Menu
RSS
Gratuit-tonus pour votre couple

Gratuit-tonus pour votre couple

Recevez votre livret grat...

Cinq raisons pour ne pas « larguer » votre couple

Cinq raisons pour ne pas « larguer » votre couple

« Il n’est pas l’homme qu...

Saïd Oujibou: Trouver le paradis

Saïd Oujibou: Trouver le paradis

Philippe André Garçon vi...

Prev Next

Plus zélé pour votre profession que pour Dieu ?

car crashDANIEL BRION

L’Eternel est ma force et le sujet de mes louanges ; C‘est lui qui m‘a sauvé. Il est mon Dieu, je le célébrerai ;  (Version NEG)   Exode 15 :2

Ma famille était d'origine catholique non pratiquante. On allait à la messe dans les grandes occasions.

Bien sûr, j'ai été baptisé bébé, je suis allé au catéchisme et j'ai fait ma première communion. Pour moi, l'existence de Dieu n'a jamais été un problème; j'étais sûr que Dieu existe!

Mais la communion terminée, je n'allais plus à la messe.

En 1950, lorsque ma mère a connu l'évangile, une transformation extraordinaire s’est opérée dans sa vie. Elle m’a emmené avec elle dans une réunion d’évangélisation, et c’est ainsi que j'ai franchi pour la première fois le seuil d'une église évangélique. Cela fait 60 ans.

Tout m'a été expliqué simplement, j'ai compris que j'étais pécheur et que j'avais besoin d'être sauvé. Je n'étais pas pécheur parce que j'avais commis des péchés, mais parce que j’étais pécheur par nature. Il fallait une transformation de mon être, que Jésus appelle « naître de nouveau ».

C'est ce qui s'est produit, et le 13 avril 1952, je suis passé par les eaux du baptême, par immersion totale, symbole de la mort et de la résurrection en Jésus Christ. J'ai fait acte de Foi, le Seigneur avait répondu à mes espoirs, il me donnait ce que j'espérais.

Le temps passait, je me suis marié, j'ai voulu me faire une situation. Je suis monté en grade.

Petit à petit, je suis devenu plus zélé pour ma profession que pour Dieu.

Puis, un certain jour d'hiver, le 20 janvier 1965 exactement, il faisait un temps épouvantable; neige, vent, brouillard, congères sur la route, je suis quand même parti faire ma tournée.

J'ai failli ne pas rentrer. L'accident est arrivé; choc frontal avec un camion, voiture broyée. On m'a sorti de la carcasse de la voiture dans un état grave; double fracture ouverte de la jambe gauche, fracture du bassin, fracture du col de fémur. On m'a opéré d'urgence dans la nuit.

Quand je me suis réveillé le lendemain, je voyais par la fenêtre juste devant moi, le cimetière situé à côté de l'hôpital, les tombes étaient couvertes de neige. Ça faisait comme un linceul blanc, d'un blanc pur. Une petite voix intérieure me dit : « et si tu étais en face? »

Je venais de comprendre qu'il n'y avait pas que la réussite dans la vie! Il n'y avait pas que l'argent, la situation, les vacances. Ce sont des choses pour lesquelles pratiquement tout le monde vit, et ce n'est pas mal en soi.

Mais, quand ces choses-là prennent la première place, alors on risque de perdre son âme, je compris qu'il fallait revenir dans les voies de Dieu.

Après 3 opérations et sept mois et demi dont 1 mois dans le plâtre du pied au thorax, je suis revenu à mon travail, mes employeurs m'ont tout de suite donné un grade que je n'espérais plus, et qui m'offrait un confort matériel appréciable.

Mon retour vers le Seigneur prenait petit à petit une réelle place dans ma vie, je ressentais l'appel de Dieu pour le servir. Puis un jour, je dis à Dieu : « Seigneur, je réponds à ton appel, je veux être ton ouvrier et entrer dans le ministère pastoral! »

Cela n'a pas été facile! J'ai tout laissé : ma situation, mes projets d'appartement, de voiture, de vacances et, avec ma femme, on partait dans l'aventure.

Mon salaire était divisé par trois! Mais je dois rendre gloire à Dieu! Je n'ai jamais manqué de rien, mes enfants non plus! Avec le temps, le Seigneur nous a redonné ce que nous lui avions donné.

Je peux dire que Dieu n'est le débiteur de personne, le Seigneur est fidèle, il nous donne plus que ce que nous lui donnons.  Quand on sait lui faire confiance, quand on sait remettre notre vie entre ses mains, il la guide, il la gère et sa fidélité est indéfectible.

J’affirme les paroles de David : "J‘ai été jeune, j’ai vieilli ; Et je n’ai point vu le juste abandonné, Ni sa postérité mendiant son pain." (Psaume 37:25)

-------------------------------------------------

cup-1004269 640Abonnez-vous gratuitement à notre réflexion de la semaine—Taches de Café. Vous allez rigoler, réfléchir et grandir dans votre personnalité. En plus, nous vous mettrons au courant dans ce newsletter quand il y a des nouveaux articles sur le site de Victoire Magazine.fr. Simplement envoyez un email à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et dites “abonner”.

Si vous aimierez connaitre Jesus comme Seigneur et Sauveur, écrivez-nous Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et nous serons contents de 

partager cette bonne nouvelle avec vous.

Image: Flickr, Creative Commons dfirecop

Dernière modification lemardi, 03 mai 2016 15:27

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut