Menu
RSS
Gratuit-tonus pour votre couple

Gratuit-tonus pour votre couple

Recevez votre livret grat...

Cinq raisons pour ne pas « larguer » votre couple

Cinq raisons pour ne pas « larguer » votre couple

« Il n’est pas l’homme qu...

Saïd Oujibou: Trouver le paradis

Saïd Oujibou: Trouver le paradis

Philippe André Garçon vi...

Prev Next

Le ministère des femmes: qu'en pensez-vous?

 

group-464644 640

Le ministère des femmes dans la prédication et l’enseignement est assez controversé. Nous aimerons avoir votre avis. Soyez libre de répondre à la fin de cet article or sur notre page Facebook: Victoire Magazine.fr

par George O. Wood,

Général Superintendant des ADD-USA, Springfield, Missouri, Docteur en Théologie Pastoral (traduit de l'anglais par Albert Richardson

La Convention des Baptistes du Sud, qui se déroula à Orlando en Floride en Juin 2000, a exclu les femmes de la fonction pastorale. La récente déclaration de foi baptiste déclare que « Bien que les hommes et les femmes soient qualifiés pour servir dans l’église, selon les Ecritures, la fonction pastorale est limitée aux hommes ».

Beaucoup de Baptistes du Sud expliquent que c’est une prise de position pour contrer la culture libérale. La revue Christianity Today a cité Mike Whitehead, président par intérim au Séminaire Baptiste du Midwest : « Il n’y a rien de nouveau au fait que Dieu ait assigné des rôles différents au sein du foyer comme dans l’Eglise et que ce principe ne vient pas d’une habitude culturelle mais d’un ordre divin. Les Baptistes sont connus comme étant particulièrement exigeants pour ne pas manipuler la Parole de Dieu ».

Par rapport à cette prise de position, où se placent donc les Assemblées de Dieu ? (USA) En permettant aux femmes d’être ordonnées et d’accéder à la fonction de pasteur, est-ce-que nous nous écartons de la Parole de Dieu ? Avons-nous basculé dans la culture libérale en reconnaissant 5225 femmes sur un total de 32304 ministères reconnus (16,17 %), et en ayant 387 femmes pasteurs au sein de nos 12055 églises (3,21 %) ?

Mon but n’est pas de dénoncer les Baptistes du Sud. J’ai un grand respect et une grande admiration pour ce qu’ils ont accompli pour l’avancement de la cause de Jésus-Christ. La raison pour laquelle je fais référence à eux est reliée au questionnement sur ce sujet particulier du ministère féminin au sein de nos Assemblées de Dieu.

Les Baptistes du Sud, ainsi que quelques croyants à l’intérieur et en dehors de notre Mouvement, pensent que permettre aux femmes d’accéder sans restriction à tous les ministères exercés par les hommes, enfreint l’Ecriture. En tant que pentecôtistes, nous devons apporter une réponse à cela... et nous le faisons.

LE TEXTE BIBLIQUE ET NOTRE EXPERIENCE PRATIQUE

En tant que pentecôtistes, nous appréhendons intuitivement le texte biblique d’une manière différente de la plupart de nos frères et soeurs évangéliques. Nous tenons compte aussi de l’élément « expérience » comme un angle de vue duquel nous examinons les Ecritures.

Nous sommes critiqués pour cela. Mais nos compatriotes évangéliques font pratiquement la même chose, mis à part le fait qu’ils interprètent les textes à partir de leur non-expérience... qui est une expérience en soi.

Je le dis sans arrière pensée : je suis diplômé d’une des meilleures écoles bibliques évangéliques et suis reconnaissant de la formation reçue. En réalité, beaucoup de collègues de ma promotion étaient plus en accord avec notre position au sujet du ministère féminin qu’avec les Baptistes du Sud.

Dans le milieu chrétien, c’est un fait que ce thème redevient à polémique dès que quelqu’un le place à nouveau sur le tapis.

Je ne peux pas compter le nombre de fois où, en tant qu’étudiant pentecôtiste au sein d’une école biblique évangélique, j’ai été accusé d’appréhender mon point de vue du baptême et de la plénitude dans le Saint-Esprit sous l’influence de mon expérience vécue.

J’ai appris à répondre : « Mais vous faites la même chose. Vous fondez vos points de vue sur votre propre expérience. Et votre expérience est que vous n’avez jamais eu l’expérience ».

Cependant, je ne suis pas assez insensé pour affirmer qu’une approche herméneutique uniquement fondée sur l’expérience est suffisante y compris pour la question du ministère féminin. Pour autant, je suggère que l’expérience est un prisme nécessaire à travers duquel nous comprenons et nous nous approprions la Parole de Dieu. Qu’est-ce-que je veux dire par là ? Permettez-moi de donner deux exemples.

PIERRE ET CORNEILLE

Actes 10 nous présente une approche herméneutique pour résoudre des questions difficiles. De la maison de Corneille, des hommes se mettent en route pour rencontrer Pierre à Joppé et l’inviter à se rendre à Césarée. Pierre n’a pas conscience de leur arrivée imminente.

A midi, sur le toit de la maison de Simon le tanneur, alors qu’il attend l’heure du repas, il tombe en extase. Il a la vision d’un drap descendant du ciel avec toutes sortes d’animaux impurs. L’ordre lui est donné de les tuer et de les manger.

En terme imagé d’aujourd’hui, Pierre réplique : « Non, Seigneur, je ne peux pas faire ça. Je n’ai jamais mangé un cheese-burger de toute ma vie. » (« Cheese-burger » n’est pas dans le texte... Un cheese-burger n’est pas casher. Si la vision s’était déroulée en 2001, les cheese-burgers auraient été dans le drap. A ce jour, normalement, un juif orthodoxe ne mangerait pas de cheese-burger parce que selon l’interprétation de la loi du Lévitique, il est interdit de manger des produits laitiers avec de la viande en même temps).

Notez bien ce que Pierre dit : « Certainement pas, Seigneur !...Je n’ai jamais rien mangé d’impur ou d’impropre (c’est-à-dire, non-casher) » (Actes 10:14).

C’est un aveu stupéfiant. Est-ce que Pierre était absent le jour où Jésus a enseigné à propos de la nourriture pure et impure ? Plusieurs années avant l’expérience de Pierre sur ce toit, Jésus avait déclaré : « Ainsi, vous aussi, vous ne comprenez pas ? Ne saisissez-vous pas ce que je veux dire ? De tout ce qui vient du dehors et pénètre dans l’homme, rien ne peut le rendre impur. Tout cela, en effet, ne va pas dans son cœur mais dans son ventre, et est évacué par les voies naturelles. »

Ensuite vient cette remarque de Marc : « Il déclarait par là-même que tous les aliments sont purs. » (Marc 7:18,19).

Discernez-vous le problème ? Pendant des années, Pierre avait l’enseignement clair et précis de Jésus au sujet de la nourriture casher ou non-casher. Mais il lui a fallu une expérience directe avec cette vision pour intégrer l’enseignement dans sa propre vie.

Sans cette expérience vécue chez Simon le tanneur, Pierre aurait probablement continué le reste de sa vie sans jamais manger d’aliment non-casher, alors que le Seigneur en avait clairement donné la permission.

Considérez ensuite l’explication de Pierre à l’Eglise de Jérusalem à propos du salut et la venue du Saint Esprit dans la maison de Corneille. Pierre allait faire face à une interprétation traditionnelle des textes de l’Ancien Testament comme il l’avait aussi expliquée à Corneille :« Vous savez que la loi interdit à un Juif de fréquenter un étranger ou d’entrer chez lui » (Actes 10:28).

Mais alors pourquoi a-t-il fait cela ? ... « Mais Dieu m’a montré que... »

Ainsi, après que le Saint-Esprit soit descendu sur Corneille, Pierre a dû donner quelques explications à l’Eglise de Jérusalem. Il se défend avec deux arguments : (1) l’expérience elle-même (Actes 11:4-15), et (2) un texte biblique, « Aussitôt, je me suis souvenu de cette parole du Seigneur : Jean a baptisé dans de l’eau, mais vous, vous serez baptisés dans le Saint-Esprit »(verset 16).

Il fonde sa plaidoirie sur une coordination entre l’expérience et les Ecritures, et l’Eglise a ensuite été amené à déterminer sa propre conclusion (versets 17,18).

Si le Seigneur avait laissé l’Eglise primitive s’engager dans un débat théologique avec les textes de l’Ancien Testament sur la possibilité ou non donnée à un Juif pratiquant d’entrer dans la maison d’un étranger, ou sur l’intégration des païens dans la famille de Dieu sans la nécessité de la circoncision et (ou) sans l’observation du rituel de la loi, la question aurait été débattue jusqu’à ce que « les poules aient des dents ».

Le Saint-Esprit choisit de prendre l’initiative, tranche sur la question, puis laisse l’Eglise reconnaitre son action, tout en se référant aussi à la Parole écrite.

Cela nous montre une façon d’appréhender les divers sujets tel que celui des femmes dans le ministère. En plus de considérer les textes bibliques, serait-il possible que nous examinions aussi ce que, par l’expérience, le Saint-Esprit fait au sein de son peuple ?

Que cela soit clair : Afin d’établir une vérité, je ne suis pas en train de suggérer de laisser de côté le terrain objectif des Ecritures pour ne s’appuyer très dangereusement que sur l’expérience subjective.

Nous ne devons jamais oublier la mise en garde de Thomas F.Zimmerman, ancien General Superintendant (président) : « Une rivière est faite pour couler entre des berges. Pour les pentecôtistes, l’expérience est comme la rivière... mais cette rivière doit demeurer dans les berges des Saintes Ecritures. »

Cependant, voici une perspective majeure qui a souvent été délaissée quand les croyants de la Bible s’opposent sur un problème doctrinal : Qu’est-ce que la Bible elle-même nous enseigne sur la méthode de l’Eglise primitive pour résoudre des différents doctrinaux ? C’est cette méthode que je cherche à mettre en pratique et qui forme mon approche herméneutique au texte.

LE CONCILE DE JERUSALEM

Voilà donc un premier exemple clair tiré directement du texte biblique. Si l’Eglise de Jérusalem avait eu à débattre uniquement à partir de l’Ancien Testament sur la question d’accorder ou pas à Pierre la permission de se rendre chez Corneille, et de déterminer si ces étrangers non-juifs pourraient ou non être acceptés dans la communauté des croyants et être baptisés sans avoir été circoncis, je ne pense pas pouvoir trouver beaucoup de personnes qui refuseraient d’admettre que l’Eglise de Jérusalem aurait interdit une telle visite.

Malgré tout, le Saint-Esprit a agit unilatéralement, prenant l’initiative en restant conforme à la promesse du Seigneur déclarant que lorsque le Saint-Esprit viendrait, Il conduirait dans toute la vérité (Jean 16:13).

Est-ce-que l’exemple de Pierre et Corneille est une aberration unique ou est-ce-que ce même principe s’est encore reproduit ? Pour cette deuxième partie de la question, la réponse est un oui franc et retentissant.

Considérez le Concile de Jérusalem dans Actes 15. Ils ne débattaient plus comme dans le cas de Corneille pour l’intégration d’une seule famille non-juive dans l’Eglise. L’Eglise primitive devaient maintenant débattre sur l’intégration en masse de groupes conséquents de païens en lien avec le premier voyage missionnaire de Paul et Barnabas.

Une bonne fraction de l’Eglise de Jérusalem en était perturbée et secouée. Quelle en était la cause? Parce qu’ils pensaient que cela serait en violation avec les textes de l’Ancien Testament. Par contre, la fraction de l’Eglise favorable à l’intégration des païens ne partageaient pas les mêmes émotions.

Comment résoudre un problème lorsque deux groupes ont toutes deux une très haute estime des Ecritures ? Est-ce-que les Assemblées de Dieu sont moins exigeantes sur le respect des Saintes Ecritures que les Baptistes du Sud ? Non.

Notre déclaration des vérités fondamentales commence avec : « La Bible est la règle pleinement suffisante de la foi et de sa pratique dans la vie ». Le premier article concerne l’inspiration des Ecritures : « Les Ecritures, composées de l’Ancien et le Nouveau Testament, sont verbalement, divinement inspirées et sont la révélation de Dieu aux hommes, la règle d’autorité infaillible de foi et de conduite (2 Tim. 3:15-17 ; 1 Thes. 2:13 ; 2 Pi. 1:21) ».

Le Concile de Jérusalem est une référence pour la résolution des discordes doctrinales parmi les croyants. Tout d’abord, nous y trouvons une grande discussion ouverte liée au problème. Les judaïsants voulaient imposer leur thèse : « les païens doivent être circoncis et observer la loi de Moise » (Actes 15:5).

Dans la « grande discussion » qui suivit (verset 7), ces croyants partisans des Pharisiens ont dû probablement citer des passages entiers de l’Ancien Testament pour étayer leur position.

Lors d’une session d’un cours de niveau universitaire du livre des Actes des Apôtres que j’enseignais, j’ai demandé aux étudiants de mimer le Concile de Jérusalem par un jeu de rôle.

Quelques étudiants furent désignés pour jouer le rôle des Judaïsants, d’autres pour jouer celui du parti des pro-païens. Un étudiant endossa le rôle du modérateur Jacques. Deux autres étudiants jouèrent les rôles de Barnabas et Paul. Une très vive discussion s’en suivit.

Au cours de la reconstitution, je remarquais une chose que j’aurais dû savoir déjà, mais à laquelle je n’avais pas particulièrement prêté attention. Le poids du texte biblique se trouvait du côté des Judaïsants. Les étudiants, jouant ce rôle, citaient d’innombrables passages des Ecritures mettant en avant leurs points de vue : « être sauvé exige aussi d’être circoncis » ou « pas de circoncision alors pas de salut ».

Si vous deviez empiler tous les textes défendant la circoncision d’un côté de la balance, et les textes soutenant l’intégration des païens sans la nécessité de la circoncision de l’autre, le poids basculera clairement en faveur des Judaïsants.

Pourtant, les Ecritures ne pouvant se contredire, la tâche de l’Eglise de Jérusalem, fut de résoudre le problème de l’harmonie de textes bibliques qui semblent contraires les uns par rapport aux autres. En fait, de nos jours, la tâche est la même face à d’autres sujets à débat.

La « vive discussion» d’Actes 15:7 était liée en premier lieu à une question à résoudre : « Qu’en disent les Ecritures ? ». Les Judaïsants répondaient d’une manière, Paul et Barnabas d’une autre.

Comment déterminer la vérité quand des croyants s’envoient des versets bibliques les uns contre les autres ? C’est là que le Concile de Jérusalem nous laisse une leçon essentielle... et c’est la même leçon déjà abordée plus haut à propos de la visite de Pierre chez Corneille.

Nous devons tirer partie de l’expérience de ces serviteurs de Dieu reconnus pour se laisser guider par le Saint Esprit.

Après le débat sur les textes, Pierre se leva et rappela le témoignage de son vécu quelques années en arrière chez Corneille à Césarée. Le fil conducteur de sa réflexion était : « Et Dieu, qui connaît les coeurs, leur a rendu témoignage, en leur donnant le Saint-Esprit comme à nous »(verset 8). Pierre n’a pas cité de passages bibliques; il a simplement réaffirmé son expérience.

Puis Paul et Barnabas vinrent au micro. Ils partagèrent également leur expérience. « Toute l’assemblée garda le silence, et l’on écouta Barnabas et Paul, qui racontèrent tous les miracles et les prodiges que Dieu avait faits par eux au milieu des païens.»(verset12)

Les Judaïsants n’avaient aucun témoignage à partager. Leurs arguments s’appuyaient seulement sur des textes de références, repoussant totalement ce que l’Esprit avait déjà démontré dans la pratique.

Jacques qui présidait le Concile, tira une conclusion soutenue par ceux qui étaient présents. Il soutint ces témoignages donnés sur l’intégration des païens et les justifia en se référant aux textes clef d’Amos 9:11-12 et Esaïe 45:22, et en mettant l’accent sur l’accueil fait à toutes les nations, en conformité au plan éternel de Dieu (Actes 15:16-18).

L’objet essentiel de leur débat étant maintenant clarifié, ils convinrent de transmettre aux païens désireux de se convertir (Actes 15:19-21), quatre recommandations essentiellement liées à la pureté morale (abstention de l’immoralité sexuelle) et aux relations autour de la table entre Juifs et non-Juifs (nourritures offertes aux idoles, animaux étouffés et sang).

APPLIQUER LA FAÇON DE FAIRE DE L’EGLISE PRIMITIVE –

METHODOLOGIE POUR LE DEBAT AU SUJET DES FEMMES DANS LE MINISTERE

Pourquoi est-ce-que le processus de résolution pour l’intégration des païens est applicable pour le débat sur la question des femmes dans le ministère ? Parce que c’est le Nouveau Testament lui-même qui nous sensibilise à la manière par laquelle l’Eglise primitive résolvait des sujets de débats difficiles lorsque les textes bibliques paraissaient se contredire. La compréhension du texte prenait du sens avec leurs expériences vécues, conduites par l’Esprit.

Permettez-moi de raconter quelques exemples de mes propres racines pentecôtistes.

J’ai passé quelques-unes de mes jeunes années dans le nord-ouest de la Chine. Les femmes s’asseyaient d’un côté de l’église et les hommes de l’autre. A cette époque, le niveau d’éducation des femmes était considérablement plus bas que celui des hommes. Les femmes mariées interpellaient leurs maris assis de l’autre côté de l’église pour leur poser des questions sur ce qui était dit ou fait pendant la réunion.

Cette expérience m’a aidé à remettre dans son contexte la réprimande de Paul sur le fait que les femmes doivent rester silencieuses dans les églises, et qu’elles doivent poser leurs questions à leurs maris à la maison (1 Co. 14:34-35 ; 1 Tim. 2:11-12). Indéniablement, il ne leur avait pas interdit de s’exprimer dans le contexte de la prière ou de la prophétie (1 Co. 11:4-5).

Mon expérience m’a aidé pour ma compréhension du texte. De même, cela n’a pas été différent à propos du problème des femmes dans le ministère.

Ma mère a été ordonnée par les Assemblées de Dieu (USA) en 1924, comme l’ont été de nombreuses femmes dans ces années-là. J’ai grandi écoutant ma mère et d’autres femmes prêcher l’évangile. Sur quoi se basaient-elles pour agir ainsi ?

Le Saint Esprit les avaient appelées à la lumière de la promesse prophétique de Joël 2 :28-30, accomplie dans Actes 2:17-18 : dans les derniers jours Dieu déversera son Esprit sur toute chair, incluant aussi bien filles que fils dans la prophétie, et femmes que hommes dans le service/ministère.

Le jour de la Pentecôte, dans son sermon, Pierre a déclaré que Dieu a libéré l’accomplissement de cette promesse. Il n’est donc pas surprenant que l’Eglise pentecôtiste ait toujours été favorable aux femmes dans le ministère, car agir ainsi est parfaitement pentecôtiste.

C’est ce que le Saint Esprit a promis de faire pour les temps précédant la venue du Seigneur. Dieu est un maître-employeur offrant des opportunités égales; et nous devrions en faire autant.

Quand des passages bibliques ont été lancés contre nous, tels que 1 Co.14:34-35 et 1 Tim. 2:11-15, notre expérience nous faisait comprendre que ces textes devaient être interprétés à la lumière de Joël 2, Actes 2 et Galates 3:28, « Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme, car tous vous êtes un en Jésus-Christ ».

Nous retrouvons ici le même schéma que celui lié au problème de l’intégration des païens. Si la question avait été débattue avant que Pierre soit allé chez Corneille ou avant le travail missionnaire de Paul auprès des nations païennes, l’Eglise de Jérusalem aurait voté contre ces deux actions d’intégration des païens sans que ceux-ci se soient soumis d’abord à l’observation de la loi et culture juive.

Mais le débat a eu lieu après les actions de Pierre et Paul, et leurs expériences ont aidé l’Eglise primitive à acquérir une compréhension appropriée du texte.

A l’éclosion du mouvement pentecôtiste en 1901, le Saint-Esprit commença à se répandre abondamment sur les hommes et les femmes. Six des douze anciens de la Mission de la rue Azusa étaient des femmes. Ils étaient chargé de valider les diplômes, et d’imposer les mains à ceux, choisis et envoyés comme évangélistes ou missionnaires.

Lors d’une réunion organisationnelle des Assemblées de Dieu (USA) en 1914, les femmes obtinrent le droit d’être ordonnées comme évangéliste ou missionnaire, mais pas comme ancien.

Dans un premier temps, les femmes ordonnées n’avaient pas le droit de voter au Conseil Général ADD-USA parce que l’exercice de cette fonction étaient réservé aux anciens. Cependant, les femmes ont eu le droit de voter à ce Conseil Général ADD-USA à partir de 1920, l’année même où le 19e amendement avait été adopté, accordant aux femmes le droit de vote aux Etats-Unis.

L’impossibilité d’accéder au statut d’ancien signifiait que les femmes ordonnées ne pouvaient pas servir en tant que pasteur, présider un mariage, administrer les ordonnances telles que baptême et sainte cène. Mais malgré cela, les Assemblées de Dieu ont toujours eu en son sein des femmes ordonnées qui ont exercé toutes ces activités.

Puis, en 1922, le Général Superintendant (président) E.N.Bell écrivit, au nom du Bureau Exécutif, aux femmes ordonnées : « Il a néanmoins été toujours évident parmi nous, qu’elles pouvaient accomplir ces choses quand les circonstances le rendaient nécessaire... le Bureau Exécutif...a donné autorisation au Comité de Reconnaissance des Ministères d’accorder aux femmes ordonnées et prêchant déjà la Parole de nouvelles qualifications de service au même titre que celles accordées aux hommes ordonnés. Ces nouvelles qualifications doivent stipuler que ces femmes sont autorisées à exercer ces fonctions quand cela est nécessaire ».

Cette décision était si sensible et avait un tel potentiel de division que le frère Bell ajouta à la fin de sa lettre aux femmes ordonnées : « NOTE IMPORTANTE : ce document vous est personnel et ne doit pas être divulgué ».

En 1935, le Conseil Général lui-même reconnu que les femmes ordonnées pouvaient être pasteur et administrer les ordonnances de l’Eglise. Si l’Eglise primitive a dû prendre quelques années pour régler la question de l’intégration des païens, ce n’est pas surprenant qu’il nous ait fallu, au début de notre mouvement, quelques années pour clarifier le sujet de l’intégration des femmes dans le ministère.

SALUT ET STATUT DANS GALATES 3:28

J’ai fait, plus tôt, référence à Galates 3:28 comme un guide pour nous aider à comprendre le texte et les expériences qui y sont liées. Galates 3 :28 traite avec trois antagonismes culturels majeurs: 1. Juifs et païens ; 2. esclaves et libres ; 3. hommes et femmes.

Concernant le salut, toutes distinctions entre ces différentes fractions ont été clairement abolies dès le début de l’Eglise. Le salut est disponible sur un même pied d’égalité aux deux : Juifs et Grecs, esclaves et libres, hommes et femmes.

Concernant le statut humain, le Saint Esprit travailla à l’intérieur de l’Eglise au développement de la bonne perspective de façon à en faire un modèle à suivre pour le monde extérieur des incroyants.

Par exemple, le premier sujet que l’Esprit aborde de Galates 3:28 était le problème des Juifs/païens. Les païens devaient être inclus sans qu’ils aient à devenir d’abord Juifs. Cependant, pour s’accommoder aux sensibilités culturelles des croyants juifs, les païens ont reçu la consigne de ne pas manger du sang ou des animaux étouffés.

Avec le temps, la manière dont un animal était tué ou la manière dont une personne mangeait son steak cru ou pas a cessé d’être un sujet de division. Cette question de la viande a été seulement un problème temporaire, et la concession prise à cause de la sensibilité culturelle n’était pas permanente.

Le second sujet concernait les esclaves et les hommes libres. Au sein de l’Eglise, il ne devrait y avoir aucune distinction entre les maîtres et les serviteurs, chacun étant égal au pied de la Croix.

Cependant, pour s’ajuster à la culture et pour éviter un soulèvement social massif et la persécution des croyants tant esclaves que libres, la pleine libération des esclaves n’avait pas été promue. Les esclaves devaient obéir à leur maîtres (Eph. 6:5-8 ; Col. 3:22-25 ; Tite 2:9-10 ; 1 Pierre 2 :18-20), et encore plus si leurs propriétaires étaient croyants (1 Tim.6:1-2).

Assurément, aujourd’hui, personne ne s’appuierait sur ces textes comme arguments pour promouvoir l’esclavage. Nous reconnaissons ces textes comme étant un pallier jusqu’à ce que la pleine force de Galates 3:28 puisse être appliquée.

L’Evangile est comparable aux racines d’un arbre poussant sous une chape de béton. Tôt ou tard, sa puissance libératrice en faveur des païens, des esclaves et des femmes, perce le dur béton des moeurs et normes culturelles qui discriminent et oppressent.

Le 3e sujet de Galates 3:28 parle de « ni....homme ou femme, car vous êtes tous un en Christ Jésus ». Nos amis évangéliques qui sont opposés à l’ordination des femmes ou au fait que les femmes peuvent être pasteurs, sont d’accord avec nous que Galates 3:28 déclare clairement le salut disponible sans distinction à chacun de ces trois groupes que Paul cite.

Ils sont d’accord avec nous sur la question des païens et des esclaves. Par exemple, personne ne contesterait notre façon de comprendre Galates 3:28 au sujet des esclaves en lien avec tous les autres textes cités plus haut. Nous interprétons ces autres passages cités de Ephésiens 6, Colossiens 3, Tite 2, et 1 Pierre 2 à la lumière de Galates 3:28. Ni païens ni Juifs, ni esclaves ni libres : c’est la loi permanente et durable de l’Evangile pour le salut comme aussi pour le statut humain.

Pourquoi les femmes sont-elles laissées de côté ? Concernant la question sur les femmes, argumenter que Galates 3:28 devrait être interprété inversement à la lumière de 1 Tim. 2:11-15 n’est pas différent que de dire que Galates 3:28 devrait être interprété inversement à la lumière des autres passages traitant des esclaves.

Par ailleurs, pourquoi nos amis Baptistes du Sud et autres évangéliques en accord avec eux, n’insistent-ils pas de la même manière sur le port du voile (1 Co. 11:3-6) ainsi que sur le « silence » exigé aux femmes ? Pourquoi cette sélection dans le texte biblique ?

Leur propre herméneutique, en délaissant la question du port du voile, n’équivaut-elle pas à une capitulation face la « culture libérale » et « manipuler » la Parole de Dieu ?

EN RESUMÉ

Pour la moisson de la fin des temps, les pentecôtistes croient que Dieu accepte tous les ouvriers et les qualifient pour n’importe quel rôle cohérent à leurs appels et leurs dons.

Ma conviction est que la manière qui nous a amené historiquement à ce point de vue, vient du fait que dans les temps d’autrefois, dès le début, nous avons été témoins que le Seigneur lui-même a appelé les femmes dans le ministère. Comme les croyants de Bérée (Actes 17:11), nous sommes alors allés immédiatement au texte pour voir si cette expérience pourrait être corroborée.

Nos pères ont trouvé le texte eschatologique de Joël 2, repris dans Actes 2 ; et le texte du salut/statut de Galates 3:28. Ils ont compris que Dieu amenait la Pentecôte une fois de plus à l’Eglise pour rassembler la moisson de la fin des temps.

Dans cette ère de l’Esprit, la moisson était si grande que autant femmes que hommes étaient nécessaires. Pour leur intégration des femmes dans le ministère, le même processus tracé par l’Eglise primitive et décrit dans les Actes, a été exactement appliqué.

Ils ont utilisé leur expérience pour soutenir le texte et ils ont utilisé le texte pour soutenir leur expérience. Ils ont trouvé une totale cohérence entre les paroles écrites inspirées par l’Esprit, et les actions pratiques accomplies sous la direction de l’Esprit.

Maintenant, avec presque 100 ans d’expérience, nous pouvons affirmer sans hésitation que l’appel de Dieu, sa qualification, et son emploi efficace des femmes dans le ministère... « a paru bon au St Esprit et à nous » (Actes 15:28).

Note : Cet article, du titre original « Exploring why we think the way we do about women in ministry », est tiré du magazine trimestriel Enrichment des ADD-USA, Printemps 2001, spécialement consacré au thème du ministère féminin (« Women: Embracing the Ministry Call »). Depuis, un deuxième numéro, celui du Printemps 2015, a également été dédié à cela (« Your Daughters Will Prophesy: Assemblies of God Women in Ministry »). Voir le site http://enrichmentjournal.ag.org , dans les sections « Archives, 2001 Spring » et « Current Issue, Spring 2015 ».

-------------------------------------------------

cup-1004269 640Abonnez-vous gratuitement à notre réflexion de la semaine—Taches de Café. Vous allez rigoler, réfléchir et grandir dans votre personnalité. En plus, nous vous mettrons au courant dans ce newsletter quand il y a des nouveaux articles sur le site de Victoire Magazine.fr. Simplement envoyez un email à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et dites “abonner”.

Si vous aimierez connaitre Jesus comme Seigneur et Sauveur, écrivez-nous Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et nous serons contents de 

partager cette bonne nouvelle avec vous.

 

Dernière modification lemardi, 03 mai 2016 15:00

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut