Menu
RSS

Code Da Vinci: réalité ou invention d'Hollywood?

364107836 0b3e364fc7 z

DAN BROWN OFFRE UN 
CADEAU À L’EGLISE

Le film (et le livre) « le 
Code DaVinci » offrait aux chrétiens ont une grande opportunité de 
 partager leur foi—et d’aiguiser leur propre croyance.

de Jim Garlow (co-auteur du livre « Décrypter le Code Da Vinci » de Victor Books)

Quand j’ai entendu parler du livre « le Code Da Vinci » il y 
a quelques années, je me suis imaginé 
que personne n’accréditerait les 
prétentions ridicules de Dan Brown—y 
compris l’affirmation selon laquelle 
Jésus se serait marié avec Marie de 
Magdala et qu’ils auraient eu un 
enfant. Après tout, pensais-je, c’est 
juste un roman ! Pure fiction.

J’avais tort.

Le livre s’est vendu à plus de 40 millions d’exemplaires et il en est sortie 
une superproduction d’Hollywood 
dans le courant du mois de mai. 


Et… beaucoup de gens croient 
l’histoire.

Alors, comment les Chrétiens 
doivent t-ils répondre, surtout que le 
film place le Code en tête de toutes 
les conversations culturelles ?

En choisissant d’agir d’une manière 
stratégique, les Chrétiens seront en 
bonne position pour répondre aux 
questions des chercheurs de vérité.

Ma préoccupation principale : les chrétiens sont-ils préparés à répondre à la question : qui est Jésus ? Sommes-
nous préparés à argumenter la fiabilité 
du Nouveau Testament ?

C’est une 
grande occasion d’aiguiser notre 
propre foi en approfondissant notre 
connaissance biblique et historique.

J’irai même plus loin en disant que Dan Brown ainsi que son roman—et maintenant le film—ont rendu un grand service à l’Eglise.

Une porte ouverte aux apologètes

Dans toute discussion d’apologètes, 
1 Pierre 3 :15 est souvent cité, dont 
voici le conseil : «étant toujours prêts 
à vous défendre, avec douceur et 
respect, devant quiconque vous 
demande raison de l'espérance 
qui est en vous. » Ce verset est 
normalement cité en relation avec 
ceux qui reçoivent notre « réponse »-
-les incroyants. J’aimerais pourtant 
me concentrer sur la première partie, 
qui mentionne le fait d’être préparé.

En 2004, avec Peter Jones, nous avons écrit le livre « Décrypter le Code Da Vinci » (Victor Books). Après une 
interview en direct sur la chaîne de 
télévision CNN- pour parler du livre-
nous avons croisé un présentateur 
dans le couloir qui demanda : « Je ne veux pas être indélicat ou grossier, mais Jésus avait-il des rapports sexuels avec Marie de Magdala ? »

Aucun cours d’évangélisation ne m’a 
appris qu’une discussion à propos 
d’une soi-disante « vie sexuelle » de 
Jésus aurait pu être une introduction 
à une discussion avec un incroyant. 


J’aurais préféré quelque chose de 
plus facile comme : « Quelles sont les quatre lois spirituelles? » Mais ce 
n’est pas ce que le présentateur 
demanda—et normalement ce n’est 
pas ce que demanderont les gens qui 
cherchent la vérité quand il s’agit du 
Code.

Cette question—et d’autres identiques qui peuvent être posées—illustre ce que je veux dire quand je parle du cadeau de Dan Brown à l’Eglise: Nous avons une raison importante de nous préparer au dialogue

Apprendre à décrypter Da Vinci

Les questions clefs relatives au Code ne concernent pas l’histoire de l’art ni les détails de la vie de Leonardo Da Vinci (A savoir : Da Vinci n’avait pas de « code » ; les historiens de
l’art sont autant frustrés par les 
fausses déclarations de Dan Brown 
que les théologiens catholiques et 
évangéliques). Les sujets clefs sont historiques et théologiques.

Le Code Da Vinci prétend que Jésus n’a pas été reconnu comme étant divin avant le 4ème siècle, que sa divinité a été une « invention » du Concile de Nicée en 325--établie pour 
des raisons purement politiques—et 
fut adopté au cours d’ « un vote serré. »

En fait, le vote fut écrasant, 
probablement 218-2. Leur action n’était pas non plus une déclaration. » C’était l’affirmation d’une vérité pour laquelle les Chrétiens étaient disposés à mourir depuis 300 ans.

Et puis, le code prétend que Jésus a 
été marié à Marie de Magdala. Mais 
dans cette affirmation, il n’y a pas 
un iota de crédibilité, pas même le 
fait que Jésus ait été marié—ni dans 
le Nouveau Testament, ni dans les 
écrits des premiers pères de l’Eglise, ni 
même dans les écrits des gnostiques, 
qui fascinent tellement Dan Brown.


Pourtant, l’assertion du mariage va 
amener beaucoup de croyants à 
examiner des textes de Nag Hammadi. 
Il y aura probablement des milliers de 
Chrétiens qui vont étudier l’évangile 
de Philippe—ainsi que d’autres 
découverts par Nag Hammadi—pour 
la première fois.

On va probablement 
parler de l’évangile de Thomas, et 
aussi de la source « Q » qui n’a jamais 
été vue, ni découverte. Et quel en sera 
le résultat ? S’ils l’étudient avec soin, ils 
auront une révélation plus profonde 
de l’autorité et la fiabilité du Nouveau 
Testament.

Des chrétiens qui n’y ont jamais pensé 
vont apprendre comment ces livres ont été assemblés.

Le film dit que Constantin, par le concile de Nicée, a 
demandé et financé une « nouvelle » 
Bible au cours du 4ème siècle. Les 
croyants seront obligés d’examiner la 
revendication de Constantin qui aurait 
enlevé les évangiles originels pour les 
remplacer par Mathieu, Marc, Luc, 
et Jean--tout cela pour des raisons 
purement politiques.

Est-ce vrai? Bien sûr que non. Le fameux Concile de Nicée ne s’est jamais prononcé sur le contenu du Nouveau Testament.

L’intrigue ne s’arrête pas avec une 
analyse du texte. Dan Brown prétend 
que l’Eglise faisait une campagne de 
diffamation contre les femmes—surtout 
en diffamant Marie de Magdala. 
Vrai ? Non.

Mais pour arriver à cette 
conclusion, vous devez examiner la 
confusion créée par Grégoire le Grand 
quand il a associé Marie de Magdala 
de Luc 8 avec la femme pécheresse 
ou prostituée de Luc 7.

Dans ce processus, vous allez découvrir le rôle important que Marie de Magdala tenait dans la Bible—comme premier témoin de la Résurrection.

Les lecteurs et ceux qui verront le film seront choqués lorsque Dan Brown prétend que l’Eglise a tué 5 millions de femmes durant le Moyen Age—parce qu’elles étaient « jugées » comme
étant des sorcières. Une étude suivie 
révèlera qu’il ne s’agissait pas de 
5 millions, mais plutôt de 50,000 « sorcières ».

On découvrira que c’était 
moins l’Eglise que le gouvernement—et 
que plus ou moins 20% de ceux qui ont été tués n’était pas des femmes mais des hommes.

Et on va apprendre que 
l’Eglise a condamné ces tueries. Mais 
quelle est la valeur de ce processus ? 
Ce ne sont pas les faits mêmes, mais 
le désir que génèrera le processus 
de mieux s’informer sur l’histoire de 
l’Eglise—avec sa gloire, et oui… avec 
ses péchés et manquements.

Au final, il est probable que Dan Brown 
n’aura pas révélé que nous manquons 
de foi, mais que nous sommes faibles 
dans notre connaissance de l’histoire 
de l’Eglise.

Nous ne connaissons pas 
« notre histoire ». Brown motive l’église 
à la recherche de son histoire. Et si 
elle l’apprend, elle peut se défendre 
non seulement contre « Le Code Da 
Vinci », mais contre d’autres attaques.

Merci Dan Brown pour ce que vous 
avez fait. Vous nous avez aidés à nous 
pencher sur nous-même—sur notre 
église!

(Utilisé avec la permission de Jim Garlow et Christianity Today)

 

cup-1004269 640Abonnez-vous gratuitement à notre "stimulateur de croissance" de la semaine—Taches de Café. Vous allez rigoler, réfléchir et grandir dans votre personnalité. En plus, nous vous mettrons au courant quand il y a des nouveaux articles sur le site de Victoire Magazine.fr. Simplement envoyez un email à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et dites “abonner”.

Si vous aimierez connaitre Jesus comme Seigneur et Sauveur, écrivez-nous Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

et nous serons contents de partager cette bonne nouvelle

avec vous.

Photo: Flickr, Creative Commons, Bruce Berrien, The Code

Dernière modification levendredi, 13 mai 2016 06:09

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut