Menu
RSS

Quelques astuces pour éviter les profondeurs du pessimisme

4059488084 b87ee09bc9 zUne amie nous a raconté un événement qui s’est produit lorsque son petit-fils  avait environ quatre ans.

La grand-mère passait chaque matin pour emmener le petit garçon à la maternelle parce que sa mère travaillait.  Le petit n’était ni matinal ni bavard  et les conversations sur le chemin de l’école étaient souvent limitées.

Un  matin, il est monté dans la voiture avec une expression sur le visage qui

montrait qu’il était « extra grincheux ».    

« Comment ça va ? » demanda sa grand-mère.

« Terrible » fut sa seule réponse.

C’est presque tout ce qu’il a dit de tout le trajet.

Le matin suivant, sa grand-mère espérait que ça irait mieux, bien que rien qu’en le regardant s’approcher de la voiture on ne voyait aucune  amélioration. « Comment ça va aujourd’hui ? » demanda-telle gentiment.

« Pire ! » répondit le petit pessimiste.

Nous rions des réactions des enfants parce que nous nous voyons, nous les adultes, en caricature.

Le soleil brille, les oiseaux chantent, la maladie ne menace pas notre vie, nous avons de quoi vivre et nous sommes mécontents !

Pourquoi ?  Parce  que  nous  regardons  les  choses comme les gens de ce monde les regardent.

Frustré

L’auteur Joseph Lincoln raconte une histoire dans un de ses romans. Une petite fille était assise sur un banc un soir, avec un ami plus âgé. Ils regardaient une belle lune ensemble quand, au loin, ils entendirent l’aboiement triste d’un chien.

 « Pourquoi aboie-t-il ? » demanda la petite.

« Parcequ’il veut la lune et qu’il ne peut pas l’avoir » répondit son ami.

Les  gens  de  ce  monde  sont  souvent  mécontents parce qu’ils veulent quelque chose qui est hors de leur portée—la lune si vous voulez. Ils « aboient » toute la journée.

Vous n’insinuez pas que des chrétiens puissent vivre comme ça ? J’espère que non, mais au cas où, voici quelques « astuces » pour éviter les profondeurs du pessimisme.

Astuces pour éviter le pessimisme

« Heureux ceux qui savent t’acclamer, Seigneur ! Ils 
vivent en ta présence accueillante. Ils se félicitent que 
tu sois leur Dieu…(Ps. 89 :16, Français Courant). Il y a 
une version qui dit : « Bénis soient ceux qui ont appris 
l’acclamation… » (Version Nouvelle Internationale)

« Apprendre  l’acclamation » ???  Je  crois  que  oui. L’acclamation  et  la  louange  sont     totalement opposées  à  la  nature  humaine.  Nous  devons combattre  intérieurement  pour  chasser  les  soucis, les doutes, la crainte, la peur, la jalousie, l’orgueil, la sensibilité, la dépression, etc.

 Remplir  notre  pensée  de  louange  est  un  acte conscient. Nous choisissons de le faire, puis nous le ferons par la puissance qu’il nous donne.

Attention ! Il n’est pas facile de détacher nos pensées de la défaite et de la frustration de ce que nous n’avons pas, pour ensuite glorifier Dieu pour ce qu’il nous a donné.

Mais le résultat est une vie de force, de joie, et de paix. C’est beaucoup mieux que d’aboyer à la lune ! 

Flickr, Creative Commons, Larry and Moe Mug For The Camera Malcolm

 
Dernière modification lemercredi, 17 juin 2015 08:51

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut