Menu
RSS

Avons-nous besoin du réveil ?

blowing rockLe réveil de la rue Azusa était issu d’un contexte très particulier.

Dans le monde politique, la première guerre mondiale pointait à l’horizon et la deuxième se préparerait juste après. Il me semble que l’anxiété et la crainte que génère la guerre peuvent aussi pousser les gens à se tourner vers le Seigneur.

A l’époque, des mouvements « sainteté » dans l’Eglise attendaient vraiment la venue du Seigneur. Ces chrétiens voulaient la puissance de Dieu pour prêcher l’évangile et pour mener une vie sainte. Quand ils ont entendu parler de ce qui se passait à Los Angeles ils s’y sont attroupés par milliers.

Le réveil commença parmi les chrétiens, ce qui est normal. Ce n’était pas une nouvelle doctrine mais plutôt le rétablissement d’une vérité qui avait été laissée de côté par l’Eglise--la nécessité d’être baptisé dans le Saint Esprit. Tout le monde était convaincu que Jésus redonnait la puissance à son Eglise pour prêcher l’évangile dans le monde entier. Cela dans le but que Jésus revienne.

Il y a quelques années de cela, un homme qui faisait des recherches sur la croissance de l’Eglise dans le monde affirmait que 80% des gens qui allaient être sauvés cette année-là, seraient évangélisés par des gens des mouvements Pentecôtiste ou Charismatique.

En Afrique, en Amérique Latine, et même en Asie, l’Eglise connaît une telle croissance qu’on a du mal à suivre pour l’enseignement. Souvent, ce sont les gens baptisés du Saint Esprit qui, dans l’évangélisation, sont les premiers.

Mais franchement, en Occident, ça ne bouge pas autant. On dirait qu’une grande partie de la croissance se fait parmi les immigrés. C’est plus que super, mais où sont les populations indigènes ? Nous avons besoin de plus de Sa puissance.

La clef

Comment faire pour que Dieu agisse ainsi chez nous ? Dieu ne donne-t-il plus de ‘rues Azusa’ à notre époque ?

Si. Mais ce n’est pas facile dans des sociétés où tout marche si vite, où nous sommes toujours au travail ou à l’école où les gens se repaissent de choses matérielles et courent après les joies d’ici-bas ou …
Les pasteurs doivent insister sur la vérité du Baptême du Saint Esprit dans nos prédications. Il y a une réalité : un grand pourcentage de gens nés de nouveau dans nos églises n’est pas encore baptisé du Saint Esprit.

Il faut appeler les gens à la prière et persister, même s’il n’y a qu’un petit nombre qui répond. Il faut donner des opportunités où nous avons le temps d’attendre dans la présence du Seigneur. Passons du temps dans la présence du Seigneur, que l’odeur de sa présence sur nous attire d’autres âmes assoiffées.

Il nous faut être des pasteurs, plus style William Seymore, l’humble pasteur qui dirigea le réveil d’Azusa. Il était plus connu pour sa vie de prière que pour sa prédication. Son pupitre était une veille caisse à chaussures et une grande partie du temps, vous le trouviez derrière celle-ci en train de prier et de chercher Dieu.

Il serait bon d’avoir un peu moins « d’Hollywood » et de projecteurs sur les grandes personnalités, mais d’insister davantage sur une faim insatiable pour le Seigneur Jésus et pour sa Parole.

La question sera aussi : « Allons-nous garder le Seigneur Jésus au centre de notre prédication ? » Quand Dieu répand son Esprit il y a toujours cette tendance à vouloir se prélasser au soleil de sa bénédiction. Mais la prédication de Jésus Christ et son salut doivent toujours rester au centre de toute expérience de l’Esprit.

« Ne quittez pas cette réunion pour ensuite parler du don des langues » disait Seymour « mais essayez de faire en sorte que les gens soient sauvés. »
Grant McClung, l’éditeur du livre « Azusa et Au-delà » dit : « Dès l’origine du mouvement de Pentecôte, notre mission a toujours été la mission (intérieure et à l’étranger). En effet, on ne peut pas concevoir le Pentecôtisme autrement que comme mouvement missionnaire, élevé par Dieu pour évangéliser le monde dans les derniers jours. »

« Seigneur, donne-nous soif parce que nous avons autant besoin de la plénitude de ton Esprit maintenant au début du 21eme siècle, que ces gens-là, il y a cent ans. Les gens de notre pays courent vers l’enfer à une allure terrible. Nous avons besoin de ton Esprit pour annoncer ton salut avec ta puissance. »

______________________

Abonnez-vous gratuitement à notre réflexion de la semaine—Taches de Café. Vous allez rigoler, réfléchir et grandir comme dans votre personnalité. En plus, nous vous mettrons au courant dans ce newsletter quand il y a des nouveaux articles sur le site de Victoire Magazine.fr. Simplement envoyez un email à Cette adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et nous serons contents de partager cette bonne nouvelle avec vous.

Dernière modification lemardi, 12 décembre 2017 17:34

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut