Menu
RSS

Comment éviter un krach financier dans votre couple

trouser-pockets-1439412 640

Si nous faisions un petit sondage et posions la question :  « Quel est le problème qui stresse votre couple? », quelle serait, selon vous, la réponse la plus fréquente ?

Les problèmes sexuels ? Un mari qui ne parle pas ? La belle-mère ? Le beau-père ? (J'ai mis ce dernier pour équilibrer les choses afin que les belles-mères ne m'en veuillent pas, mais nous savons tous que les beaux-pères sont toujours extrêmement agréables.)

La cause principale des désaccords varie en fonction des couples, mais il va sans dire qu'une des sources principales de tension est le problème des finances.

Cela ne dépend pas forcément de la quantité d'argent que l'on possède. En effet, il arrive que des personnes bénéficiant d'un bon salaire aient des difficultés, tandis que d'autres ne disposant pas de grands moyens se débrouillent bien.

En réalité, il s'agit plutôt de problèmes d'organisation, de priorités, de budget, de patience, de maîtrise de soi ou de sagesse. De plus, nous pouvons y ajouter une dimension spirituelle car notre manière de dépenser notre argent  révèle souvent l'état de notre coeur.

Tara Barnard traite ce sujet dans un article de journal intitulé : « La clé de la joie dans le mariage ? L'argent compte. »*

« Beaucoup de débats sur l’argent expriment simplement la façon dont nous voulons vivre notre vie », a dit B. Stevenson, professeur assistant de l'université de Pennsylvanie, ayant effectué des recherches sur les causes économiques des troubles du mariage et du divorce.

Bien des choix que nous faisons concernant l’orientation de notre vie déterminent la manière dont nous dépensons notre argent... Faire vos choix en équipe est extrêmement important pour préserver les « actifs » de votre union, selon les experts ...

« La plupart des gens pensent que les mariages se brisent à cause des problèmes sexuels ou des problèmes avec les enfants — ils sont importants — mais l'argent est un facteur énorme dans les divorces », a dit Susan Winters, une avocate ayant souvent représenté des clients qui voulaient divorcer.*

Le début

Il arrive souvent que l’homme et la femme aient chacun  grandi dans des familles où les parents éprouvaient des difficultés à gérer leur budget.

Quand ils se marient, ils n'ont aucune idée de la manière de procéder dans ce domaine. Par conséquent, ils reproduisent les mêmes erreurs que leurs parents.

Dans certains cas, le moins compétent des deux devient le « ministre des finances. »

On pourrait alors penser que le couple souffre du « blues de la carte bleue » : trop de crédits, pas assez de discipline.

De plus, les choses se compliquent dans notre société qui clame sans cesse : « Je le veux MAINTENANT. » Par ailleurs, les cartes de crédit et les moyens de financement faciles nous donnent accès à beaucoup de choses.

Cependant, bien souvent, on n'a pas considéré ce qu'il faut réellement payer pour tous ces gadgets. Si vous avez dix-huit « petits crédits » avec un taux d'intérêt de seulement 3 % (qui devient 20 % si vous êtes un jour en retard), je vous conseille de faire attention.

Généralement, il faut lire les conditions écrites en tout, tout petits caractères en bas de page. Vous serez souvent étonnés de voir ce que vous avez signé. Vous pensiez que les gens vous donnaient ce crédit si facile par pure sympathie ? Petit naïf !

Un jour, j'ai acheté un ordinateur. Je disposais d'un an sans intérêts pour le payer. Ce que je n'avais pas lu était que si je ne payais pas le tout dans un certain délai, j'étais redevable des intérêts de l’achat de l'ordinateur sur toute une année.

Je fis bien attention de tout régler avant le terme du contrat.

Dernièrement, nous avons pu observer les résultats de ces crédits faciles, car cela nous a menés au bord du gouffre au niveau mondial, d'après François Fillon. On ignore encore jusqu'où tout cela ira.

En revanche, je peux vous garantir ceci : Un mauvais comportement vis-à-vis du crédit fera chuter un couple aussi bien qu’un pays.

 

Une fondation solide

Voici quelques suggestions pour vous aider à avoir un fondement économique solide pour la famille — et par conséquent beaucoup moins de tensions.

Il faut commencer par les fondations.

Mettez Dieu à la première place de vos finances. Dieu promet la bénédiction à celui qui est généreux. Je crois deviner vos pensées ; il y en a tant qui ont fait du chantage religieux à partir de ce principe !

Ils clament : « Mettez Dieu à la première place dans vos finances et Il vous bénira ». Le principe est valable. Leur application ne l'est pourtant pas. Voici ce qu'ils veulent dire en réalité (certains du moins) : « Envoyez-moi votre argent et vos '' placements '' marcheront bien » ! Il faut être vigilant face à de tels abus.

Je ne suis pas en train d'affirmer : « Donnez au Seigneur : vous roulerez en Lamborghini et vous aurez un palais pour résidence ». Non, mais Dieu bénira celui qui le met à la première place en ce qui concerne ses finances. Il s'agit d'une expression très pratique de notre foi.

Notre attitude devrait être la suivante : « Seigneur, je te donne ce que tu demandes et je te fais confiance. »

« Vous êtes frappés par la malédiction, et vous me trompez, la nation tout entière ! Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes, afin qu'il y ait de la nourriture dans ma maison ; mettez-moi de la sorte à l'épreuve, dit l'Éternel des armées. Et vous verrez si je n'ouvre pas pour vous les écluses des cieux, si je ne répands pas sur vous la bénédiction en abondance. Pour vous je menacerai celui qui dévore, et il ne vous détruira pas les fruits de la terre, et la vigne ne sera pas stérile dans vos campagnes, dit l'Éternel des armées. » (Mal. 3 : 9, Bible Segond)

Quand j'étais au Luxembourg, nous avons fondé une église, avec d’autres chrétiens, dans la ville d'Esch-sur-Alzette.

J'avoue que j'évitais de prêcher sur la dîme. Créant une nouvelle église, j'avais peur que les gens pensent que nous étions une secte qui voulait profiter de leur argent.

Un dimanche, je remarquai que l'offrande était plus importante que d’habitude. Des offrandes spéciales se remarquent dans les petites églises, mais je ne savais pas qui avait donné plus que d'ordinaire.

Deux jours plus tard, une jeune soeur de l'église nous a téléphoné en disant qu'elle et son mari avaient pris la décision de donner la dîme. Ils avaient parlé avec leur grand-père qui habitait dans un autre pays et il les avait encouragés à obéir au Seigneur dans ce domaine.

Deux jours plus tard, elle nous téléphonait pour nous apprendre qu'elle avait reçu dans la boîte aux lettres une somme d'argent égale à ce qu'ils avaient donné le dimanche précédent. Elle croyait que c'était mon épouse et moi qui leur avions envoyé de l'argent parce que nous savions qu'ils avaient des problèmes financiers.

J'avoue que j'aurais aimé avoir assez d'argent pour donner à tous les membres de l'église ce dont ils avaient besoin, mais ce n'était pas du tout nous. Elle a appris plus tard que c'était une amie qui ne venait plus à l'église mais qui avait à coeur de leur envoyer de l'argent !

Mais cela ne s'arrête pas là. Le frère avait un travail mal payé et son patron lui rendait la vie difficile. Quelques mois après avoir commencé à donner la dîme, il a trouvé un emploi dont le salaire représentait presque le double du précédent. De plus, il a bénéficié de plusieurs augmentations considérables par la suite.

Parallèlement, il travaillait désormais pour un patron qui l'estimait.

Je peux imaginer de petites cloches qui sonnent et des lumières qui s'allument dans votre tête. Vous voudriez peut-être me demander : « Vous voulez dire que si je donne la dîme, j'aurai un travail où je gagnerai beaucoup d'argent en plus ? Donnez-moi le panier d'offrande ! Vite ! »

La Bible ne dit pas que vous ferez fortune si vous donnez, mais que Dieu vous ouvrira les écluses des cieux et répandra sur vous des bénédictions en abondance. Ne limitez pas les bénédictions de Dieu au domaine financier. Je crois qu'il pourvoira dans ce domaine, mais il n'est pas garanti que vous aurez un nouveau travail ni que vous serez capable d'acheter la nouvelle maison dont vous rêvez.

Mais vous serez riche ! Riche des choses qui comptent. Dieu vous comblera et combattra pour vous. La dîme et les offrandes représentent une manière excellente pour le couple de montrer à Dieu la place qu'il tient dans sa vie.

« Mais je ne peux pas me permettre de donner la dîme », pleurnichez-vous. À mon avis, vous ne pouvez pas vous permettre de ne pas donner la dîme. Mettez Dieu à la première place de vos finances dès le commencement de votre vie conjugale.

Pour la suite de cet article: http://www.victoiremagazine.fr/k2-categories/item/251-tes-dollars-francs-et-euros-disparaissent-comment-eviter-un-krach-2eme-partie 

cup-1004269 640Abonnez-vous gratuitement à notre réflexion de la semaine—Taches de Café. Vous allez rigoler, réfléchir et grandir comme dans votre personnalité. En plus, nous vous mettrons au courant dans ce newsletter quand il y a des nouveaux articles sur le site de Victoire Magazine.fr. Simplement envoyez un email à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et dites “abonner”.

Si vous aimierez connaitre Jesus comme Seigneur et Sauveur, écrivez-nous Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et nous serons contents de 

partager cette bonne nouvelle avec vous.

Dernière modification lejeudi, 18 août 2016 16:11

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut