Menu
RSS
Bob Marley ou Jésus ?

Bob Marley ou Jésus ?

« … en quelques mois...

Joyce Meyer: guérit de l'horreur de l'abus sexuel

Joyce Meyer: guérit de l'horreur de l'abus sexuel

Joyce Meyer a été désigné...

Une fille revient des morts

Une fille revient des morts

Naomi Brillon « Des femm...

Prev Next

Le défi du célibat

lady

Que faire lorsque la rencontre tant attendue tarde à venir, lorsque rien ne semble bouger dans ce domaine si précieux de notre vie que sont les sentiments et la construction de notre future famille ? Car c'est bien ce que nous avons dans le coeur : nous ne comptons pas rester célibataires longtemps !!! Et pourtant...

Les voies de Dieu ne sont pas les nôtres !

Si Dieu avait dit à Moïse qu'il resterait 40 ans dans le désert, y serait-il allé ? Si Dieu m'avait dit que passé le cap fatidique des 30 ans je ne serais toujours pas mariée, 12 ans après ma conversion, je n'aurais jamais voulu le croire !

Donc, que faire durant cette traversée du désert ??? Il y a tant de pièges à éviter, tant d'opportunités de se détourner des voies de Dieu. Car nous ne sommes pas meilleurs que le peuple hébreux dans le désert, il faut en avoir conscience...

Dieu a des projets pour notre vie

Tout d'abord, nous devons nous rappeler que Dieu a conçu d'avance des projets merveilleux pour chacune de nos vies, « un avenir et de l'espérance » nous dit Jérémie 29:11. Il a fait de chacun d'entre nous des êtres uniques, et ses projets sont uniques ! Projets de mariage, de famille, de service... Tout est lié, Dieu n'a rien oublié... Il nous promet même, en Ephésiens 3:20, de nous donner « au-delà de nos espérances » !

Vivre par la foi

Alors face à une telle promesse, nous devons vivre par la foi que Dieu accomplit sa promesse. Et si elle tarde, nous devons l'attendre nous dit Habakuk 2:3, « car elle s'accomplira, elle s'accomplira certainement (...), le juste vivra par sa foi ».

Il faut reconnaître que cette attente est souvent difficile, surtout lorsque l'horloge biologique nous rappelle que les mois et les années sont comptés... La tentation est alors de prendre les choses en main, de décider d'agir par nous même au lieu de laisser le Seigneur le faire.

Laissons-nous alors convaincre par le Psaume 127:1 qui déclare que « Si l'Eternel ne bâtit la maison, ceux qui la bâtissent travaillent en vain ». Alors abandonnons nos destinées entre les bonnes mains de notre Dieu (Psaume 31:15).

Sa promesse et le meilleur

Car la promesse de Dieu pour nos vies, c'est Canaan : ce qu'il y a de meilleur... Et le piège est de s'arrêter à Charan, de se contenter d'une situation qui ne nous correspond pas : dire oui à un(e) chrétien(ne) alors que l'on sait que ça n'est pas ça, ou même s'engager avec un(e) inconverti(e) qui a tant de qualités merveilleuses, mais qui n'a pas la nature de Christ.

Or avant d'avoir le « oui » de Dieu, il faut passer par les « non » de Dieu. Avant d'oindre le roi David, Samuel s'est trompé plusieurs fois : « il se dit, en voyant Eliab : Certainement, l'oint de l'Eternel est ici devant lui. Et l'Eternel dit à Samuel : Ne prends point garde à son apparence et à la hauteur de sa taille car je l'ai rejeté » (1 Samuel 16:6).

David, huitième fils d'Isaï, était le bon... Mais pour y arriver, il y a eu sept « non » successifs. Ils n'étaient pas des échecs, ils précédaient simplement le « oui »...

Le célibat : une période de transformation

Ainsi, le plan de Dieu pour Israël était le roi David, « homme selon le coeur de Dieu » (Actes 13:22). Alors si nous voulons David, nous devons être à sa ressemblance : des femmes et des hommes de Dieu ! Combien nous avons besoin pour cela d'être transformés ! Et quelle période plus propice à cette transformation que celle du célibat ?

Notre traversée du désert est peut être faite pour cela ! Car le désert est un endroit où Dieu nous conduit pour parler à notre coeur nous explique Osée 2:16. C'est un temps où Dieu nous met à part, pour devenir David, homme selon son coeur, qui accomplira toutes ses volontés. C'est ainsi que l'on pourra être utile dans son oeuvre et rendre notre conjoint et nos enfants heureux.

Alors sans plus attendre, au lieu de nous lamenter sur notre sort, sachons être à l'école de Dieu : tout ce qui nous arrive est pour notre bien (Romains 8:28), même la traversée du désert nommé célibat ! Et notre bien, comme le dit mon pasteur, ce ne sont pas les bénédictions que l'on peut recevoir mais la ressemblance à Christ. C'est alors que nous pourrons être une bénédiction pour les autres, à commencer par celui ou celle que Dieu va nous donner...

Cette période nous permet aussi de savoir qui nous sommes, et donc de pouvoir discerner celui ou celle qui nous correspondra, qui sera notre vis à vis. Car Dieu met sur notre route des personnes (providence divine...), encore faut-il avoir du discernement. Ainsi, Dieu n'unira pas deux personnes dont la vision spirituelle est différente.

Je crois que celui qui a reçu un talent ne peut être uni avec celui qui en a reçu cinq, il y aurait un décalage qui ferait souffrir l'un comme l'autre. En d'autre termes, on ne peut assortir l'éléphant et la souris, comme dirait quelqu'un que je connais... Pour former « une seule chair », comme Genèse 2:24 nous le décrit, il faut être semblable l'un à l'autre, de la même matière en quelque sorte.

Car « le fer ne s'allie point avec l'argile » nous explique Daniel 2:43, ils ne peuvent être unis l'un à l'autre. On a beau chauffer, touiller, agir d'une façon ou d'une autre, le fer et l'argile ne pourrons jamais devenir une seule matière. Il en est de même pour le couple, le critère de chrétien ne suffit pas, nous devons nous correspondre. Si ça n'est pas le cas, il est bon de passer son chemin et d'attendre en silence le secours de l'Eternel comme Jérémie nous le conseille dans ses Lamentations 3:26.

Enfin, voilà quatre petits conseils que j'applique à ma vie :

 --ne pas perdre de temps avec quelqu'un qui n'est pas pour nous, cela ne fait que retarder le plan de Dieu pour notre vie ;


--pour cela, savoir rester seul et trouver son équilibre en étant célibataire. Dieu nous rend fort : nous apprenons à ne dépendre que de lui. Et nous sommes disponibles pour rencontrer celui ou celle que notre coeur aimera ;


--dans l'attente, vivre pleinement la vie que Dieu nous donne, servir le Seigneur, voyager, avoir des amis. Faire ce que nous avons sur notre coeur sans attendre d'être marié pour cela. S'épanouir dans la sainteté de la vie chrétienne : nous avons tous les ingrédients à notre portée pour cela car quel trésor plus merveilleux que Jésus dans notre vie chaque jour ?

--et pour ce faire, surtout, ne pas être polarisés par le mariage. Il paraît que l'âme soeur arrive quand on ne s'y attend pas...

« Il est bon pour l'homme de porter le joug dans sa jeunesse. Il se tiendra solitaire et silencieux, parce que l'Eternel le lui impose. » (Lamentations de Jérémie 3:27-28)
                                        
Nathalie Mazard (Nathalie est maintenant mariée depuis quelques années)

-------------------------------------------------

cup-1004269 640Abonnez-vous gratuitement à notre réflexion de la semaine—Taches de Café. Vous allez rigoler, réfléchir et grandir comme dans votre personnalité. En plus, nous vous mettrons au courant dans ce newsletter quand il y a des nouveaux articles sur le site de Victoire Magazine.fr. Simplement envoyez un email à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et dites “abonner”.

Si vous aimierez connaitre Jesus comme Seigneur et Sauveur, écrivez-nous Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et nous serons contents de 

partager cette bonne nouvelle avec vous.

Flickr, Creative commons, martinak15 228/365

En savoir plus...

David Wilkerson : Ce n’est pas le moment d’avoir peur

david

David Wilkerson est mort dans un accident de voiture au Texas en 2011, juste avant son 80ème anniversaire. Nous l’avons interviewé lors de son passage à Sarcelles en France en 2007. Ce qu’il a dit a toujours d’impact pour aujourd’hui.

Certaines images marquent votre conscience et y restent gravées toute votre vie.

Pour les plus âgés, De Gaulle sera peut-être toujours le grand général marchant le long des rues des villes et villages de Normandie, confortant le peuple au commencement de la libération. John Kennedy restera toujours le jeune président confiant et souriant, abattu dans la fleur de l’âge.

Pour ceux qui ont grandi après le livre de David Wilkerson, La Croix et le poignard, il sera toujours le jeune évangéliste plein de feu, défiant Nicky Cruz avec l’amour de Dieu, dans les rues de New York.

Plus de 50 millions exemplaires de ce livre en 40 langues différentes, racontent le début de son travail parmi les gangs de New York. Teen Challenge se félicite aujourd’hui de 625 centres dans le monde.

D’autres imaginent Wilkerson comme le prophète puissant, appelant le monde à la repentance dans son livre, La Vision, et d’autres œuvres qui parlaient aussi des évènements à venir. C’est pourquoi vous êtes surpris de trouver que le jeune évangéliste et le prophète courageux sont devenus un père dans l’Eglise. Les traits angulaires demeurent mais les cheveux sont grisonnants.

Sa confiance dans le message de Christ n’a pas vacille « C’est la même réponse : Jésus, pour l’homosexualité, la drogue, ou les gangs.  (Teen Challenge) a 50 ans maintenant. C’est toujours le même. Jésus a la puissance de briser chaque dépendance. Les problèmes sont nouveaux mais rien ne change. Le message est le même depuis 2000 ans. L’important est plus que jamais la proclamation simple de l’évangile ».

MINISTERE PROPHETIQUE

Malgré son identification avec Teen Challenge, Wilkerson est mieux connu parmi beaucoup d’évangéliques pour ses prophéties. Mais il insiste : « je ne suis pas prophète. Je ne revendique pas d’être prophète. Je suis une sentinelle parmi d’autres. »

En savoir plus...

Dites "non" aux pensées d'adultère au travail

woman-868534 640La semaine dernière, en écoutant distraitement une émission à la radio, j'ai été choquée d'entendre l'invitée et la présentatrice évoquer l'augmentation vertigineuse de l'adultère au féminin comme un fait positif.

D'après cette écrivaine, dont je ne citerai pas le nom par choix, plus de 80% des hommes et des femmes entretiennent des pensées sexuelles envers des collègues de bureau, plus de 40% des femmes reconnaissent entretenir une relation adultère !

Je n'ai pas d'étude en main pour soutenir ces chiffres mais ils ont ramené mes pensées à une des tactiques préférées du diable qui essaye, depuis le début des temps de nous éloigner de Dieu en utilisant l'arme puissante de nos pensées.

Pour revenir à cet exemple choquant pris dans l'actualité en France, Satan attaque ses proies dans leurs pensées et les actes suivent d'eux-mêmes.

Le diable n'a qu'à exploiter notre tendance naturelle due à l'entrée du péché dans notre monde, à entretenir des pensées négatives. Nos pensées ont une énorme influence sur qui nous sommes, ainsi que sur nos actions et la direction que nous donnons à notre vie. Et le diable le sait.

Proverbe 23:7 (version Louis Segond, LS): “Car il (l'homme) est comme les pensées de son âme”.

En attaquant les pensées des hommes qui ne connaissent pas Dieu, notre ennemi essaye de les tenir éloignés du salut, rien de moins !

2 Corinthiens 4:4 (version Darby, DRB) “Le dieu de ce siècle a aveuglé les pensées des incrédules, pour que la lumière de l'évangile de la gloire du Christ qui est l'image de Dieu, ne resplendît pas pour eux.”

En savoir plus...

Portrait : Justine Robichaud

De l’horreur de l’abus à une vie radieuse

justineSa vie a basculé à l’âge de cinq ans lorsqu’elle a été abusée. Elle aurait pu en rester là… Mais quatre ans plus tard, Jésus-Christ est venu à sa rencontre. Son existence, lavée par le pardon de Dieu et restaurée, s’est alors changée en une captivante aventure.

Depuis 2006, Justine est missionnaire en France où elle assiste son mari, Christian Robichaud, pasteur à Mantes-La-Jolie. Ils ont deux grandes filles.

En épouse et en maman d’abord, ses propos "dégourdissent" la foi : « N’écoutez pas ce mensonge qui consiste à vous faire croire que Jésus n’en peut plus de vos appels à l’aide, de vos listes de besoins, de vos demandes de conseils (…).

Il est une chose dont je suis certaine : non seulement il est heureux de nous voir venir à Lui, mais en plus, il a toujours davantage à nous donner  ». Justine sait prendre votre main pour vous approcher de Jésus.

En savoir plus...

Les Dufours lancent un ministère aux "soldats blessés"

  Eric-Rachel-Photo-288x300

Du bas-fond d'une terrible maladie, Dieu suscite un ministère de sensibilité aux douleurs de ceux qui aident les autres.

Eric et Rachel Dufour n’avaient aucune idée qu’un moment d’extrême douleur allait servir de catalyseur pour un nouveau virage dans leur ministère.

A l’époque ils étaient pasteurs à Troyes dans l’Aube, aux côtés de l’évangéliste Franck Alexandre. Durant leur temps à Troyes quelques chose d’extraordinaire se produisit.

L’église priait pour les différentes nations du monde dans une réunion de prière un mardi soir. Eric dit au Seigneur. « On n’a pas de missionnaire de chez nous en __(un pays d’Asie de Sud-Est, fermé aux missionnaires). Envoie quelqu’un. »

Une prière dangereuse

« C’est une prière dangereuse » prévient Eric. « Je n’ai pas eu le temps de terminer ma phrase dans mon cœur et le Seigneur m’a dit : ‘’et si c’était toi ? ’’

Et j’ai dit : ‘’ Non, Seigneur, ce n’est pas possible. Je suis le pasteur ici. ’’ »

Quand il est rentré le soir il demande à sa femme si elle avait reçu quelque chose en son cœur pour un pays ? « Non ».

« Très bien. Pas de problème. » Mais le dimanche suivant le responsable de la mission de leur mouvement prêchait à leur église. « Nous n’avions encore parlé à personne, dit Eric. Deux fois dans sa prédication, ce pasteur responsable de la mission déclara : ‘’ Nous n’avons personne au... (ce pays fermé). ’’ »

« J’étais sur l’estrade, j’ai vu les lettres du nom de ce pays s’afficher sur le mur. »

Un appel très clair

Rachel reprend l’histoire : « C’était un appel très clair. On savait que le Seigneur voulait que nous partions (pour ce pays) »

En savoir plus...

Être célibataire est-ce la fin du monde ?

seaside-371229 1280

 

Les ados et les jeunes adultes célibataires vivent une situation qui est parfois bien délicate. De grands changements adviennent, des choix extrêmement  importants  doivent être  pris et, intérieurement, beaucoup de sentiments sont à apprivoiser.

II  y a le développement du corps et son acceptation, les études avec parfois l'éloignement familial, le choix d'un métier, la recherche  d'un emploi...

Sans oublier les premiers pas dans la foi avec toutes leurs interrogations  et le choix finalement de suivre Christ.

Au milieu de tout cela arrivent les nouveaux rapports  sociaux (parents, amis, collègues,...) et notamment ceux entre garçons et filles. Malgré le désir profond d'obéir et plaire à Dieu dans tous ces domaines, I ‘expérience  montre  que ça reste parfois difficile à cause des diverses influences.

Comment  bien vivre cette  période ?

Nous voyons l'importance de la présence de Dieu à nos côtés, le profit à tirer de sa vie de célibataire, des conseils quant au temps favorable pour se marier et nous n’oublions pas sur les pièges et défis durant le célibat.

La crainte de l’Eternel est la base de la réussite. Par le mot « crainte » on entend l’amour et le respect pour Dieu en le reconnaissant comme notre Dieu et Père, ainsi que le désir de le servir et d’obéir à sa parole, la Bible.

Ce n'est que si l'on s'attache au Seigneur et à ses préceptes, lui faisant confiance pour la direction de notre vie, que les temps difficiles, comme celui du célibat, vont devenir plus faciles à traverser. Dieu met sa pensée et sa sagesse dans notre coeur et il développe son plan parfait pour notre vie.

De nombreuses promesses nous encouragent dans ce sens. « Recommande ton sort a l'Eternel mets en Lui ta confiance, II agira » (Ps 37:5), <<  Fais de l'Eternel tes délices, et II te donnera ce que ton coeur désire » (Psaume 37:4).

Dans une période si incertaine, faite de multiples choix, il n'y a rien de plus rassurant que de pouvoir avoir confiance en Celui qui sait même lorsqu'un cheveu de notre tête tombe.

Le roi David posait cette question (dans le Psaume 119 :6): « Comment, quand on est jeune, avoir une vie pure? » et il répond : <<  C'est en se conformant à ta parole. Je veux te plaire de tout mon coeur, ne permets pas que je dévie de tes commandements! Je garde ta parole tout au fond de mon coeur pour ne pas pécher contre toi. »

II savait que suivre les ordonnances de I'Eternel sont la garantie d'une vie bénie. Dieu veut être présent, nous soutenir et nous guider dans notre croissance, nos choix et nos épreuves.

Le célibat: un temps  de croissance et d'enrichissement personnel

II est nécessaire de tirer le maximum de profit de cette période du célibat.

Pour les plus jeunes, c'est à l'adolescence qu'une personne commence réellement à se construire au niveau de la personnalité, au niveau social (études, travail, groupe d'amis,...), au niveau spirituel. C'est souvent le temps de nos premiers pas dans la foi. On plante à ce moment-là les bases de sa vie future.

On se découvre divers centres d'intérêt et on rencontre des gens auxquels on s'identifie.

Et puis on se rend compte qu'avec le développement physique pubertaire, apparaissent aussi les sentiments amoureux et les désirs physiques envers le sexe opposé. Ceci fait partie du naturel. Dans son développement, l'être se prépare à partager sa vie avec quelqu'un, former un couple, fonder une famille. Toutefois, si ceci est naturel, ca nécessite néanmoins d'être « apprivoisé » avec sagesse, patience et prudence.

En tant qu'ado au jeune adulte, nos centres d'intérêts, nos gouts, notre mode de penser évoluent très vite. Ainsi vous vous rendrez compte qu'en murissant vas critères vont souvent changer. II est difficile d'imaginer qu'à cet âge, une relation amoureuse puisse être stable, constructive et dans les plans de Dieu. Le risque est de multiplier les relations successives.

On remarque que beaucoup s'unissent et se séparent souvent, simplement au grès de leurs attirances aux sentiments passagers, sans trop penser aux conséquences. On prend quand ça nous plait et on laisse quand on n'a plus envie. On devient alors des « consommateurs » de relations amoureuses.

Ce qui n'est pas sans conséquences.

Commencer une relation amoureuse trop jeune, c'est prendre le risque de modifier son développement personnel. Lorsqu'on est avec quelqu'un, on se construit inévitablement en fonction de l'autre. La vie de l'un va forcément influencer l'autre et ainsi se développe une certaine dépendance à l'autre.

Malheureusement, si plus tard, en murissant un peu on se rend compte que finalement ce n'est pas la bonne personne et que la décision est prise de se séparer, un vide va être engendré. Notre construction personnelle en est alors fragilisée. La déception et le chagrin d'autre part provoqués par cette rupture, laissent également des traces.

Une autre conséquence est parfois l'éloignement de Dieu suite à cette rupture, rejetant la faute sur Lui.

La multiplication des histoires amoureuses peut aboutir à beaucoup de travers. Certains peuvent le vivre comme une multiplication d'échecs avec un sentiment de culpabilité.

D'autres s'habituent à ce genre de consommation, prenant les bons côtés mais fuyant quand il s'agit de prendre ses responsabilités, et sans penser aux blessures causées à l'autre. Ces mauvaises habitudes et ces plaies peuvent devenir un frein au développement d'une relation amoureuse épanouie au moment venu. II est en effet difficile de refaire confiance après s'être senti trahi.

L'engagement devient plus difficile

Ou encore difficile de s'engager après s'être habitué à fuir l‘engagement.

Je crois qu'il faut savoir tirer du célibat le maximum d'avantages. Cette période peut être vécue comme un pénible temps d'attente. Mais elle peut aussi être vécue comme la possibilité d'une certaine liberté, du temps et un esprit plus libre pour s'enrichir.

Certains profitent de cette période pour voyager, d'autres pour se perfectionner dans un domaine (musique, études supérieures,...), d'autres pour approfondir leur connaissance de la parole de Dieu.

Restez ouverts et attentifs aux autres. Mais ne gaspillez pas du temps à vous morfondre dans l'attente. Profitez du temps où vous êtes célibataire pour vous enrichir de quelque chose que Dieu pourra utiliser.

Fréderic Gonzalez

(Fred était étudiant à l’époque qu’il a écrit cet article)

--------------------------------------------------

cup-1004269 640Abonnez-vous gratuitement à notre réflexion de la semaine—Taches de Café. Vous allez rigoler, réfléchir et grandir comme dans votre personnalité. En plus, nous vous mettrons au courant dans ce newsletter quand il y a des nouveaux articles sur le site de Victoire Magazine.fr. Simplement envoyez un email à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et dites “abonner”.

Si vous aimierez connaitre Jesus comme Seigneur et Sauveur, écrivez-nous Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et nous serons contents de 

partager cette bonne nouvelle avec vous.

photo: pixabay, unsplash

En savoir plus...

Etapes pour être rempli de l’Esprit

a

Doyle Jones

Maintenant vous êtes prêts pour votre Pentecôte personnelle. Il n’est pas vraiment difficile de recevoir le baptême du Saint Esprit. L’intention du Seigneur n’a jamais été d’en faire une expérience réservée à de rares privilégiés. Il ne veut pas que ce soit difficile. Ce qu’Il attend pourtant des croyants, c’est qu’ils le recherchent de tout leur cœur. Voici quelques suggestions sur ce qui peut être nécessaire pour être rempli du Saint Esprit.

Ces étapes ou suggestions, ne sont pas placées par ordre hiérarchique, elles ne sont pas non plus des méthodes que le candidat applique mécaniquement mais elles sont destinées à aider la personne à se concentrer pour faire tout ce qu’elle peut pour coopérer avec Celui qui baptise, c'est à dire, le Seigneur Jésus.

1. Créer une atmosphère de louange en honorant et en adorant Jésus.
Les disciples le firent avant la Pentecôte.

« .. et ils retournèrent à Jérusalem avec une grande joie, et ils étaient continuellement dans le temple louant et bénissant Dieu. » (Luc 24 :52 et 53).

S’exercer à glorifier Dieu est très important si l’on veut recevoir le Saint-Esprit. De prime abord, cela peut vous paraître peu naturel mais continuez à louer Christ jusqu’à ce que cela ne paraisse plus étrange à vos oreilles.

Il vous faut aussi apprendre à prononcer des louanges à haute voix et non plus seulement dans votre esprit. Les louanges étaient exprimées à voix haute le jour de la Pentecôte :

« .. chacun les entendait parler dans sa propre langue ». (Actes 2 :6)

Les langues sont exprimées à haute voix bien que le niveau sonore ne soit pas toujours extrêmement élevé. Cela ne veut pas dire que le Saint-Esprit n'agit pas si on ne le fait pas. C’est une simple suggestion, destinée à vous aider, en tant que candidat, à louer Dieu librement.

2. Attendez-vous à parler en langues

Comprenez bien que le Saint-Esprit désire avec passion vous envahir et Jésus est impatient de vous baptiser (Luc 11 :13). Ne doutez pas un seul instant que vous allez parler une autre langue. Attendez-vous à cela.

Laissez complètement de côté votre langue maternelle.
Quand l’Esprit vient sur vous, réalisez que vous abandonnez tout à fait votre langue maternelle quelque soit la difficulté à parler cette nouvelle langue. On a souvent noté qu’on ne peut s’exprimer en deux langues à la fois. Ne soyez pas effrayé de laisser le connu pour l’inconnu. Louez Dieu du plus profond de votre cœur avec des lèvres préparées à parler quand les mots arrivent.

3. Recevez le baptême du Saint-Esprit.

Ceci, c’est votre rôle. N’attendez pas que Dieu vous donne l’Esprit. Il l’a déjà fait. Le Saint-Esprit fut donné le jour de la Pentecôte avec la puissance du baptême.

C’est à vous de le recevoir. Si quelqu’un vous fait un cadeau, vous n’avez pas à le mendier pour le recevoir. Tout ce que vous avez à faire, c’est de tendre la main et de prendre ce qui vous est offert. C’est la même chose pour le baptême du Saint-Esprit. Ne mendiez pas, ne suppliez pas. Remerciez seulement Dieu pour ce cadeau.

Il y a bien des années, j'ai eu le privilège de participer à une réunion pendant une nuit entière, dans une église que nous avions fondée à l'étranger.

Cette église de très grande taille, (plusieurs milliers de fidèles maintenant), m’invita à parler à 2h30 du matin. J’avais déjà parlé dans une autre église qui démarrait mais j’étais tout à fait prêt à venir pour encourager les gens à recevoir le baptême du Saint- Esprit.

Ce soir là, à peu près 15 personnes le reçurent, incluant une dame si désireuse de ce baptême qu’elle priait à haute voix, suppliant Dieu de la remplir du Saint-Esprit.

Je vins vers elle et lui dit doucement : « Vous n’avez pas à mendier, Dieu veut vous remplir du Saint-Esprit. Louez-Le seulement ». Elle se mit à louer Dieu et quand je posai mes mains sur elle, elle commença tout de suite à parler en langues.

En savoir plus...

La place du sexe dans le mariage

hands-437968 1280

Avant de se marier, les jeunes doivent probablement penser que le programme de leur vie conjugale se déroulera ainsi : travailler - 35 heures par semaine ; dormir - 5 heures par jour ; et manger - 20 minutes par jour (enfin, elle s’imagine que ce sera 20 minutes ; lui, il pense plutôt deux heures et demie).

Et le reste du temps ? Ce planning laisse 96 heures chaque semaine pour la romance et l'amour.

C'est peut-être comme ça à la télé, mais dans la vie réelle, il y a beaucoup d'autres choses qui s'imposent à nous. Ceux qui pensaient passer 90% de leur temps dans des activités romantiques seront surpris.

Mais — et c'est un « mais » de taille — ceux qui ne réalisent pas que les relations sexuelles sont vraiment importantes dans le mariage se trompent. Bien sûr, ce n'est pas Hollywood ; cependant, Dieu accorde une grande importance à cet aspect de la relation dans le couple.

Dans l’histoire, l'Église a souvent voulu cacher cette partie du mariage en agissant comme si elle était « impropre » ou sale. Pour beaucoup, la seule « justification » des relations sexuelles, même dans le mariage, était la conception des enfants. L'Église interdisait même aux hommes qui travaillaient pour elle de se marier.

Ce n'est pas de la Bible

Je ne sais pas d’où sont venues de telles idées, mais certainement pas de la Bible ! Le premier but des relations sexuelles dans le mariage est l’expression de l'amour entre les partenaires et l’approfondissement de leur relation.

En savoir plus...

Epouseriez-vous de nouveau la même personne ?

woman-687560 640Onze stratégies pour épanouir votre couple.

Un sondage parmi 3,000 femmes révélait que si elles avaient le choix, plus de la moitié d’entre elles ne se marieraient pas de nouveau avec leur mari ou bien elles seraient obligées de réfléchir sérieusement avant de le faire.

Le sondage a été fait auprès du grand public, les personnes n’étaient pas forcément Chrétiennes, mais la question reste toujours valable : « Si vous deviez le refaire, épouseriez-vous de nouveau votre mari (ou votre épouse) ? »

           

Même parmi les Chrétiennes quelques unes hésiteront avant de dire faiblement : « Oui. » Le mariage semble établi sur une fondation fragile de nos jours, mais nous ne devons pas abandonner ces rêves que nous avions au départ. De bons mariages sont possibles mais ils ne tombent pas du ciel. Vous devez y travailler.

Voici 11 suggestions qui aideront votre mariage à être tout ce que Dieu désire.

En savoir plus...

Comment être rempli du Saint Esprit

man-937384 640La vie remplie de l’Esprit n’est pas pour tout le monde, mais, seulement pour les croyants.

Deux ivrognes assis dans un bistrot se livraient à leur occupation favorite. Entre deux verres, l’un dit à l’autre : « Qu’est ce que tu penses du parler en langues ? ». Celui-ci répondit : « C’est une affaire du diable ». Alors le premier répliqua rapidement : « Non, ce n’est pas vrai, sans ça nous l’aurions. ».

Il marquait le point. Les incroyants n’ont que faire du baptême du Saint-Esprit. En fait Paul dit : « l’homme naturel n’accepte pas les choses de l’Esprit, pour lui, elles sont folie, il ne peut les connaître car c’est par l’Esprit qu’on les discerne » (1Corinthiens 2 :14).

Les deux conditions requises pour le recevoir

Etre rempli du Saint-Esprit n’est pas difficile si on répond à deux conditions préalables. Etre sauvé et avoir spirituellement soif. Le premier pas, c’est bien sûr la conversion.

La conversion et le baptême du Saint-Esprit

Ceci amène à la question : « Tous ceux qui se convertissent reçoivent-ils le Saint-Esprit ? » Oui mais pas le baptême dans le Saint-Esprit. Beaucoup d’écrits confirment que personne ne peut être sauvé sans l’action du Saint-Esprit. Paul dit : « Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ il ne lui appartient pas » (Rom 8 :9). Le Saint-Esprit donne la vie spirituelle aux chrétiens (Rom 8 :10-11) « Dieu a envoyé en nos cœurs l’Esprit de son fils qui crie ‘Abba Père’ » (Galates 4:6).

Le mot araméen « Père » insiste sur le mot Père car il démontre que l’Esprit affirme notre nouvelle position dans la famille de Dieu.

Un autre passage des Ecritures souligne la participation du Saint-Esprit dans la conversion « Car nous avons tous été baptisés d’un seul et même Esprit pour ne former qu’un seul corps. » (I Corinthiens 12 :13) ; « Oui vous tous qui avez été baptisés pour être à Christ, vous êtes revêtus de Christ » (Galates 3 :27) et « l’Esprit lui même atteste à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu » (Romain 8 :16).

Mais, recevoir le 3ème membre de la divinité, le Saint Esprit à notre conversion n’est pas la même chose que d’être baptisé dans le Saint- Esprit.

Pierre dit : « Repentez-vous et soyez tous baptisés au nom de Jésus-Christ pour la rémission des péchés et vous recevrez le don du Saint-Esprit » (Actes 2 :38). Dans le message de Pierre, c’est d’abord la repentance et ensuite le baptême dans l’Esprit qu’on appelle aussi « le don » du Saint Esprit (pas « les dons »).

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS