Menu
RSS

Dieu se révèle à un enfant

jacky1

Il est impossible à un garçon de neuf ans de rester à la maison sans satisfaire sa curiosité dans de telles circonstances.

Jacky Derand se demandait ce qu'était ce brouhaha au Foyer de Dockers derrière sa maison. Des milliers de gens s'y attroupaient. Le missionnaire français Aimé Cizeron était venu dans sa ville, Le Port, dans 111e de la Réunion. Ce garçon badaud allait faire une expérience qui marquerait toute sa vie.

Sa vie. Oui. Jusqu'à ce jour, elle n'avait pas été terrible. Jacky est né le dernier d'une famille de sept enfants. La pauvreté les opprimait. « Nous vivions dans une petite maison en bois avec des trous dans le toit, se souvient-il. Quand il pleuvait ma mère mettait des bassines sur le lit pour recueillir la pluie. Quelquefois on était même trempé, et souvent malade.

« Mon père se levait souvent la nuit saisi de crises de folie dues à l'alcool. II frappait ma mère. Ce qui a fait de moi un enfant complexé et bloqué. » II avait pourtant un coeur qui désirait Dieu « J'avais dit quand j'étais petit que s'il y avait un Dieu j'aimerais bien qu'il soit mon ami, quelqu'un en qui je pourrais me  confier ».

Arrive à la grande salle, « au foyer des dockers », il trouva des milliers des gens. «Je ne pouvais pas voir et je cherchais un endroit où je pouvais voir de loin. A ce moment-là je vis le missionnaire Cizeron imposer les mains aux gens. Aussitôt dans mon coeur est venue cette parole: "un jour tu feras comme lui."

« Je ne savais pas ce qui se passait. Le temps passa.... Mes parents ne savaient pas ou j'étais. J'étais curieux. Je me suis mis dans l'allée (avec ceux qui attendaient la prière) et j'attendis mon tour afin qu'il m'impose les mains. J'attendais dehors pour ensuite traverser toute la salle.

« II m'a donc imposé les mains. Je ressens encore ses mains aujourd'hui.

Problème à la maison

Je suis rentre à la maison, convaincu de péché. Je n'aurais pu parler à personne. Je n'avais ni les mots, ni le vocabulaire. Tout se passait uniquement dans le coeur de l'enfant que j'étais.

Je suis rentre à la maison avec cette conviction que Jésus m'aime. Jésus est mort à la croix. Jésus m'appelle à Le servir. » Dieu venait de se révéler à l'enfant. Pourtant aucune formation religieuse ne l'avait disposé à croire ainsi.

Le petit était bouleverse. « J'ai imité le missionnaire. J'ai fermé la porte. J'ai pris un bouquin. J'ai fait comme lui. J'ai prié pour les malades. J'ai chassé des démons.»

Bien qu'enfant, son zèle pour le Seigneur jaillit. II est passé dans chaque chambre de la maison et il a enlevé les icones des murs et les a brulé, ce qui lui a valu une bonne fessée quand son papa est rentre.

Ses parents se sont opposés à lui (dans le souci de le  protéger) et le petit ne comprenait pas. II en a voulu à Dieu. Mais le Seigneur n'avait pas fini.

« Dans la nuit, il m'a montré l'enlèvement de l'Eglise. J'ai entendu le son d'une trompette. Je me suis dit  'Mince ! Les pompiers jouent-ils de la trompette la nuit ? " (Ils habitaient à côté des pompiers).

« Je me suis retourne dans man lit. Le plafond avait disparu. II y avait un immense nuage. Quelqu'un tout en blanc était au milieu, les  bras croisés. II y avait un ange à sa gauche, un ange à sa droite.  Il a fait un geste. Les anges ont quitté le ciel, une centaine d'anges. Ils ont volé vers la terre. Ils ont pris les gens par la main. Ils sont montés. L'ange à sa gauche a fait la même chose. J'ai vraiment eu peur. Je pleurais : et je me répétais :

‘‘ Il est revenu, je suis resté. II est revenu.  Il est trop tard. " C'était terrible.

« Une voix s'est fait entendre : " Il n'est pas trop tard. Mais prie ! " Tout disparut. II ne restait que le Seigneur et les anges. Je me suis vite réveillé et je me suis réconcilié avec le Seigneur.

Dieu n'a pas hésité à dire la vérité à un enfant.

« Dieu est sérieux avec l'enfant, dans le sens ou Dieu ne dit pas des demi-vérités aux enfants. Jamais un homme n’oserait faire une telle chose, mais Dieu l'a fait. »

Jacky DERANDPlus de cinquante ans se sont écoulés depuis ce jour-là, mais Jacky s’émerveille toujours de la compassion de Dieu : « Ce garçon que j’étais, ce garçon qui n’intéressait personne. Et pourtant Dieu, lui, avait ses regards d’amour posés sur moi. Quelle compassion dans le cœur de Dieu pour les enfants. »

(Jacky est en train d'écrire un livre sur ses 50 ans avec Jésus)

 

___________________________________________________

--------------------------------------------------

cup-1004269 640Abonnez-vous gratuitement à notre réflexion de la semaine—Taches de Café. Vous allez rigoler, réfléchir et grandir comme dans votre personnalité. En plus, nous vous mettrons au courant dans ce newsletter quand il y a des nouveaux articles sur le site de Victoire Magazine.fr. Simplement envoyez un email à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et dites “abonner”.

Si vous aimierez connaitre Jesus comme Seigneur et Sauveur, écrivez-nous Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et nous serons contents de 

partager cette bonne nouvelle avec vous.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut