Menu
RSS
David Porter

David Porter

Une main étendue dans l’enfer des prostituées

woman-1006100 640Il fait beau à Toulouse en été. Cette nuit, un groupe de filles venant de l’Europe de l’Est papotent en attendant des clients.

Une fille blonde n’est avec elles que depuis trois semaines. La veille, elle a fait un songe dans lequel elle voyait un homme petit, vêtu d’une chemise blanche et d’un pantalon noir, qui venait vers elle avec une Bible bulgare à la main.

Puis, un monospace s’est arrêté et plusieurs femmes sont descendues—des femmes qui ne semblaient pas à leur place dans la nuit de Toulouse. Les nouvelles venues leur ont offert des friandises pour manger et elles parlaient de Dieu.

Soudain, les yeux de la jeune fille blonde se sont remplis de larmes parce qu’elle voyait l’accomplissement de son rêve de la soirée précédente, mais cette fois-ci elle était bien réveillée.

Une cuisine dégoûtante

FoodUne fois, ma femme a pris l’avion pour aller aider ma fillepour quelques semaines.

Christi venait de donner naissance au quatrième dans la série : « Les plus beaux petits-enfants du monde «. (Il y en a neuf maintenant).

Le hic est que je devais m’occuper de moi-même. Normalement, ça n’est pas un problème. Peu importe combien de fois je balayais, lavais la vaisselle, ou faisais mon lit dans les trois semaines, pourvu que je le fasse au moins une fois, juste avant qu’elle ne revienne.

Ce qui me donnait des soucis, c’est la cuisine (et la machine à laver, mais ça, c’est une autre histoire). Je ne suis pas un bon cuisinier.

En réalité, je suis un cuisinier très créatif, parce qu’il m’arrive d’inventer toutes sortes de délices culinaires. Seulement le goût n’est généralement pas très bon.

Une fois, j’ai eu l’idée de faire fondre le fromage mozzarella dans une soupe de crème de champignons.Je ne décrirai pas le résultat parce qu’il est possible que vous ayez l’estomac délicat.

Une autre fois, ma femme est partie pour une réunion de dames et j’ai trouvé des merguez dans le congélateur. Je les ai décongelées dans le micro-ondes.

Cela marchait bien. Alors, j’ai décidé de les faire cuire dans le micro-ondes parce que je ne voulais pas laver une poêle après. Ce ne fut pas une bonne idée. Elles avaient la consistance d’une baïonnette de bois. Le goût faisait aussi penser au bois, mais au moins, elles étaient chaudes !

Le deuil et le cancer cèdent la place à la joie en Jésus

bruno et marie

Interview inédite de la chanteuse Marie Gautier avec notre journaliste.

Myriam Medina :- Marie, parle- nous de ton enfance ; tes parents étaient-ils chrétiens ?

Marie Gautier : Ils ne l’ont pas toujours été et se sont convertis suite au témoignage de ma grand-mère. Ils étaient sur le point de divorcer. La conversion a été un miracle chez nous et nous sommes passés du noir et blanc à la couleur à la maison.

M.M : - Quelle place avait Dieu dans votre foyer ?

Marie : Aucune, mes parents faisaient « religieusement » leur marché le dimanche.

M.M : - Ton enfance fut-elle heureuse ?

Marie : J’avais beaucoup de haine pour mon papa qui nous faisait souffrir à la maison. Ma maman était malheureuse et dépressive. Mon papa buvait beaucoup.

M.M- Quand as-tu décidé de chanter pour Dieu ?

Marie : Dès que j’ai rencontré Dieu à l’âge de 12 ans j’ai su que je chanterais à jamais pour Lui. J’ai tout fait pour. J’ai prié, j’ai fait mes études en fonction, me suis formée, entourée, j’ai travaillé fort…

M.M :-  As-tu connu de l’opposition par rapport à ton service ?

Marie : Oui car je suis une fille hihihi. J’ai souvent pensé que si j’avais été un homme ça aurait été plus facile ! Il m’a fallu beaucoup de prières, de la persévérance et du travail pour être reconnue. Le milieu musical est TRES MASCULIN !

S'abonner à ce flux RSS