû me transformer en aidant naturel, pour soutenir mon épouse qui est alitée pendant sa convalescence.  Je veille également sur ma mère qui aura bientôt 98 ans, en faisant ses courses, du lavage et en l’accompagnant, elle aussi, à ses rendez-vous médicaux.

Des pressions

Je vis également la pression d’assumer mes responsabilités professionnelles (mon rêve) qui sont de composer de nouvelles formations, rédiger des blogues et monter un nouveau site web, etc.   Dans ces moments difficiles, il est important de solliciter le soutien de ses proches pour nous aider à surmonter le défi, tout en continuant d’avancer.  Je suis donc reconnaissant pour le soutien de notre famille.

Cependant, certaines personnes sont freinées dans la progression de leurs rêves, soit à cause de la maladie d’un proche, d’un accident, la naissance d’un enfant, une dépression, un divorce, la perte d’un emploi, des déceptions, etc.  Bref, il arrive qu’on soit victime de malheureuses circonstances, mais parfois, nos choix peuvent nous paralyser.  Savais-tu que la déception est souvent l’écart qui sépare nos attentes de la réalité quotidienne et de la réalisation du rêve?

Chacun d’entre nous a déjà expérimenté cet écart qui se produit lorsqu’une expérience engendre des résultats différents de ceux espérés. Nous devons tous composer avec des désirs inassouvis, ou des rêves inachevés.  Il est facile dans de tels moments de baisser les bras et d’abandonner en se disant : « Je n’y arriverai pas! »

Le prix à payer

Toutefois, le fait d’affronter les obstacles et surmonter les échecs est le prix à payer pour connaître la réussite.   Quand je repense à mon parcours pour atteindre mon rêve de servir Dieu et mon pays dans les Forces armées canadiennes, j’ai dû attendre 21 ans avant de le réaliser.

Voici donc la leçon de vie que je retiens : « Je ne dois pas renoncer à mes aspirations mais plutôt modifier le parcours pour m’y rendre. »   Mon service militaire m’a appris l’importance de l’agilité et de l’adaptabilité pour réaliser la mission.  Alors courage! Dveloppe un esprit combatif et ne renonce pas à tes rêves et aspirations juste parce que la vie t’amène à ralentir ou les mettre en pause un moment.  Ça fait partie de ton histoire et de ta destinée.

http://www.cisleadership.com/

[1] JOHN C. MAXWELL, Du rêve à la réalité, Éditions du trésor caché, Varennes, 2009, Pg.11

Image par S. Hermann & F. Richter de Pixabay

En savoir plus...

La Pornographie

graphic-4006221 640

Eric & Rachel Dufour

L'accès à la pornographie est de plus en plus facile depuis l'avènement d'Internet et constitue un problème endémique pour de nombreuses personnes. La pornographie peut sembler sans danger, avec peu de risques et sans aucune conséquence apparente. " Elle n'implique pas des personnes « réelles » autour de nous, elle semble n'avoir aucune conséquence et de plus cela ne fait de mal à personne".

Mais est-ce vraiment la réalité ? Non, ça ne l'est pas !

Nous voulons vous informer sur ce « monstre » qui rôde et se renforce, à cause du mur de silence érigé autour de ce sujet, trop longtemps resté tabou.

Nous discuterons plus en détail de ce sujet lors de notre Live sur YouTube ! 

CLIQUEZ Pour visionner (apres mercredi)

Aussi: Les secrets d'un mariage réussi  

image: Pixabay/BilliTheCat

 

 

En savoir plus...

Dominé par la peur ou poussé en avant par le désir ?

 

« Ce que les méchants redoutent leur arrive, ce que souhaitent les justes leur est accordé. » (Proverbes 10:24 BFC)

Je me souviens encore comme j’étais excité le 3 juillet parce que je savais que nous irions le jour suivant (la fete nationale aux USA) chez tante Ruth et que nous irions tous à la rivière pour nager, pécher et MANGER.

Tout le monde devrait avoir le privilège, ne serait-ce qu’une fois dans sa vie, de goûter à la cuisine de tante Ruth.

Ma mère luttait contre la dépression et la colère et, un 4 juillet, elle a menacé de nous obliger à rester à la maison au lieu d’aller avec papa chez tante Ruth. Quand tu as tellement envie de faire quelque chose, penser que tu ne pourras pas le faire, c’est comme recevoir un coup de poignard dans ton estomac de douze ans.

Maman a finalement changé d’avis et nous avons passé un très bon moment.

Le désir et la peur sont deux forces très puissantes qui peuvent nous pousser en avant dans la joie ou nous faire traîner les pieds avec appréhension.

Le 'poison' de Job

Job avait une vie dont rêvent beaucoup de gens : une belle famille, des richesses, du respect et une position dans la communauté, mais une chose empoisonnait le plaisir que ces bénédictions lui apportaient. Dans Job 3:25, nous avons un aperçu de ce qui se passait dans le monde apparemment parfait de Job. Il souffrait dans ses pensées : « Ce que je crains, c'est ce qui m'arrive; Ce que je redoute, c'est ce qui m'atteint » (Job 3:25).

Il avait une vie merveilleuse, mais elle était assombrie par la crainte que quelque chose vienne l’en priver.

J’ai découvert que la crainte essaye de déraciner notre désir et de s’installer à sa place si nous la laissons faire. « Oui, ce serait super si j’avais ça ou ce serait merveilleux si ça arrivait. Mais, et si… on ne sait jamais… mieux vaut un tiens que deux tu l’auras. Je pourrais bien tout perdre. Et si j’avais une maladie grave, que je perdais quelqu’un que j’aime ou que je n’avais pas assez d’argent ? »

Si tu es rempli de crainte, tu as déjà perdu une chose essentielle.

Une personne qui ne désire rien n’est pas aussi proche de Dieu qu’elle devrait l’être. Quand tu t’approches de Son cœur, tu commences à ressentir Son désir et à désirer les mêmes choses.

J’ai lu une histoire à propos d’un coiffeur qui pouvait parfois savoir à quoi pensaient ses clients quand il touchait leurs cheveux. C’était de la fiction (mais je suis sûr que tu vas y penser quand tu iras faire ta prochaine coupe).

Mais quand tu t’approches du cœur de Dieu, tu sais ce qu’Il ressent et ce qu’Il veut, et tu le veux aussi. Le désir te pousse à agir, à avancer, à espérer. Le désir donne de la saveur aux journées insipides grâce à un avant-goût de ce qui vient. Et cet avant-goût nous pousse en avant vers ce qu’on désire.

 Une des définitions de la crainte est : « Ressentir une extrême répugnance à l’idée de rencontrer ou de faire face à quelque chose. Craindre le futur, craindre de dire la vérité, craindre de parler en public. »

La crainte est de la souffrance inutile. Si la chose que tu craignais se produit, tu la vis deux fois. Est-ce que craindre une chose t’a déjà permis d’être prêt à l’affronter ? Et si elle ne se produit pas, tu es quand même blessé parce que tu l’as passée et repassée dans ta tête ! A chaque fois, tu ressens un peu de la souffrance que tu aurais ressentie si elle s’était réellement produite.

Et tu te retrouves à souffrir plusieurs fois ce que tu craignais ! Selah !

En savoir plus...

Cette génération n’est pas en pleine dégringolade !

Le fait d’additionner les années semble modifier le cerveau. Je ne sais pas si ça l’améliore où le fait régresser, mais il est certain que les années le rendent plus confus. Voici un exemple d’une chose qui me laisse perplexe :

Dans les années 50, le chanteur Pat Boone chantait : « Un jour comme aujourd’hui, nous passons le temps à écrire des lettres d’amour dans le sable. »

Et puis, quand j’étais adolescent, les Marvellettes étaient tellement en colère contre leur petit ami qui ne leur avait pas écrit qu’elles chantaient au facteur :

 « Vous êtes si souvent passé devant moi
Vous avez vu les larmes couler
Vous ne vous êtes jamais arrêter 
Pour me donner une lettre qui apaiserais mon chagrin. »

Ma question est la suivante : Comment font les jeunes gens d’aujourd’hui pour exprimer leur amour éternel ? Plus personne n’écrit de lettre !

Si tu me réponds qu’ils tweetent, qu’ils envoient des sms ou des e-mails, il y a un problème : comment peut-on déclarer sa dévotion éternelle en moins de 150 caractères ? Dis-tu des choses stupides sur Snapchat en pensant qu’elles sont romantiques ? Tu veux vraiment que tout le monde voit ça ? Souviens-toi que ta maman peut y jeter un œil à tout moment.

Et pourtant, c’est bien là que nous en sommes. 

Est-ce que les hommes des cavernes écrivaient des lettres ? 

Mais attends un peu ! Comment les hommes des cavernes exprimaient-ils leur amour éternel ? Ils n’écrivaient pas de lettre. Peut-être gravaient-ils des mots doux sur le mur de leur caverne. Et les indiens d’Amérique, il y a deux mille ans ? Je suppose que de nombreuses personnes ont finalement trouvé un moyen d’être fleur bleue sans pour autant écrire de lettre. 

 Il y a plus d’une façon de séduire une fille.

Ce qui m’amène à une autre idée. Peut-être que ce qui m’étonne le plus dans les églises d’aujourd’hui n’est pas une question de bien et de mal. Il s’agit juste d’une autre génération, avec une autre façon de s’exprimer. Et si certaines choses que je vois ne sont pas très reluisantes, ma génération avait certainement aussi sa part de choses comme ça. 

Je dois avouer avoir dit : « La moitié des membres des églises évangéliques seront sourds dans cinq ans, à cause du volume de la sono. » J’ai plaisanté à propos des chants qui répétaient indéfiniment la même phrase. 

A notre époque, quand une phrase musicale était continuellement répétée, c’était parce que l’aiguille du phonographe était coincée à un endroit. Je suppose que certains conducteurs de chant ont besoin d’être décoincés.

Il est aussi possible que j’ai émis quelques plaintes au sujet des salles si sombres que l’on n’arrive même pas à trouver une place, des chants qui étaient pris dans une tonalité telle que personne sauf un professionnel ne pouvait les chanter et il est même possible que j’ai encore ajouter d’autres critiques (remarque : rien de tout cela n’est vrai dans mon église, au cas où mes pasteurs liraient ceci). 

Je me suis aussi plaint du contenu ultra-allégé de certains chants… jusqu’à ce que je commence à regarder de plus près certains des vieux cantiques et que je réalise que les choses n’étaient pas forcément mieux au bon vieux temps. Imagine ma surprise quand j’ai réalisé que le vieux cantique du Sud que les gens aimaient tellement chanter, Souvenirs Précieux, ne mentionnait même pas Dieu !  

Dieu devait être dans le verset qui a été laissé de côté.

En savoir plus...

Décoder la volonté de Dieu pour ta vie

1454922072 e7b687ea8a q

J’aurais aimé pouvoir connaître la volonté de Dieu pour ma vie aussi facilement que certains peuvent la connaître. J’entends des témoignages : « Dieu m’a parlé et m’a dit : ‘Va en Afghanistan’ » ou « Va porter deux tartes aux pommes à ton voisin » ou « Je t’appelle à de grandes choses. »

A chaque grand changement de ma vie, Il a plutôt dû murmurer, me donner des coups de coude, me pincer, m’encourager et/ou me crier dessus pendant un bon moment avant que je puisse voir les choses assez clairement (et que je trouve le courage) pour sauter.

Ça s’est passé comme ça quand j’ai lutté avec la direction de Dieu pour ma vie. Quand j’ai quitté la maison pour l’université, tout ce que je savais, c’était que je voulais obtenir un diplôme qui me permettrait de gagner de l’ARGENT ! Je ne voulais pas être incroyablement riche. Moyennement riche était suffisant.

Et puis j’ai rencontré des amis qui plaçaient la volonté de Dieu avant la leur. J’ai été attiré par la profondeur de leur relation avec le Seigneur. Je voulais connaître ça.

Je me suis finalement décidé pour une carrière de journaliste, mais Dieu ne cessait de me donner des coups de coude. Quand je regardais vers l’avenir, je me voyais toujours en train de servir Dieu en tant que pasteur. Je n’étais pas contre, mais je ne pensais pas avoir la « carrure » spirituelle pour mener une telle vie.

J’en ai parlé avec mon ami Marvin en lui disant : « Je pense que la pire des choses qu’on puisse faire, c’est décider de prêcher quand Dieu ne nous y appelle pas. »

Il a remarqué : « Il y a une chose aussi pire que ca : c’est d’être appelé et de ne pas y aller. »

« Merci, Marvin. Tu m’es d’une grande aide. » (Remarque : Marvin clame être celui qui m’a appelé à devenir prédicateur, mais c’est juste une idée qu’il se fait.)

Mais le Seigneur ne me laissait pas tranquille. J’ai dit à ma femme que j’avais quelque chose à faire et je suis allé parler au pasteur Northcutt. Il m’a dit, en gros, qu’il s’y attendait et qu’il a demandé que je prêche le dimanche soir suivant.

Toutes sortes de voix

Le matin suivant, je travaillais pour mon job d’été. Une voix ne cessait de me harceler comme une mouche agaçante : « Tu n’es pas appelé. Mais qu’est-ce que tu es en train de faire ? En plus, tu as ces dettes contractées pour tes études à rembourser. Les pasteurs ne gagnent pas beaucoup d’argent. Tu vas mourir de faim ! »

C’est à ce moment-là que j’ai reconnu qui était en train de parler.

Si la voix avait continué à me répéter à quel point j’étais incapable, ok. Mais mourir de faim ? Cette voix ne pouvait pas venir de Dieu. Le Seigneur ne m’a jamais menacé de me laisser mourir de faim.

Alors, nous avons sauté.

Pendant ma première année de ministère, cette voix m’a souvent répété en ricanant : « Tu n’es pas vraiment appelé ! » Après, les choses ont changé. Je dois admettre qu’il y a eu des moments où j’étais découragé et où je voulais abandonner, mais je savais à présent que Dieu m’avait créé pour ça. Je ne voulais pas le décevoir, même s’il y a eu des moments où j’ai VRAIMENT voulu tout abandonner.

Je savais ce qui plaisait à Dieu et je voulais le faire.

« Ah, David, » dis-tu, « Tout ça, c’est bien joli, mais je ne suis pas appelé à devenir prédicateur ni rien de tout cela (merci Seigneur) ! » Écoute un peu !

« Ainsi, mes bien-aimés, comme vous avez toujours obéi, travaillez à votre salut avec crainte et tremblement... car c’est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir » (Philippiens 2:12-13).

Comment faire la volonté de Dieu en trois étapes

« … Son bon plaisir, » c’est Sa volonté pour notre vie. Il y a aux moins trois étapes pour accomplir Sa volonté.

- Connaître la volonté de Dieu, ce qu’Il aimerait que nous fassions. Ce matin, ma bouche a été ouverte, comprimée, vérifiée, explorée et je ne sais quoi encore par une dame dentiste qui aimait le Seigneur de tout son cœur. Si cela plaît à Dieu, conduit ce tracteur, tape sur ce clavier d’ordinateur, vends ces vêtements ou quoi que ce soit d’autre que Dieu te conduit à faire. Cherche Dieu pour savoir ce qu’il Lui plaît. Échange ton rêve contre le Sien pour toi.

- Vouloir accomplir la volonté de Dieu. Je n’ai pas toujours voulu faire la volonté de Dieu. Parfois, ce qu’Il me demandait de faire m’effrayait. Parfois, cela représentait un défi excitant. Parfois, cela m’ennuyait parce que j’avais d’autres projets. Si c’est ton cas, ne te sens pas mal pour autant. Lors de la pire épreuve de Son existence terrestre, Jésus a vu la croix – la volonté de Dieu pour Lui – qui L’attendait et il a fait cette prière dans son angoisse :

« Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi ! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux » (Matthieu 26:39).

Ne t’inquiète pas si tu ne veux pas faire ce qu’Il te dit de faire. Moïse ne voulait pas. Jonas ne voulait pas. Tes sentiments changeront. Probablement. Et si ce n’est pas le cas, souviens-toi de ceci : Il est le chef, nous sommes Ses serviteurs.

- Faire la volonté de Dieu. « Qui produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir. » Si Dieu t’appelle, Il t’équipe. Il produira en toi un sourire pour ces visiteurs grognons du dimanche matin, Il te donnera des super-pouvoirs pour vaincre ce gamin de quatre ans à l’école du dimanche, la patience d’écouter et d’aider ce voisin âgé, la persévérance de prier jusqu’à ce que tu touches le Ciel. Et un millier d’autres choses qu’Il nous appelle à faire.

Ne t’inquiète pas si tu ne penses pas être capable de faire ce qu’Il veut. Le travail de Dieu, c’est de t’équiper. Fais simplement ce qu’Il dit.

En savoir plus...

Vivre le réveil

Vivre le réveil

 

Patrick Salafranque

Allons-nous vivre un réveil dans notre bon vieux pays de France comme nous l'entendons dire depuis tant d'années ?

Sans être nostalgique du passé, je me souviens avec émerveillement de mes premières visites dans cette salle de réunions située dans un des quartiers les plus mal famés de Bordeaux, "la rue où se trouvait l'église était occupait par les prostituées qui y racolaient jour et nuit".

Je n'étais qu'un enfant, mais je me rappelle avec netteté mes impressions au cours des réunions. L'ambiance y était "électrique", une atmosphère de joie et de paix planait sur l'auditoire, l'attitude des gens était totalement différente de celle rencontrée dans les églises traditionnelles, il y avait une attente, une faim, à tout moment le sentiment était que quelque chose allait se produire.

Et en effet des choses se produisaient, des gens fondaient en larme, certains témoignaient qu'ils avaient été guéris, d'autres qu'ils avaient rencontrés le Seigneur et voulaient le suivre sans détour. Le phénomène du parler en langue se manifestait spontanément et je pense à cet homme qui fut baptisé du Saint Esprit pendant que le pasteur prêchait, le pasteur lui-même semblait auréolé d'une lumière diffuse et indescriptible, et sa parole pénétrait dans les cœurs comme une épée.

On sortait de ces réunions tout bouleversées et avec l'envie d'y retourner le plus vite possible.

Je crois que la plupart des chrétiens de ce pays quelle que soit leur dénomination, ainsi que la grande majorité des chrétiens de notre vielle Europe soupirent après "le réveil".

Le réveil, mot magique qui fait rêver plus d'un chrétien et plus d'un pasteur. Ces dernières années, une quantité d'ouvrages ont attiré notre attention sur des phénomènes de réveil dans divers pays du monde et sur les moyens supposés qui ont permis de tel mouvement. Il faut reconnaître qu'au de-là de l'émerveillement et de l'étonnement que cela peut susciter, et aussi pour certains de l'agacement, la grande question demeure, "cela peut-il se produire en France ?" Dans notre bon vieux pays républicain laïque rationaliste et cartésien, "tout pour plaire" nos églises dites évangéliques peuvent-elles espérer de tels phénomènes ?

D'abord voyons la réalité en face, d'après des statistiques récentes, moins de 10% des français sont des pratiquants réguliers, 1,8% disent appartenir à la "grande" famille du protestantisme, dont 0,65% pour les évangéliques, c'est maigre, par contre 25% de nos concitoyens disent croire à la voyance et à l'astrologie. Devant cet état des lieux, après plus de 100 ans d'efforts pour les évangéliques toutes tendances confondues, est-il encore raisonnable de croire qu'un réveil de grande ampleur soit possible ?

Je suis pour ma part la quatrième génération d'une famille de pentecôtistes, j'ai donc une longueur d'avance sur le Timothée de la bible, mon arrière-grand-mère et mon arrière-grand-père se sont convertis les premiers dans les années soixante dans la ville de Bordeaux, ensuite ma grand-mère, et puis mes oncles, ma mère, enfin moi-même une douzaine d'années plus tard.

Ma jeunesse a donc été bercée par les témoignages de gens qui vivaient un réveil, c'est à dire une action évidente du Saint-Esprit qui les avait conduits à une foi vivante, et à un engagement profond à l'égard du Seigneur Jésus-Christ et de son église.

En repensant à ces lointains souvenirs "40 ans ont passés" j'ai le vague sentiment d'avoir approché un tout petit peu de ce que nous pourrions appeler un réveil.

Maintenant, force est de constater que l'ampleur de ce réveil dans notre pays a été limitée, et que malgré qu'un certain nombre d'églises soient issues de ce mouvement, les statistiques citées plus haut montrent que l'onde de choc a été de faible amplitude.

Nous pouvons dire avec le prophète "le pays n'est pas sauvé" Esaïe 26:18.

Le terme réveil n'apparaît que peu de fois dans la Bible dans le sens spirituel que nous lui donnons, mais l'idée que le mot véhicule est très présente, autant dans l'ancien que dans le nouveau testament.

Par exemple chaque fois qu'après des périodes de déclins spirituels et de recul au profit de l'idolâtrie païenne le peuple d'Israël revient à Dieu dans la repentance et le désir de se soumettre à nouveau à la loi, on parle de réveil, et les exemples sont nombreux.

Certains rois et prophètes ont étés les catalyseurs de ses réveils et parfois l'initiative est attribuée à Dieu lui-même comme dans Aggée 1:14 L’Eternel réveilla l’esprit de Zorobabel, fils de Schealthiel, gouverneur de Juda, et l’esprit de Josué, fils de Jotsadak, le souverain sacrificateur, et l’esprit de tout le reste du peuple. Ils vinrent, et ils se mirent à l’œuvre dans la maison de l’Eternel des armées, leur Dieu.

Le réveil est dans l'histoire du peuple d'Israël, un retour à Dieu accompagné d'un renouveau de zèle pour mettre la loi en pratique.

Deux sortes de réveil

Dans le Nouveau Testament je vois deux sortes de réveils, d'abord ce que j'appellerais un réveil d'évangélisation, il se produit en milieu "non chrétien". l'évangile est annoncé, Dieu confirme sa parole par des miracles et des prodiges et les conversions à Jésus-Christ sont nombreuses, c'est ce qui se produit à Jérusalem, Actes ch. 2-5, à Samarie, ch. 8, à Lydde et à Joppé, ch. 9, à Antioche, à Ephèse, etc.. Il y a une action puissante du Saint Esprit.

Ensuite un réveil d'église, c'est le besoin qui apparaît dans les lettres qui sont adressées aux églises d'Asie citées dans Apocalypse 2 et 3. Certaines avaient abandonnées leur premier amour, d'autres avaient laissées l'immoralité s'infiltrer, d'autres n'avaient plus qu'une apparence de vie, d'autres encore étaient devenus tièdes.

L'appel du Seigneur se fait pressant, repends-toi, et il appartient à chacun d'y répondre et de "ré-enflammer la flamme du don" comme Paul le dit à Timothée.

De quelle sorte de réveil avons-nous besoin dans notre pays de France ? Selon la célèbre réponse d'un journaliste, "les deux mon général".

D'autre part je vois dans l'écriture deux niveaux de réveil, le réveil personnel. Ephésiens 5:14 « C’est pour cela qu’il est dit: Réveille-toi, toi qui dors, Relève-toi d’entre les morts, Et Christ t’éclairera. »

Le réveil collectif : Romains 13:11 « Cela importe d’autant plus que vous savez en quel temps nous sommes: c’est l’heure de vous réveiller enfin du sommeil, car maintenant le salut est plus près de nous que lorsque nous avons cru. »

Parfois il faut se réveiller à titre personnel, parfois au niveau collectif, car il ne s'agit pas de faire des amalgames, on peut être endormi dans une église réveillée et réveillé dans une église endormie.

Que faut-il pour vivre un réveil ?

Que faudrait-il pour que nous puissions vivre un grand réveil, à titre personnel et collectif, un réveil dans nos églises qui provoquerait un grand réveil d'évangélisation dans notre pays.

La réponse est certainement plus complexe qu'il n'y paraît et je n'ai pas de recettes magiques à proposer ou des méthodes qui auraient fait leurs preuves ici ou là.

Mais, je pense au chat de ma voisine "Gribouille" il m'arrive parfois de l'observer à travers la fenêtre de mon bureau, comme tout chat qui se respecte, et malgré qu'il soit un chat d'appartement Gribouille est un chasseur. C'est son instinct profond, hors une chose m'a étonné dernièrement, Gribouille n'attrape jamais rien.

En savoir plus...

AVOIR FAIM DE DIEU

« Jésus étant né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode, voici des mages d'Orient arrivèrent à Jérusalem, et dirent: Où est le roi des Juifs qui vient de naître? car nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus pour l'adorer. » (Matt. 2 :1, 2 NLT)

Donc, ces gars étranges arrivent et Hérode s’inquiète aussitôt de la naissance d’un roi rival, le Christ. Il les a évidemment pris au sérieux à cause de la croyance juive et il avait une idée de ce que tout cela signifiait.

Il a réuni les sacrificateurs et scribes versés dans la Loi. Il leur a posé cette question : « Où le Christ doit-Il naître ? » Les mains se sont levées dans toute la salle. « Bethléem ! » a crié quelqu’un, le visage rayonnant de fierté à l’idée de s’être distingué devant tous ses collègues. Il a même probablement cité le verset. « Bethléem... » a répété Hérode, les yeux plissés.

Arrête le film ! Attends ! Je voudrais poser une question. Voilà réunis les chefs du peuple de Dieu. Des hommes étranges ont parcouru plusieurs centaines de kilomètres pour chercher le Messie d’Israël. Ils parlent d’une étoile ou un truc comme ça. Hérode pose la question : « Où doit-il naître ? » Tout le monde connaît la réponse. C’est du niveau maternelle pour eux, ça. Ils le savent tous. Et ensuite ? Qu’est-ce qu’on mange ce midi ?

Ensuite, ils sont retournés chez eux ? Retournés chez eux ! Aucun de ces chefs religieux n’avait assez faim de Dieu, n’attendait suffisamment le Messie, pour faire le petit voyage jusqu’à Bethléem et aller voir ce qu’il en était ? « Oh, David, tu sais, nous avons ces « alertes Messie » tout le temps. Pas de quoi en faire un plat. Il faut être réaliste. Il viendra en Son temps. En plus, tu as vu comment ces hommes « sages » sont habillés ? Bizarre. Je me demande ce qu’on mange ce midi ? »

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS