Menu
RSS

Comment Pardonner les assassins de votre famille ?

Graham Staines and family

Interview Gladys STAINS    

Juste après minuit, le 23 janvier 1999 le missionnaire australien Graham STAINS, 58 ans, et ses deux fils, Philip, dix ans, et Timothy, six ans, dormaient dans le break familial.

Ils assistaient au « Camp Biblique du Jungle » près du village de Monoharpur dans l’état d’Orissa en Inde.

Soudain, les cris d’un gang violent les ont réveillés. Les hommes en colère ont entouré leur voiture et ils ont brûlé vif Graham et ses deux fils dans la voiture. Plus tard on a trouvé leur corps sans vie serrés dans les bras les uns des autres.

M. Stains avait travaillé presque 35 ans en Inde en aidant les pauvres, les illettrés et surtout les lépreux. Certains groupes d’Hindous radicaux l’ont accusé d’avoir obligé des gens à devenir Chrétien. L’activiste Hindous Dara Singh a été accusé pour les meurtres.

Sa femme Gladys et sa fille Esther, 13 ans au moment des attaques, ont survécues. Selon Wikipedia: "She continued to live in India caring for leprosy patients until she returned to Australia in 2004. In 2005 she was awarded the fourth highest civilian honor in India, Padma Shree, in recognition for her work with leprosy patients in Odisha."

Gladys Stains a été à Chateau-Thierry et nous avons eu l’occasion de l’interviewer.

Interview faite pour Victoire par Alain Blin-nouveau


Victoire : Comment faire son deuil, est-ce possible ?

Gladys : Cela peut prendre du temps, il faut faire face au choc, à la haine. Je dois dire que la prière et le soutien de très nombreux frères et sœurs dans la durée ont été extrêmement importants. Dieu  a été et reste mon appui indéfectible.

... il m’arrive d’être triste, mon mari et mes enfants me manquent, de toute façon même sans que je sois en Inde, Graham, Timothy et Philip sont toujours avec moi, j’ai appris à vivre sans eux, mais ils sont à jamais dans mon cœur (il y a des dates, les anniversaires de mes fils, par exemple qui sont des moments difficiles). J’y fais face avec la consolation du Seigneur.

Victoire : Comment pardonner ?

Gladys : C’est une chose impossible sans la grâce de Dieu.

En fait, sans que je le sache, il m’y avait préparée, avant cette épreuve. Quelque temps auparavant en lisant le passage dans lequel Abraham offre ce qu’il a de plus cher, son fils Isaac, Dieu m’avait montré que ce qu’il y avait de plus cher pour moi sur cette terre en mon cœur pouvait m’être enlevé.
Lorsque ce drame est arrivé, même si intérieurement j’étais effondrée, j’ai tout de suite su que je ne voulais pas que l’amertume ronge mon cœur. Nous avions reçu un appel pour servir le Seigneur en Inde et notre désir à tous était qu’Il se glorifie au travers de nos vies.

Le fait que j’ai pu pardonner rapidement pourrait donner de moi une fausse impression de dureté, il n’en n’est rien, je me suis simplement abandonnée entre les mains de Dieu. La douleur était indicible, mais la fidélité de Dieu et son amour ont été encore plus grands.

Il fallait aussi que je soutienne Esther notre fille qui est restée en dépit des circonstances attachée au Seigneur. Dans une telle situation il faut également réaliser que la question « pourquoi ? » ne mène nulle part, c’est une voie sans issue.

Victoire : Et votre relation avec l’Inde, vos projets ?

Gladys : Aujourd’hui, même si les enfants et Graham sont enterrés en Inde, qu’un hôpital portant le nom de mon mari a été fondé, si je suis encore à ce jour secrétaire de la mission et si je continue d’aimer les gens de ce pays, je sens au fond de mon cœur que l’Inde n’est plus ma maison.

Je visite l’Inde, je n’y vis plus, une nouvelle page est en train de s’écrire, je ne sais pas encore où Dieu conduira mes pas, pour le moment je sillonne le monde pour partager mon expérience du pardon, je sais également que cela n’aura qu’un temps, car j’ai d’autres choses à vivre et à partager pour l’avenir.

Depuis 2004 je vis en Australie où j’ai pu soutenir ma fille Esther pendant ses années à l’Université.
Aujourd’hui elle a 25 ans, elle termine ses études de médecine et vient de se marier, ma présence à ses côtés ne doit plus être la même.

Ma profession d’infirmière exige une remise à niveau de mes compétences, alors rester en Australie et exercer mon métier, écrire un livre, ou me tourner vers un approfondissement de la Parole pour l’enseigner ….. J’attends une réponse de mon Seigneur.

Victoire : Comment vous est venu le désir de la mission ?

Gladys : Petite fille, j’écoutais maman me lire des livres racontant la vie des missionnaires, il lui arrivait souvent, saisie par le Saint-Esprit de pleurer en lisant, et cela m’a profondément marquée.
Une fois elle a lu un article sur une femme qui avait créé une maison pour les veuves et les pauvres en Inde, je me souviens l’avoir vue pleurer sur cette situation.

Ces histoires des missions faisaient également partie enfants, de nos lectures à l’école du dimanche.

A l’âge de 13 ans j’ai pris conscience que je devais donner mon cœur à Jésus. Au cours de la session missionnaire d’une convention chrétienne, 5 ans plus tard, j’ai répondu à un appel de Dieu, je me suis avancée et j’ai publiquement fait part de ma décision de Le servir en mission, décision qui bien entendu incluait le choix de mon futur conjoint.

-------------------------------------------------

cup-1004269 640Abonnez-vous gratuitement à notre réflexion de la semaine—Taches de Café. Vous allez rigoler, réfléchir et grandir comme dans votre personnalité. En plus, nous vous mettrons au courant dans ce newsletter quand il y a des nouveaux articles sur le site de Victoire Magazine.fr. Simplement envoyez un email à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et dites “abonner”.

Si vous aimierez connaitre Jesus comme Seigneur et Sauveur, écrivez-nous Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et nous serons contents de 

partager cette bonne nouvelle avec vous.

Photo: Unknown Original uploader was Kijacob at en.wikipedia - Transferred from en.wikipedia; transferred to Commons by User:Josve05a using CommonsHelper. (Original text : http://varunslife.blogspot.com/2008/08/past-revisited.html & http://im.rediff.com/news/2011/jan/21sld3.jpg and many other sources.)

Dernière modification lesamedi, 19 novembre 2016 15:39

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut