Menu
RSS

Pour le célibataire: Quatre conseils en attendant

portrait-2865605 640(Les quatre clefs sont à la fin de l’article)

Que faire lorsque la rencontre tant attendue tarde à venir, lorsque rien ne semble bouger dans ce domaine si précieux de notre vie que sont les sentiments et la construction de notre future famille ? Car c’est bien ce que nous avons dans le coeur : nous ne comptons pas rester célibataires longtemps !!! Et pourtant…

Les voies de Dieu ne sont pas les nôtres !

Si Dieu avait dit à Moïse qu’il resterait 40 ans dans le désert, y serait-il allé ? Si Dieu m’avait dit que passé le cap fatidique des 30 ans je ne serais toujours pas mariée, 12 ans après ma conversion, je n’aurais jamais voulu le croire !

Donc, que faire durant cette traversée du désert ??? Il y a tant de pièges à éviter, tant d’opportunités de se détourner des voies de Dieu. Car nous ne sommes pas meilleurs que le peuple hébreux dans le désert, il faut en avoir conscience…

Dieu a des projets pour notre vie

Tout d’abord, nous devons nous rappeler que Dieu a conçu d’avance des projets merveilleux pour chacune de nos vies, « un avenir et de l’espérance » nous dit Jérémie 29:11. Il a fait de chacun d’entre nous des êtres uniques, et ses projets sont uniques ! Projets de mariage, de famille, de service… Tout est lié, Dieu n’a rien oublié… Il nous promet même, en Ephésiens 3:20, de nous donner « au-delà de nos espérances » !

Vivre par la foi

Alors face à une telle promesse, nous devons vivre par la foi que Dieu accomplit sa promesse. Et si elle tarde, nous devons l’attendre nous dit Habakuk 2:3, « car elle s’accomplira, elle s’accomplira certainement (…), le juste vivra par sa foi ». Il faut reconnaître que cette attente est souvent difficile, surtout lorsque l’horloge biologique nous rappelle que les mois et les années sont comptés… La tentation est alors de prendre les choses en main, de décider d’agir par nous même au lieu de laisser le Seigneur le faire.

Laissons-nous alors convaincre par le Psaume 127:1 qui déclare que « Si l’Eternel ne bâtit la maison, ceux qui la bâtissent travaillent en vain ». Alors abandonnons nos destinées entre les bonnes mains de notre Dieu (Psaume 31:15).

Sa promesse et le meilleur

Car la promesse de Dieu pour nos vies, c’est Canaan : ce qu’il y a de meilleur… Et le piège est de s’arrêter à Charan, de se contenter d’une situation qui ne nous correspond pas : dire oui à un(e) chrétien(ne) alors que l’on sait que ça n’est pas ça, ou même s’engager avec un(e) inconverti(e) qui a tant de qualités merveilleuses, mais qui n’a pas la nature de Christ.

En savoir plus...

Le mari fait-il ce qu’il veut ?

  • Publié dans Couple

couple-1030744 640

Un bon leader écoute et prend en compte le conseil de ceux qui sont avec lui. Il les prend en considération. Mais au final, il doit trancher.

J'oserais dire que le père de famille, quand il le peut, fait selon ce que sa famille désire, surtout quand cela ne change pas grand-chose. Si la mère et les enfants votent pour des vacances à la montagne alors qu’il préfère la mer, qu'il fasse plaisir à sa famille et l'emmène à la montagne !

Ainsi, il montre l'amour (semblable à celui de Christ) qu'un homme est censé éprouver envers sa femme. Celui qui n’en fait qu’à sa tête n’agit pas comme un bon chef de famille, mais comme un égoïste.

Nous allons voir que le mari doit ressembler à Christ : il doit se sacrifier et contribuer au bien des autres. Être chef de la famille ne lui donne pas carte blanche pour écraser sa femme et agir systématiquement selon ses idées.

Cependant, c'est lui qui mène la barque. Je sais que de nos jours, c'est une idée politiquement incorrecte, mais la Bible dit que le mari est le chef du couple.

Que je sois clair : il ne doit pas abuser de son autorité (et s’il interprète ces versets dans ce sens, c’est qu’il y a un problème de taille dans sa vie).

Le pasteur Ron Adema a décrit le profil d'une femme abusée. Si le mari a de tels comportement envers sa femme, qu'il se repente et apprenne à tenir son rôle comme la Bible le décrit.

Voici quelques exemples d'abus, selon lui. Un mari qui terrorise sa femme par des crises de colère, au point qu'elle n’ose plus montrer son désaccord, frôle l'abus psychologique.

Si vous devez souvent changer de comportement pour éviter ses explosions, madame attention, vous êtes concernée.

Une femme peut se poser les questions suivantes : Est-ce qu'il m’a déjà obligée à avoir des rapports sexuels alors que je lui avais dit ne pas en vouloir ? Est-ce qu'il m’accuse en permanence de flirter ou d'avoir des aventures ? Est-ce qu’il m’empêche de partir ou de faire quoi que ce soit sans sa permission à cause de sa jalousie et de ses soupçons ? A-t-il détruit mes biens dans une crise de colère ou pour se venger ? Est-ce qu'il m’a blessée physiquement et est-ce que j'ai été obligée de le cacher ?***

Dans ce genre de cas, il faut chercher de l'aide, car ce n'est pas du tout ainsi que le chef d'une famille chrétienne doit se comporter.

Mais heureusement, dans la grande majorité des mariages, ce n'est pas le cas. Le modèle biblique commande à la femme de respecter son mari. « Mais comment le respecter sincèrement s'il ne me traite pas avec l'amour que Dieu lui commande, surtout s'il n'est pas chrétien ? »

Vous devez alors lui montrer du respect par vos actes et vos paroles, même s’il n’en est pas digne. Faites-le pour le Seigneur.

Voici le bon comportement. Dites au Seigneur : « Mon mari est difficile à vivre, mais je vais le respecter par mes actes parce que je t'aime et que tu me le commandes. Je reconnais que mes sentiments ne vont pas dans ce sens, mais je les laisse de côté car je sais que tes bénédictions reviennent à ceux qui t'obéissent, et je souhaite te plaire. »

Nous ne sommes pas responsables de l'obéissance ou non de notre partenaire à la Parole de Dieu. C'est déjà assez dur d'accomplir nous-mêmes ce que le Seigneur nous demande !

« Femmes, soyez de mêmes soumises à vos maris, afin que, si quelques-uns n'obéissent point à la parole, ils soient gagnés sans parole par la conduite de leurs femmes, en voyant leur manière de vivre chaste et réservée. » (1 Pierre 3 : 1, 2, Bible Segond)

En savoir plus...

C’est lui ! C’est elle ! Comment le savoir ?

angel-1294116 640Fréderic Gonzalez

Pour vous qui vous intéressez au plan de Dieu pour votre vie, je crois que la première chose à faire, pour éprouver votre attirance envers une autre personne est de parler de vos sentiments naissants et de vos difficultés à les gérer.

Parlez à Dieu ouvertement, avec un cœur sincère et désireux d’obtenir son aide. Dieu est capable de vous comprendre, car en tant qu’homme, Jésus a connu les mêmes sentiments que nous. La Bible dit qu’il a été tenté en tout point comme nous.

Dieu est également capable de nous répondre par divers moyens afin de nous faire comprendre sa volonté. Il peut ouvrir ou fermer des portes qui seront favorables ou pas au commencement de cette relation amoureuse. A nous ensuite de savoir écouter, même si ce n’est pas la réponse qu’on espérait.

Pour certains, la réponse peut sembler longue à venir. Prenez courage et gardez confiance. Cela participe à l’épreuve du temps. Rappelez-vous que Dieu n’arrive jamais en retard, « Il fait toute chose bonne, en son temps » dit Ecclésiaste 3 :11.

Il est bon de chercher conseil auprès d’un adulte de confiance ; une personne fondée dans la foi, et qui vous connait bien : vos parents, un responsable d’église, le pasteur ou un membre de l’église avec qui vous avez une affinité particulière. Une personne en qui vous avez confiance et qui pourra être de bon conseil, selon la Parole de Dieu.

Apprenez à les écouter car « l’amour rend aveugle » disent certains. Et on doit avouer que c’est souvent bien vrai. Etre amoureux ne rend pas objectif. Ces personnes sont alors là pour nous permettre de ré-ouvrir les yeux, nous aider à redescendre un peu sur terre, nous montrer que ce n’est peut-être pas ce qu’il y a de mieux pour nous ou au contraire nous apporter un encouragement, une confirmation, si c’est le plan de Dieu.

Une autre épreuve est celle du temps et de l’observation. Elle n’est pas négligeable. Tant de foi, poussé par les sentiments, on a tendance à précipiter beaucoup les choses. C’est souvent le cas lorsqu’on est ado mais souvent même après.

On est pressé. On ne pense qu’à être avec cette personne, l’idéalisant beaucoup. Et finalement, on ne se laisse pas vraiment le temps de bien le ou la connaitre.

Or, concernant un engagement aussi important, qui va durer toute une vie, il vaut la peine de savoir prendre un peu de temps afin de voir si les sentiments qu’on éprouve, ne sont pas qu’un coup de foudre éphémère sans véritable fondement. Un sentiment qui risque finalement de bien vite s’estomper.

Il est important d’apprendre à connaitre l’autre, d’observer ses attitudes et parfois même de se renseigner auprès de personnes fiables qui le ou la connaissent bien (son pasteur ou son responsable de jeunes par exemple). Il est important de se rendre compte de ses traits de caractère, de voir comment il ou elle se comporte en société, dans l’église comme à l’extérieur, et par la suite avec vous.

Savoir quelle est sa vision ou ses projets pour l’avenir. Tout ceci doit commencer avant de se fréquenter et doit être poursuivi pendant la période de fiançailles. C’est ainsi qu’on se rendra compte si cette personnes est faite pour nous et si on est prêt à supporter ses bons côtés comme ses mauvais, pour le reste de notre vie.

Y a-t-il un bon moment ?

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS