Menu
RSS

Un pasteur blessé ouvre le cœur : VICTOIRE SUR LE SILENCE

forest-868715 640            Je suis Jean-Marc, j’ai cinquante quatre ans. J’ai été pasteur dans les Assemblées de Dieu de France de 1989 à 2007. Il m’a fallu démissionner de mon poste pour raison de santé car j’ai craqué nerveusement. C’était un moment très douloureux pour moi car j’étais très attaché à mon ministère et commençais à entrer dans de bons projets pour le Seigneur. Seulement, c’est Dieu qui est maitre de la moisson et qui décide qui fait quoi et où.

            Un pasteur qui craque et qui démissionne, c’est triste mais hélas courant. Il existe plusieurs raisons à cela et chaque cas est particulier. Ceci dit, prions pour les serviteurs de Dieu car ils sont des cibles privilégiées pour le diable.

            Une cible, j’en étais une de qualité. Quand je me suis converti, je n’ai pas solutionné tous les problèmes de mon enfance. J’ai enfermé dans des lieux secrets des blessures, souffrances, événements très douloureux et graves. J’ai vécu dans le déni par rapport à ces situations pendant longtemps. Malheureusement, chacun sait qu’une blessure qu’on ne soigne pas s’infecte. Les dégâts alors sont catastrophiques.

            Mes blessures étaient bien présentes et je faisais tout pour les étouffer. D’ailleurs, je pensais qu’en exerçant mon ministère pastoral, en aidant des personnes à guérir de leurs blessures, je me guérissais moi-même en même temps. Mais ce n’est pas possible. On ne se guérit pas soi-même en guérissant les autres.

N’en parler à personne

            Très vite j’ai compris que j’avais des comportements dysfonctionnels et immatures. J’avais un peu honte de ces choses et préférais n’en parler à personne. Petit à petit ces comportements ont pris plus d’ampleur et j’ai commencé à me tourner vers certaines choses dont je suis tout simplement devenu esclave.

Au début ce n’était qu’un tout petit jeu et je pensais m’en sortir tout seul, sans l’aide de qui que ce soit. Mais non, je me suis enfoncé et très vite je me suis rendu compte que j’étais embourbé dans une addiction grave. A qui parler de cela ? J’avais peur et honte. J’étais gêné au plus haut point. Je me taisais car je pensais qu’on n’allait pas me comprendre, qu’on allait me juger, me rejeter, me retirer l’amour qu’on me portait. J’étais tout simplement malheureux.

Je continuais malgré tout à exercer mon ministère et je choisissais des messages d’encouragements pour l’église et cela me faisait du bien.

            Mais ma situation ne changeait pas, bien au contraire. Je m’enfonçais, m’enlisais de plus en plus et prenais beaucoup d’assurance dans ces choses honteuses que je pratiquais. Parallèlement à cela ma santé psychologique se dégradait. Je devenais dépressif. A cette époque j’avais l’occasion de parler à des médecins spécialistes de mon problème. Ceux-ci m’aidaient à comprendre pourquoi je faisais ces choses mais ne pouvaient pas m’aider à en sortir.

Je me retrouvais tout seul devant Dieu, priais, bien entendu, montrais ma détermination à changer de vie mais ne savais pas comment faire pour cela. Je n’osais me confier. J’étais fermé, paralysé par cette peur qui m’étouffait littéralement.

            Dieu est bon et patient. Il était maitre des circonstances. Ma santé psychologique se dégradait tellement que les membres de mon église s’en sont rendus compte et que le conseil d’administration m’a demandé de consulter un médecin et me mettre à l’arrêt. J’ai obéis.

De mal en pire

Pendant cette période les choses se sont empirées pour moi. Je faisais des menaces de suicide. Mon passé m’a sauté à la figure. Les choses que je cachais sont arrivées au grand jour. C’était insupportable pour moi et je me tournais vers les choses dont j’étais esclave. Mon Dieu a permis que je fasse une faute assez grave pour que je puisse enfin ouvrir la bouche et parler. En effet, un jour j’ai pratiqué mon addiction devant une personne qui a été choquée et qui m’a dénoncé à des responsables spirituels. Quand j’ai appris cette dénonciation ça a été comme une catastrophe dans ma vie car je n’envisageais pas un avenir serein pour moi. Mon monde s’écroulait. Je criais, hurlais, voulais me détruire, en finir avec la vie.

Mais non, Dieu me tenait par la main car il n’avait jamais cessé de m’aimer.

            Des pasteurs se sont occupés de moi. Ils m’ont aidé à parler, m’ont accompagné. Aucun de ceux qui ont connu les détails de mon histoire ne m’ont jugé. Ils m’ont tendu la main et m’ont aidé à me relever. Grâce à leur aide j’ai pu pardonner à la personne qui m’avait dénoncé car j’ai compris que le Seigneur s’est servi de cette situation pour me conduire sur le chemin de la guérison intérieure et de la restauration.

            Cela fait dix ans que ces faits se sont passés. Aujourd’hui je suis toujours sur le chemin de la restauration. J’ai compris que le psaume 32 dit vrai dans ces paroles : « aussi longtemps que je me taisais, mes os se consumaient au-dedans de moi ».

Se taire s’est participer à sa propre destruction. Si j’avais parlé je ne serai pas aller aussi loin dans cette galère et j’aurai pu m’en sortir tout de suite. Monforest-54555 640 addiction a duré de très longues années. J’ai continué encore après cette dénonciation mais petit à petit, Dieu faisant son œuvre en moi, m’a tiré de là. Il est le Dieu qui guérit.

Je suis passé par ce chemin de brisement pour comprendre que, lorsque ça ne va pas, nous avons besoin des autres, nous avons besoin que des personnes nous écoutent et prient pour nous. De grâce, que personne, lorsqu’il chute spirituellement, reste la bouche fermée. N’ayez pas peur d’être jugé. Tout cela, c’est un argument du diable pour vous tenir isolé et vous enfoncer davantage.

Aujourd’hui je sais que lorsque je suis faible et fragile, je peux ouvrir mon cœur, partager les situations et être aidé. Je remercie le Seigneur pour cela.

            Que ce témoignage soit en bénédiction à chacun car notre Dieu est celui qui donne une autre chance pour s’en sortir, à lui soit la gloire, amen.

 

cup-1004269 640Abonnez-vous gratuitement à notre réflexion de la semaine—Taches de Café. Vous allez rigoler, réfléchir et grandir comme dans votre personnalité. En plus, nous vous mettrons au courant dans ce newsletter quand il y a des nouveaux articles sur le site de Victoire Magazine.fr. Simplement envoyez un email à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et dites “abonner”.

Si vous aimierez connaitre Jesus comme Seigneur et Sauveur, écrivez-nous Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et nous serons contents de 

partager cette bonne nouvelle avec vous.

image: pixabay.com/ersi;

Dernière modification levendredi, 03 mars 2017 21:44

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut