Menu
RSS
Témoignage

Témoignage (73)

Quand le feu est tombé sur des hippies

banner-1159238 1280

« L’Esprit de Dieu descendit comme une colombe » Matthieu 3.16

Soir après soir, semaine après semaine, et par dizaines, des jeunes hippies, filles et gars, étaient saisis par la puissance du Saint-Esprit. Il en venait de partout. C’était extraordinaire et merveilleux.

Les rencontres se déroulaient dans une grande simplicité. Nous étions assis à même le sol, soit sur le palier de l’école maternelle du quartier, soit dans notre salle à manger.

Quelques guitares, quelques choeurs de louange, des témoignages de vies transformées, des prières et un message centré sur Jésus, composaient nos soirées d’évangélisation.

Le Saint Esprit agissait dans les coeurs et nombreux étaient ceux qui expérimentaient instantanément la révélation de Jésus-Christ. Dieu donnait également des dons spirituels, don de paroles de connaissance, don de prophétie et de guérisons, pour confirmer sa présence et sa volonté de sauver et de bénir ces vies cassées, déchirées et malheureuses.

Il n’était pas rare de voir des jeunes abandonner aux pieds de Jésus, leurs doses de drogues, de la marijuana ou des cachets hallucinogènes, des amphétamines ou autres stupéfiants.

Les larmes de repentance étaient abondantes.

Les guérisons physiques également. Plusieurs étaient atteints de maladies sexuellement transmissibles, d’autres de troubles dus à l’absorption de drogue. Mais ce qui était merveilleux, c’était de voir les jeunes libérés de la dépendance. Rares sont ceux qui sont retombés. Les visages rayonnaient de la vie de Jésus.

Des membres mécontents

En savoir plus...

Comment connaitre Jésus pour avoir la vie éternelle?

banner-1090827 640

Comment avoir cette relation personnelle avec Jésus Christ ?

Ne souhaiteriez-vous pas expérimenter cette vie nouvelle en Jésus-Christ ?

Voici la marche à suivre :

1.       Repentez-vous devant Dieu de tous vos péchés, c’est-à-dire de tout ce qui, en vous, est une offense à Sa sainteté. Demandez-Lui pardon et, avec son aide et sa puissance, changez de direction de vie. Sortez-vous de ces choses qui Lui déplaisent et L’attristent. « Dieu, sans tenir compte des temps d’ignorance, annonce maintenant à tous les hommes, en tous lieux, qu’ils aient à se repentir… » (Actes 17:30)

2.       Croyez au Seigneur Jésus-Christ. Croyez qu’Il est mort sur une croix à votre place. Croyez que Dieu, Son Père, L’a ressuscité des morts. Croyez qu’Il change la vie de chacun de ceux qui viennent à Lui par la foi. « Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. Car c’est en croyant du cœur qu’on parvient à la justice, et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut, selon ce que dit l’Écriture : Quiconque croit en lui ne sera point confus…Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. » (Rom 10:9 à 11, 13)

Attachés-vous à Lui de tout votre cœur. Il a donné sa vie pour nous. La moindre des choses que nous puissions faire en retour, est de vivre notre vie pour Lui.

Voici un modèle de prière que pouvez utiliser : « Seigneur, je viens à Toi avec sincérité et de tout mon cœur. Je Te demande pardon pour toutes mes fautes. Seigneur Jésus, je crois que Tu es mort à la croix pour mes péchés et que Tu es ressuscité. Je crois que Tu m’écoutes, en ce moment-même. Tu me pardonnes et Tu me changes. Je te remercie de tout mon cœur. Je veux Te suivre tous les jours de ma vie. Avec le secours de Ta puissance, je m’engage à vivre comme Tu le veux. Amen ! »

Si, alors que vous priez, vous êtes sincère devant Dieu, vous démarrez une nouvelle vie en tant que Son enfant.

Si vous avez  fait  cette prière et que vous souhaitez avoir de l’aide dans votre vie pour Christ, écrivez-nous et nous serons contents de vous envoyer de la littérature gratuite qui vous aidera dans votre nouvelle marche avec le Seigneur Jésus.

jesus-1220716 640

-------------------------------------------------

cup-1004269 640Abonnez-vous gratuitement à notre réflexion de la semaine—Taches de Café. Vous allez rigoler, réfléchir et grandir comme dans votre personnalité. En plus, nous vous mettrons au courant dans ce newsletter quand il y a des nouveaux articles sur le site de Victoire Magazine.fr. Simplement envoyez un email à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et dites “abonner”.

Si vous aimierez connaitre Jesus comme Seigneur et Sauveur, écrivez-nous Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et nous serons contents de 

partager cette bonne nouvelle avec vous.

En savoir plus...

Dieu nous avait aveuglés parce qu'll nous attendait

guy 3Ils ne voyaient pas le dealer qui les attendait parce que Dieu avait un autre rendez-vous qui a changé la direction de leur vie. Lisez ce témoignage étonnant de Guy et Elisabeth Bergamini de Reims, France.

Guy: Je suis né dans une famille immigrée italienne. Mon père s'est retrouve ouvrier chez

Peugeot a Sochaux après avoir fait faillite, ce qui a été pour lui une catastrophe.

Sa vie a bascule dans I’alcool et la violence. J'ai souvent été sa tête de turc, lui, blond aux yeux bleus pensait que j'étais un batard du fait que j'étais noir de cheveux.

Très tôt, une graine de haine bientôt arrosée par l’athéisme, est tombée dans mon cœur. Lorsque j'avais huit ans, ma sœur de onze ans, atteinte de leucémie est morte. Ma mère, folle de souffrance répétait: «il n'y a pas de Dieu. S'il y en avait un, pourquoi cet homme qui nous fait tènement souffrir n'est pas parti a la place de cette petite?»

A 14 ans, j'ai fait mes premières rencontres avec la drogue et I ‘alcool. Avec mes copains, nous avions des chaines a vélo et tous les samedi soirs, nous allions dans les bals de la région uniquement pour casser.

La violence était réelle. Je n'arrivais pas a concevoir que dans le monde le mot bonheur puisse exister. Cela a duré jusqu'à L’âge de 17 ans ou j'ai eu des démêles avec la police.

Puis un soir, en rentrant à la maison, j'ai vu pour la énième fois mon père ivre frapper ma mère. Alors j'ai voulu égorger mon papa, car il me semblait que justice pouvait être faite et que cet acte pouvait effacer des années de tristesse et d'humiliations. J'ai laissé mon papa dans son sang et j'ai quitté la maison.

Je n'y suis pas retourne avant quatre ans. Mais un poids énorme de culpabilité (ce que je n'avais jamais connu) était entre dans mon cœur.

Depuis, je me suis réconcilié avec mon père et je sais que Dieu m'a pardonne.

Apres cela, j'ai cru trouver la paix dans un mouvement hippie qui prônait: "faites I ‘amour et pas la guerre". En fait c'était un monde de vols, de tromperies, de fric. J'ai essayé plusieurs

fois d'en sortir mais désormais, j'étais lie aux drogues dures.

Puis j'ai rencontré Elisabeth, j'avais vingt ans, elle en avait seize. C'était la première fois, mis à part I ‘amour de ma mère, que quelqu'un m'aimait. J'ai pensé que j'allais trouver la paix et que L’idée de mourir pouvait s'en aller. Hélas, I ‘amour d'Elisabeth n'a pas fait le poids contre cette maitresse qu'était la drogue et dans laquelle, elle aussi, était tombée.

guy 4Elisabeth:

En opposition à la vie perturbée de Guy, la mienne était très équilibrée. Je suis née d'une mère hongroise et d'un père yougoslave. Mes parents avaient fui la Yougoslavie ou ilsétaient persécutes.

Mon père travaillait aux usines Peugeot. II a construit la maison et a consacré sa vie à sa famille. II était orthodoxe mais, faute d'orthodoxes dans la région, nous avons été élevés dans la religion catholique. J'étais fervente jusqu'à l’âge de seize ans.

Mais, je voyais beaucoup de mensonges autour de moi. Rien ne me satisfaisait, j'avais un vide dans le cœur. Petit à petit, j'ai ouvert les yeux sur le monde et j'ai plaqué la religion.

Mes études étaient brillantes. En première C (la premier S actuelle), j'ai commencé à vouloir autre chose que les études. J'ai rencontré cette bande de hippies; il me semblaitqu'ils avaient u ne liberté que je cherchais. En fin de compte, c'était toujours ce vide que j’essayais de combler.

Je me suis amourachée d'un hippie et j'ai sombre dans la drogue. Mes études ont été catastrophiques. Je découchais. Je mental constamment.

En savoir plus...

Quand le ciel s'ouvrit au-dessus de Montbéliard

hippies-19480 640

Le scenario n'avait rien qui laissait présager q u ' une puissante oeuvre de Dieu allait commencer dans la ville de Montbéliard en France, cette nuit de 1972.

Trois jeunes personnes passaient de leur temps près d'une fontaine à 11 h du soir ; un frère, sa soeur et un ami. Les garçons essayaient de jeter la jeune femme dans la fontaine.

Tout a changé quand une femme de presque soixante ans, poussée par le Saint Esprit, est arrivée sur la place. Elle leur a parlé de Jésus Christ. Les jeunes, intrigués, ont accepté son invitation de se rendre chez elle.

Le frère, Jean-Marie, était surtout interpellé au début, puis sa soeur Danielle (maintenant Danielle Vergnol) a été touchée par le Saint Esprit. Bientôt il y avait tout un groupe de jeunes chez les Richard—André et Georgette.

Assis par terre, ils chantaient et louaient Dieu. Des vies furent bouleversées. Plusieurs de ce groupe servent le Seigneur à plein temps maintenant.

Mais est-ce que c'était par hasard ?

Une période turbulente

Les années soixante et le début des années soixante-dix étaient un temps turbulent dans les sociétés occidentales. Les rues de Paris ressemblaient à une zone de guerre en mai 1968. Des émeutes et des manifestations ont secoué des grandes villes en Amérique.

En savoir plus...

Un réveil puissant secoue Cuba

cuba-890977 640Le candidat pour la présidence des USA, Donald Trump, doit mettre à jour ses données s'il veut comprendre le monde de 2016. Du moins en ce qui concerne le monde Chrétien.

Avant le vote pour nommer le candidat préféré des Républicains de l'Iowa pour la Présidence, il a affirmé qu'il n'y a pas beaucoup de Chrétiens Évangéliques qui viennent de Cuba.

À un moment-donné, c’était peut-être vrai.

Maintenant, l'un des réveils le plus puissant sur la planète secoue l'île. La crise économique des années 1990 après la chute du rideau de fer a aidé à lancer ce mouvement de Dieu.

Une croissance etonnante

En savoir plus...

Une braise enflammée tombe son Coran

flame-1013280 1920Moussa Koné, petit-fils et fils d’imams, destiné à être le 13ième de la famille, était un élève studieux en matière de Coran. Un jour, lisant ce livre vénéré de l’islam avec son père, il lui posa la question suivante : « Si, ce soir, toi et moi, nous venions à mourir, irions-nous au paradis ? »

« Mon fils, je ne le sais pas. Et je ne peux pas le savoir, parce que le Coran ne dit pas clairement si nous pouvons aller au paradis. »

Plus tard, à la quête du salut éternel et intrigué par l’absence de réponse claire de sa religion à ce sujet, le jeune Moussa (Moïse) a commencé à sonder le Coran pour en savoir plus.

Après une étude attentive de neuf mois du Coran, Moussa est arrivé aux conclusions suivantes : Il n’y a aucune certitude du salut dans le Coran. Que la lecture de la Bible, comme Parole de Dieu, est conseillée par le Coran.

Le Coran affirme que Jésus est le Messie, le fils de Marie, l’Apôtre de Dieu, la Parole de Dieu, l’Esprit venant de Dieu, le Confident de Dieu et l’Honoré ici-bas et dans l’au-delà. Il a été crucifié et il est ressuscité.

Voilà quelques questions posées à Moussa par le correspondant de Victoire magazine, Guy Bergamini.

Comment Dieu s’est-il révélé à vous et de quelles manières ?

Après tous ces temps d’études du Coran, un soir, après avoir récité mes prières, j’ai demandé à Dieu de se manifester : « Dieu, montre- moi qui Tu es, manifeste-toi, dirige-moi vers Toi. » J’étais assis sur ma couchette, le dos plaqué contre le mur, mon Coran à la main et je lisais la sourate Ya-Sin.

Brusquement, j’ai vu une braise enflammée tomber sur la page de droite de mon Coran. Ensuite une deuxième, puis une autre, et encore, encore. Mon Coran a commencé à brûler.

J’étais médusé. Je ne ressentais aucune douleur, même quand la couverture s’est mise à flamber à son tour. Les cendres du Livre étaient là. J’étais comme électrisé par le spectacle !

La peur s’est emparée de moi. J’avais la certitude que je devais accepter Jésus comme Sauveur de ma vie et lui confesser mes péchés. J’ai fait le bon choix. Il a pardonné tous mes péchés d’impudicités, ceux de sorcellerie, et bien d’autres encore.

Pouvez-vous citer pour nos lecteurs quelques sourates (versets) qui affirment l’incertitude du salut de l’homme pécheur ?

Le Coran déclare que Dieu a décidé de remplir l’enfer d’hommes et de djinns (démons) à la fois. L’homme pécheur est rempli d’angoisse car il ne sait pas quelle sera la décision de Dieu à son sujet. La sourate 19 (Marie) déclare aux versets 69 : « Il n’y a personne parmi vous qui ne passera pas par l’Enfer : Car (il s’agit là) pour ton Seigneur d’une sentence irrévocable. Ensuite, Nous délivrerons ceux qui sont pieux et Nous y laisserons les injustes agenouillés. » Tout le monde ira donc en enfer…

Dans le Hadith Bokhâri, le prophète de l’islam dit : « … Tu peux te servir de mes biens, mais je ne peux te sauver du jugement de Dieu. Veille sur toi. » Si par contre le Coran ne me donnait aucune certitude d’être sauvé, il me donnait la certitude d’aller en enfer. La sourate 102 (At -Takathur) aux versets 6 à 8 affirme : « Vous verrez, certes, la Fournaise. Puis, vous la verrez certes, avec l’œil de la certitude. Puis, assurément, vous serez interrogés, ce jour-
là, sur les délices. »


Mais le musulman fidèle n’a-t-il pas des œuvres à placer dans la balance ?

En savoir plus...

Le Harlem Globetrotter, Meadowlark Lemon: « Clown-Prince de basket-ball » et prédicateur !

23917795042 b314e01440 z

Dieu accomplissait puissamment ses rêves d’enfant.


Un garçon de onze ans dans une salle de cinéma regarda bouche bée un documentaire concernant une équipe de basket dans lequel tous les joueurs étaient noirs comme lui.

Et ils ont fait des choses avec un ballon de basket qui l’ont fait rêver. C’était décidé. Meadow George Lemon III serait un Harlem Globetrotter quand il serait grand.

Un rêve d’enfant ? Oui, mais celui-ci s’est accompli au-delà de ce qu’il pouvait imaginer. Le site web du Basketball Hall of Fame (panthéon des plus grands joueurs de basket) dit de « Meadowlark » Lemon :

« - Peu d'athlètes dans n’importe quel sport ont eu le même impact sur leur sport au niveau mondial que Meadowlark Lemon. Peut-être le plus connu et bien-aimé membre des Harlem Globetrotters, Lemon a joué dans plus de 16.000 matchs -- 7500 consécutivement -- pour les Globetrotters dans une carrière qui a débuté en 1954 et a duré jusqu'en 1978. Connu comme le "Clown-Prince de Basket-ball," Lemon favorisait son tir de crochet "impossible à manquer" du milieu de terrain. Et ses gestuelles comiques divertissaient des millions de fans dans plus de 70 pays à travers le monde. »

Le petit garçon assis dans le cinéma était devenu un homme qui jouait au basket devant des papes, des présidents et des rois.

Il est mort en Décembre 2015 comme une des personnalités du sport mondial la mieux connue de sa génération. (Regardez Meadowlark jouer : https://www.youtube.com/watch?v=NMuy8QrXhZU)

En savoir plus...

C’est fini ! Tes péchés sont pardonnés !

success-816490 640« Une présence glorieuse dans ma chambre, avec une cavalerie bruyante, invisible, mais très présente ! Cette fois, comme contraint d’abdiquer, j’ai crié : ‘‘ SEIGNEUR JESUS SAUVE -MOI !”

Les questions de vie et de mort préoccupèrent Alain T. très tôt. Né en Côte d’Ivoire, de père d’origine malienne, et de mère française, il posait déjà des questions à l’âge de trois ans.

« Maman, tu vieilliras ? » « Oui ». « Et moi ? » « Oui ».
« Est-ce que tu mourras ? » « Oui ». « Et moi ? » « Oui ».
Alain lui a demandé à ce moment-là, pourquoi il vivait si la fin était la mort ?

« J’ai grandi avec cette réflexion, ce malaise intérieur. A l’école primaire, ainsi qu’au collège, mes parents m’ont inscrit dans des écoles confessionnelles catholiques. J’y ai suivi des cours de catéchisme, j’allais à l’église, et j’ai même aspiré devenir enfant de choeur !

« Lorsqu’est venu le temps de me faire baptiser, mon père n’a pas accepté, prétextant que j’étais d’origine musulmane, et que je le deviendrai un jour. Un bon point malgré tout : j’ai découvert l’existence d’un paradis ! J’ai découvert également l’existence d’un jugement de mes oeuvres, mais par contre selon ce qu’on m’a appris, celles-ci détermineraient mon entrée ou non dans ce paradis.

« Il est à noter que très tôt déjà, outre le fait que j’étais très préoccupé par des questions d’ordre existentielles , j’avais peur de la mort, et parlais donc à ce Créateur chaque soir dans l’intimité de ma chambre d’enfant, lui exposant mes petits bobos, et surtout, lui demandant de m’épargner une mort violente !

« J’étais poursuivi par l’idée d’être une créature pensante, qui devait s’éteindre comme une plante, et ne plus jamais exister !! Je croyais au plus profond de moi qu’une vie après la mort ne pouvait qu’exister ! »

Peur de génies, de mauvais esprits

« Vivant en Afrique, j’ai été également très tôt confronté à des histoires racontées de génies, de mauvais esprits, de sacrifices humains, et d’âmes de personnes mortes qui parlaient à travers d’autres personnes !

En savoir plus...

La mitraillette du Caporal Fowler

gun-145131 640Le 24 décembre 1944 fut une très froide veille de Noël à Bastogne pendant la Bataille des Ardennes. Dans le village de Champs, à 5km de Bastogne, le Caporal Willis Fowler soupçonne qu'une attaque allait bientôt s’y perpétrer. Il a donc démantelé sa mitraillette complètement.

Il a nettoyé et lubrifié chaque partie, et puis il l'a remontée. Elle était en parfait état de fonctionnement. Quelques heures plus tard, à 3h du matin, l'attaque allemande est venue.

Les autres mitraillettes des américains dans le village ont été recouvertes de glace et de neige, et ne fonctionnaient pas. Seule la mitraillette du Sgt. Fowler a marché.

Le caporal pouvait voir quatre chars sur la colline surplombant la ville, avec un grand nombre de soldats qui s'avançaient. Le Caporal Fowler, invisible et caché sous la neige dans son trou, attendait. Quand il eut un coup de feu clair sur l'infanterie en avant, il adressa une rivière mortelle de plomb sur eux. Il semblait qu'ils étaient tous tombés.

Il continua de défendre le village jusqu'à l’aube, tirant presque continuellement.

Sans leur infanterie qui leur servait comme une protection vitale contre les bazookas anti-char, les quatre chars ne pouvaient pas s'avancer. Ainsi le village et les quelques dizaines de soldats américains furent sauvés parce qu'un homme était prêt pour le futur.

Et vous?

Et vous? Êtes-vous prêts?

« Il en est ainsi de celui qui amasse des trésors pour lui-même, et qui n’est pas riche quant à Dieu» (Luc 12 :21 Darby).

Les prophéties de la Bible parlent clairement du temps de la Tribulation et le retour du Seigneur. Tout comme le jour de Noël 1944, il y a des difficultés sur le chemin. Et tout comme le Caporal Fowler, nous serions bien avisés de nous préparer.

Jésus nous a avertis à ce sujet : « Tenez-vous prêts, car c'est à un moment que vous n'auriez pas imaginé que le Fils de l'homme viendra » (Matthieu 24:44, BDS).

Pour nous inciter à être prêts pour les moments difficiles à venir, Jésus raconte la parabole suivante (Matthieu 25:1-13, BDS):

« Ce jour-là, il en sera du royaume des cieux comme de dix jeunes filles qui prirent leurs lampes et s'en allèrent à la rencontre du marié.

Cinq d'entre elles étaient insensées, les cinq autres étaient avisées : les jeunes filles insensées prirent leurs lampes sans penser à emporter de réserve d'huile, mais celles qui étaient avisées prirent, avec leurs lampes, des flacons contenant de l'huile.

Comme le marié se faisait attendre, elles s'assoupirent toutes et finirent par céder au sommeil. À minuit, un cri retentit : « Voici l'époux ! Allez à sa rencontre ! » Toutes les jeunes filles se levèrent et préparèrent leurs lampes. Alors les jeunes filles insensées s'adressèrent à celles qui étaient avisées : « Donnez-nous de votre huile, car nos lampes sont en train de s'éteindre. »

Mais celles-ci leur répondirent : « Non ! Il n'y en aurait jamais assez pour nous et pour vous. Courez plutôt vous en acheter chez le marchand. » Elles partirent en chercher. Pendant ce temps, le marié arriva : celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle de noces, et l'on ferma la porte.

Plus tard, les autres jeunes filles arrivèrent à leur tour ; mais elles eurent beau crier : « Seigneur, Seigneur, ouvre-nous ! » Il leur répondit : « Vraiment, je vous l'assure : je ne sais pas qui vous êtes. » C'est pourquoi, ajouta Jésus, tenez-vous en éveil, car vous ne savez ni le jour,
ni l'heure de ma venue.».

L’huile est un symbole de l'Esprit Saint dans la Bible, et la lumière un symbole de Dieu. Sans étirer cette parabole trop loin, on pourrait dire que ces cinq femmes ont manqué de la présence de Dieu dans leurs vies. Elles avaient un peu d'huile, mais pas assez. Elles ont eu « un peu de Dieu », mais pas assez pour toute la nuit.

Un peu de Dieu

De même, aujourd'hui, beaucoup en Belgique et en France, et peut-être vous qui lisez cet article, vous avez un peu de Dieu dans votre vie, mais pas assez. Cela peut suffire pour le moment mais quand la nuit de la vie viendra, et les temps difficiles, sera-ce suffisant? Si l'ennemi attaque à 3 h du matin, aurez-vous assez de Dieu pour vous défendre dans la bataille?

Etes-vous une des nombreuses personnes qui pensent qu’aller à l'église chaque dimanche est une perte de temps ? Vous voulez un peu de Dieu, mais pas trop.

Il y aura un jour où vous serez bien heureux d’aller à l'église, une journée où vous serez bien heureux d’avoir une abondance de Dieu dans votre vie.

Comme la Bible dit dans Luc 12:21 (Darby): « Il en est ainsi de celui qui amasse des trésors pour lui-même, et qui n’est pas riche quant à Dieu »

Que le Seigneur nous aide tous à être riches dans la foi et préparés pour les temps à venir.

Kerby RIALS

-------------------------------------------------

cup-1004269 640Abonnez-vous gratuitement à notre réflexion de la semaine—Taches de Café. Vous allez rigoler, réfléchir et grandir dans votre personnalité. En plus, nous vous mettrons au courant dans ce newsletter quand il y a des nouveaux articles sur le site de Victoire Magazine.fr. Simplement envoyez un email à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et dites “abonner”.

Si vous aimierez connaitre Jesus comme Seigneur et Sauveur, écrivez-nous Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et nous serons contents de 

partager cette bonne nouvelle avec vous.

En savoir plus...

La troisième fois fut la bonne !

aDaouda (David) est le fils aîné d’une famille musulmane de six enfants du nord-est de la Côte d’Ivoire. Dès l’enfance, ses père et mère l’ont éduqué dans la pratique des principes fondamentaux de la religion musulmane.

A l’âge de six ans, il a du quitter ses parents, qui vivent au village,  pour la ville (Bouna),  afin d’être scolarisé à l’école française au CP. Il vivait avec sa grand-mère maternelle, une musulmane pratiquante qui l’aimait beaucoup.

« Dans l’optique de me protéger des agressions des autres enfants à l’école et en dehors de l’école, grand-mère m’a confié aux enfants de notre voisin qui étaient plus grands que moi. En effet, ce voisin n’était pas musulman, mais chrétien de l’Eglise Protestante Baptiste Libre. »

Lors des fêtes de Noël, les enfants du voisin venaient demander à la grand-mère l’autorisation pour que David aille à l’église avec eux pour les festivités de Noël. La grand-mère acceptait. Ces festivités étaient marquées par des projections de films sur Jésus, des concerts de chants et la distribution de livres et de biscuits aux enfants.

David fut marqué par ce qu’il a vu : « La première fois à l’église, j’ai été touché par les chants et le film, qui,  jusqu’à ce jour sont gravés dans mon cœur.

« Par  la suite,  c’est moi-même qui demandais la permission à grand-mère pour aller suivre les projections de films et les concerts d’évangélisation à l’église. Elle acceptait, sans voir en cela un danger pour ma foi musulmane.

« Je continuais à pratiquer la religion de mes parents, mais j’aimais énormément la manière de faire des chrétiens (chants et prières) ; la graine était semée. »

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS